VOTE | 104 fans

#118 : Attirance fatale

Titre VO : Tess, Lies and Videotape
Titre VF : Attirance fatale
Diffusion US : 17/04/2000
Ecrit par Richard Whitley & Toni Graphia
Réalisateur : Paul Shapiro


Résumé : Max se sent irrésistiblement attiré par Tess, la nouvelle amie d'Isabel, et cette attirance se traduit par d'incontrôlables rêves érotiques.


Guests : Emilie de Ravin (Tess Harding), Jim Ortlieb (Ed Harding/Nasedo), Michael Chieffo, Kevin Cooney (Dr Margolin).

Popularité


4 - 1 vote

Titre VO
Tess, Lies and Videotape

Titre VF
Attirance fatale

Photos promo

Plus de détails

Isabel et Max sont au Crasdown pour rendre une petite visite aux autres, qui travaillent. Tout se passe bien jusqu'à ce que Tess arrive. En l'écoutant parler, Max a une vision de eux deux dans le désert puis il la voit sortir d'un autre incubateur.
Liz qui a remarqué l'absence de Max l'entraîne dans la cuisine. Là, ils s'embrassent fougueusement. Seulement Max a une autre vision. Il a l'impression d'être en train d'embrasser Tess, ce qui le déconcerte. Il se demande qui est Tess en réalité.

Le shérif essaye de prendre des nouvelles de Melle Toplosky en téléphonant à l'hôpital où elle est internée. On lui apprend qu'il y a eu un incendie dans l'édifice et que malheureusement, la patiente est décédée.

Le lendemain, Tess avoue à Isabel qu'elle est attirée par son frère. Plus tard, en salle de sciences, le professeur demandera à Max de se mettre en binôme avec Tess pour l'aider. Le jeune homme a de nouveau une vision. Il se voit faisant l'amour à Tess sur le bureau du prof devant toute la classe. Pendant cette absence, sa manche pend feu, ce qui le sort de sa rêverie.

Dans la journée, Max parle de ses flashs à Michael dans les toilettes des hommes tandis que Liz avoue ses craintes à sa meilleure amie dans ceux des filles.

Michael et Isabel décident de mener leur enquête sur la nouvelle. Mais rien ne leur permet de déterminer qu'il s'agit d'autre chose que d'une étudiante normale. Michael prend la décision de se rendre chez Tess. C'est à ce moment qu'il voit arriver de nombreuses voitures de l'armée.
Il se précipite au Crashdown pour en avertir les autres. Isabel décide d'aller rendre une petite visite à son amie pour en découvrir davantage.

C'est à ce moment que Valenti arrive. Suite à l'accident de Topolsky, il a pris conscience que Max et les autres pouvaient être en danger. Il juge bon de les protéger. Pour leur redonner confiance, il leur rend le communicateur.

Dans la journée, Isabel rend une petite visite à Tess. Elle rencontre son père qui s'avère être exploitant pour l'armée. (Ce qui explique les véhicules militaires) Mais lorsque la jeune fille veut donner un coup de main à transporter les affaires, on la somme de ne rien toucher. Isabel trouve ça louche.

Après avoir quitté Liz au Crasdown, Max rencontre Tess sur le bord de la route. La jeune fille est en panne. Max ne peut résister au désir qui l'envahi et embrasse la jeune fille. Sous les yeux de Liz qui les observe.

Le jeune homme perturbé par ce qui vient de se passer, va rendre une visite à son meilleur ami. Mais Michael en a marre de ses histoires de cœur et la situation dérape, ils finissent par se battre. En heurtant le frigo, ils découvrent une mini caméra.

Ils en parlent le lendemain à Isabel au Crasdown. Max trouve bizarre que lorsque Liz rentre elle ne vienne pas lui dire bonjour. Il la suit donc jusqu'à la cuisine.
Là, la jeune fille lui avoue qu'elle a vu ce qu'il a fait avec Tess, hier soir. Pour se défendre, Max affirme qu'il s'agissait d'une pulsion non contrôlée et qu'il avait des flashs lorsqu'il était avec l'autre. Ce dernier point augmente la peine de Liz qui ne se sent plus aussi unique pour lui qu'avant.

Après avoir essayé de conseiller son amie, Maria descend en cuisine et remarque qu'Alex et Michael sont en train de jouer avec une mini caméra, elle demande des explications. Il s'avère que les garçons ont décidé d'installer la caméra chez Tess pour l'observer.

Liz, qui était volontaire, passe rendre visite à Tess, soi-disant pour des explications. Elle place la caméra et trouve des photos de Max dans la poubelle. Malheureusement lorsque le père de Tess arrive, la jeune fille fait tomber une statue très ancienne et la brise, faisant tomber la caméra en même temps. Les autres perdent donc le signal.

Mr Harding ne veut pas que Liz ramasse les morceaux et l'oblige pratiquement à rester manger. Se sentant en danger, Liz fait mine d'appeler sa mère pour la prévenir qu'elle ne dînera pas à la maison. En réalité, elle téléphone à Max et lui fait comprendre qu'elle est en danger.

Au cours du dîner, Max arrive chez les Harding prétextant vouloir parler à Tess. Il en profite pour faire sortir Liz qui au dernier moment récupère la caméra et l'installe.

Tous finissent par s'endormir dans le hangar où ils surveillent ce que filme la caméra. A leur réveil, ils voient Tess reconstruire la statue en utilisant des pouvoirs semblables à Max, Michael et Isabel. Tess est le quatrième extraterrestre.

Attirance fatale

 

(Le Crashdown)

(Max et Isabel sont assis au bar, et Liz travaille)

MAX : Mademoiselle ?

LIZ : Je vous écoute ?

MAX : La même chose.

LIZ : Tout de suite, monsieur.

ISABEL : Tu crois pas que t'en fais un peu trop, là ?

MAX : Quoi ?

ISABEL : Ta petite comédie. Je sais pas c'est... c'est complètement nul.

(Le shérif Valenti entre et se dirige vers eux)

LIZ : Bonsoir Shérif. Vous désirez peut-être quelque chose ?

SHERIF : Comme d'habitude Melle Parker.

LIZ : Et voilà. Ce sera tout Shérif ?

SHÉRIF : Ce sera tout. Passez une bonne soirée jeunes gens.

(Michael s'approche de Max et Isabel)

MICHAEL : Cette fois il sait.

MAX : Qu'est ce qu'il sait ?

MICHAEL : Il a l'autre objet.

MAX : Ca ne prouve rien. Et j'te rappelle que si tu n'l'avais pas pris avec toi ça ne serai pas arrivé ...

MICHAEL : Oh, c'est toujours ma faute, c'est ça ?

ISABEL : Ca ne sert a rien de vous disputer. Alors arrêtez. Valenti a un objet venant de notre planète. Un point c'est tout.

LIZ : C'est pas parce qu'il a cette chose qu'il sait c'que c'est.

MAX : Même nous on en sait rien.

(Tess apparaît soudain derrière Liz)

TESS : Quoi ? Qu'est ce que c'est ? Oh, pardon, je voulais surtout pas vous déranger.

ISABEL : Non, on discutait ... heu... tu peux t'asseoir là si tu veux.

TESS : Merci

ISABEL : De rien

TESS : Alors, de quoi vous parliez ? On peut savoir ?

LIZ : Heu, est ce que tu veux boire quelque chose ?

TESS : Oh oui, j'veux bien un soda Cerise, s'il te plait.

(Max regarde fixement Tess et il a un flash d'eux, debout main dans la main dans le désert)

TESS : Qu'est-ce que t'as vu? Y a un truc entre mes dents, c'est ça ?

MAX : Quoi ? Non. (À Liz) J'vais t'aider.

(Max et Liz rentrent dans la cuisine. Max la retient à l'intérieur)

LIZ : Max, arête il faut que je retourne travailler.

MAX : attends. 2 secondes.

(Ils s'embrassent)

MAX : J'avais besoin de t'embrasser.

Liz : C'est vrai ?

(Ils s'embrassent encore et Max a un flash dans lequel c'est Tess qu'il embrasse)

LIZ : Max, Max ? Max ? T'étais où là ? T'as eu un flash ?

MAX : Oui, non. Non, j'ai pas eu de flash. j'dois être fatigué, c'est tout. Je suis désolé.

LIZ : Non, c'est rien .Je dois retourner travailler.

(Ils s'embrassent encore)

LIZ : On s'voit tout à l'heure.

(Liz retourne en salle. Max reste derrière la porte western et observe Tess qui le regardait aussi)

 

(Générique)

 

(Le bureau du shérif)

(Le Shérif est assis dans son fauteuil et téléphone. Il tient l'objet extraterrestre dans sa main)

SHÉRIF : Topolsky. T-O-P-O-L-S-K-Y. Oui, c'est une patiente, je l'sais. Il me faut cette permission. Passez moi le docteur Margolin. C'est important il saura de quoi je parle. Très bien. Alors notez mon nom : Shérif James Valenti à Roswell, Nouveau Mexique. Je dois parler à cette femme.

(Le lycée)

TESS : Tu sors à quelle heure ?

ISABEL : Je sais pas.

ALEX : Salut Isabel.

ISABEL : Salut Alex.

TESS : Ho... Il est fou amoureux de toi, ça ce voit.

ISABEL : Il est gentil.

TESS : Tu veux dire qu'il est brave ou qu'il est pas impossible que tu sortes avec lui ?

ISABEL : Ca veut dire que je n'en sais rien. Alors et toi au fait. Ca fait presque 2 semaines que tu es là, il doit y avoir quelqu'un sur ton écran radar !?

TESS : Non rien à signaler ! Quoique je t'avoue franchement que ça m'embête que ton frère soit déjà pris. J'aime bien son style sérieux, un peu mystérieux.

ISABEL : Ouais, ben, j'te l'dis tout de suite : Il et à genoux devant Liz. Il faut voir comme il parle d'elle ! « C'est ma moitié. Jamais je n'ai ressenti quelque chose d'aussi fort. » Limite débile. Tu vois le genre.

TESS : Ouais C'est bizarre. Pourtant je sais pas mais .....

ISABEL : Quoi ?

TESS : Non rien, c'est moi qui invente

(En classe de science)

LE PROF : La combustion. Quand deux éléments chimiques ou mêmes plus peuvent être facilement poussés au maximum de leur oxydation, ils peuvent être amenés à s'enflammer.

(Une flamme sort du matériel dont Max a besoin pour l'expérience).

Le PROF : Devant cette impatience que vous affichez M. Evans, veuillez vous lever s'il vous plait et vous rapprocher de Mlle Harding afin de lui venir en aide. Je suis sûr qu'avec vous elle sera bien prise en main.

(Max va vers le bureau de Tess, il a une vision dans laquelle il saisit Tess de son tabouret l'embrasse, et l'allonge sur son bureau)

TESS : Max, oh t'es en feu, oh Max, t'es en feu.

(Max revient à la réalité, et s'aperçoit que sa manche est en feu)

TESS : Max, t'es en feu.

(Dans les toilettes des filles)

MARIA : Y avait l'feu, j'te dis.

LIZ : Oh, mais non c'était un accident.

MARIA : Non. En plus j'ai pas trop aimé comment elle le regardait.

LIZ : Arête, Max et moi, on est ensemble, et... t'as aucun souci à t'faire pour nous.

(Dans les toilettes des garçons)

MAX : Je suis inquiet, Michael.

MICHAEL : Y a de quoi.

MAX : Non pas à cause de Valenti. A cause de Tess, la copine d'Isabel, j'ai eu comme des, des rêves, des visions en plein cours.

MICHAEL : T'as eu des visions ?

MAX : Oui, on était ensemble, et c'était... très chaud.

MICHAEL : Tu deviens humain, et puis c'est tout.

(Dans les toilettes des filles)

MARIA : Max n'est pas humain. Et si les tchécoslovaques ne pouvaient pas résister à la tentation ?

LIZ : Très bien. Alors à ton avis ce n'est pas seulement un problème sentimental, c'est complètement intergalactique ?

MARIA : Oh.

LIZ : T'as pas compris, hein ? Tu vois pas que Max et moi on est tellement... on est tellement bien tous les deux.

(Dans les toilettes des garçons)

MAX : C'est moi le problème. Et ce problème me dépasse.

MICHAEL : T'as jamais eu de fantasmes alors ?

MAX : C'est pas pareil, j'arrive pas à le contrôler. Est-ce que c'est normal ?

MICHAEL : Mais te prends pas la tête on en reparlera.

MAX : Sympa, merci.

MICHAEL : Valenti a un communicateur, et moi y a qu'ça qui m'intéresse, alors tes fantasmes tu peux te les garder.

MAX : C'est très bizarre. Il faut qu'tu m'crois, Michael. C'est comme si elle savait des trucs sur moi qu'elle ne devrait pas savoir. Et comment ça se fait ça ?

MICHAEL : Ca suffit arête. Y a des choses bien plus importantes que ton petit nombril.

MAX : J'oubliais que dans ces cas là il faut jamais compter sur toi.

(Chez les Valenti)

(Kyle est devant la télé, il regarde un match de foot)

KYLE : Passe la balle. Passe la. Mais qu'est ce qu'il fait ? Plus nul tu meurs.

(Le téléphone sonne)

KYLE : Zéro !

SHERIF : Oui ? Bethesda, Maryland ? Oui, merci.

(Il raccroche, et change de chaîne)

Kyle : Eh, eh .Je regardais j'te signale.

JOURNALISTE TV : Malheureusement, les nouvelles du Maryland ne sont pas bonnes.

SHERIF : Excuse moi, c'est très important.

JOURNALISTE : Nous sommes toujours à l'institut psychiatrique de Bethesda où un incendie fait rage et où six patients ont péri carbonisés. Les autorités ont commencé leurs investigations et un acte de malveillance pourrait être à l'origine de ce drame. Nous vous tiendrons informés au fil des heures quand la police et les pompiers auront plus de précisions. C'était Tanya St John en direct de Bethesda.

(Le shérif remet le match et prend le téléphone)

SHERIF : Docteur Margolin s'il vous plaît. Oui, je sais bien, mais je dois lui parler, c'est urgent.

DR MARGOLIN : Docteur Margolin.

SHERIF : Docteur, ici le shérif Valenti.

DR MARGOLIN : Qui ?

SHERIF : Valenti à Roswell, Nouveau Mexique.

DR MARGOLIN: Oui, vous avez déjà appelé. C'est pour quoi ?

SHERIF : Il faut à tout prix que je joigne Kathleen Topolsky.

DR MARGOLIN : Je suis désolé, shérif, mais Mlle Topolsky figure parmi les victimes de l'incendie.

SHERIF : Docteur, est ce qu'il s'est passé quelque chose depuis notre rencontre qui vous laisserait penser que c'est elle qui était visée ?

DR MARGOLIN : Quelle rencontre ?

SHERIF : A Roswell. Vous êtes venu chercher Melle Topolsky.

DR MARGOLIN: Ecoutez, Shérif, je ne sais pas qui vous êtes, et je n'ai jamais mis les pieds a Roswell de toute ma vie.

(Il raccroche)

(Au centre des ovnis)

MAX : On n'est pas encore ouverts, Shérif.

SHERIF : Je sais ce que vous ressentez maintenant.

MAX : Comment ça ?

SHERIF : N'avoir personne à qui parler. Avoir quelque chose qui vous ronge de l'intérieur et être obligé de faire avec.

MAX : Est-ce que c'est pour vous que vous dîtes ça ?

SHERIF : Hier soir il y a eu, il y a eu un incendie à l'hôpital psychiatrique de Bethesda là où Kathleen Topolsky se faisait soigner. Elle a été tuée. Finalement ils disent que c'est un accident.

MAX : Vous, vous n'y croyez pas.

SHERIF: Et vous ? ... Vous vous souvenez du docteur Margolin ? Le psychiatre qui est venu la chercher, l'autre fois. Je lui ai parlé hier soir. Il a dit qu'il ne savait pas qui j'étais. Et qu'il n'était jamais allé à Roswell. Alors c'était qui, Max ? Je parle du type qui était là l'autre soir en face de nous. C'était qui ce type, hein ? Il avait la tête d'un médecin qui était à plusieurs milliers de kilomètres. Je me souviens d'une histoire que mon père me racontait. Une espèce de monstre qui pouvait prendre l'apparence de n'importe qui.

MAX : Non, ça n'existe pas Shérif.

SHERIF : Il existe peut-être. Et ce que Mlle Topolsky nous a dit est peut-être vrai. Je parle de, de l'unité spéciale du FBI., de Pierce, du chasseur d'extraterrestres. C'est peut-être lui qui l'a tuée et six autres personnes qui n'y étaient pour rien. Là c'est grave Max. Des gens sont morts. Et cette liste dont parlait Mlle Topolsky ? Liz Parker est sur cette liste. Votre sœur Isabel est sur cette liste. Michael, Maria, Alex et moi j'y suis aussi. Vous n'êtes pas le seul à être en danger. On y est tous. On doit à tout pris s'entraider maintenant. Et il faut avoir confiance en moi...

(On voit l'appartement de Michael, une minuscule caméra le filme)

SHERIF : ... Parce qu'il y a quelqu'un qui rode. Et peu importe où vous irez, il sera peut-être là à vous surveiller

(Au lycée)

(Michael est en train de fouiller dans des dossiers de l'administration. Maria entre)

MICHAEL : Qu'est ce que t'attends ? Ferme la porte !

MARIA : On a cours dans dix minutes. Qu'est ce que tu fais ici ?

MICHAEL : Rien.

MARIA : Michael, si on est vraiment ensemble, tu dois me faire confiance. Un couple c'est comme ça qu'ça marche. Pas de cachotteries. Alors, ou tu me le dis tout de suite ou tu n'me diras jamais rien.

MCHAEL : Je fais une petite enquête sur elle.

MARIA : Tess ? Pourquoi ?

MICHAEL : Classé défense.

MARIA : Ca a un rapport avec Max ? Je le savais.

MICHAEL : J'aide mon copain, c'est un peu normal, non ?

MARIA : Oui, mais on est une équipe.

MICHAEL : j'vois pas le rapport.

MARIA : On doit toujours travailler en équipe.

MICHAEL : T'inquiète pas Sherlock, si jamais j'trouve un truc j'te l'dirai. Chut.

Maria : Chuuuut.

(Dans Roswell)

(Michael marche dans une rue, et s'arrête devant une maison .Il frappe à la porte. Il n'y a personne. Il fait le tour, regarde par la fenêtre. Il remarque que la maison est vide. Il se cache en voyant des camions militaires se garer. Des personnes entrent dans la maison)

(Le Crashdown)

LIZ : Au fait, j'voulais te dire. Le devoir dirigé qu'on doit faire au labo ?

MAX : Oui ?

LIZ : J'ai pas bien compris ce qu'a voulu dire le prof. Est-ce qu'il a décidé que t'étais avec Tess pour une fois ou jusqu'à la fin de l'année ?

MAX : Non, t'es toujours avec moi.

LIZ : Parce que si tu dois être avec elle au labo, moi je me retrouve sans personne, alors, il faudrait que je sache.

MAX : Il suffit qu'on demande à Mr Seligman.

LIZ : Bien sûr. De toute façon on est un nombre impair depuis que Tess est là. Ca a tout cassé. Non c'est pas méchant. Il n'empêche que quelqu'un va se retrouver tout seul. Mathématiquement c'est obligé.

MAX : On peut arrêter de parler de Tess ?

(Michael rentre et se dirige vers leur table)

MICHAEL : Oui, ce serait une bonne idée. J'peux te parler ?

MAX : J'reviens tout de suite.

LIZ : D'accord.

MICHAEL : C'est une menteuse.

MAX : Qui ?

MICHAEL : Tess. Je suis allé chez elle.

ISABEL : T'es allé chez elle ? Mais pourquoi ?

MICHAEL : Je suis passé devant par hasard. C'est complètement vide. Pas un carton, rien. La maison est vide. C'est une couverture.

ISABEL : Elle vient de déménager. J'avais enfin trouvé une amie et toi tu arrives en disant que c'est un coup monté de je n'sais qui encore

MICHAEL : J'ai vu des militaires en uniforme, Isabel.

ISABEL : Des militaires. N'importe quoi.

MICHAEL : Deux types en costumes avec des mallettes, et un M16. À mon avis c'est pas représentants en vaisselle.

ISABEL : Je suis sûre qu'on aura une explication à tout ça.

MICHAEL : Quoi ?

MAX : Non,rien. Je..

MICHAEL : Max, dis moi.

MAX : Valenti est venu me voir. Topolsky est morte dans un incendie. Il pense que tout c'que nous a dit Topolsky est vrai. Le chasseur d'extraterrestre, et tout le reste.

MICHAEL : Pourquoi est ce que tu nous as rien dit ?

MAX : Je savais pas si c'était vrai. Je voulais que vous paniquiez et que vous commettiez une erreur.

MICHAEL : j'essaye de comprendre quel est le problème et ce qu'il faut faire. Et toi tu rencontres secrètement Valenti et ta nouvelle conquête fait débarquer l'armée à Roswell.

(Liz a entendu la fin de la phrase de Michael. Elle se réfugie dans la cuisine)

MICHAEL : Tu voulais que j'taide j'te rappelle.

MAX : Ouais ben c'est pas tout à fait comme ça que j'voyais la...

(Valenti entre dans le Crashdown et se dirige vers Max, Michael et Isabel. Il regarde le communicateur et le pose sur le bar devant Max et les autres)

SHÉRIF : Avant de demander à une personne de vous faire confiance, il faut d'abord lui faire confiance. Quand vous voulez Max.

(Il part)

MICHAEL : Ah décidément tu t'es fait des nouveaux potes ici.

(Max range le communicateur dans sa poche)

MICHAEL : Faut qu'on s'occupe de Tess.

ISABEL : J'vais aller la voir.

(Chez Tess)

(Isabel frappe à la porte d'entrée ouverte)

TESS : Ah, c'est toi. Entre. 

ISABEL : Comment ça va ?

TESS : Oh, bien ! Fait pas attention, c'est le bazar. Les déménageurs sont enfin arrivés. Ca fait une semaine qu'on les attend. Je suis bien contente de n'plus aller dans cet hôtel cafardeux !

ISABEL (En regardant une statue) : Oh, c'est joli, qu'est ce que c'est ? !

TESS : C'est une statue de Bouddha, elle vient de la République de Miramas. C'est très ancien.

Mr HARDING (A Tess et Isabel) : Elle a plus de 300 ans. (A Tess) Tu veux bien que je vienne t'aider ?

TESS : Oh, oui merci. Il collectionne plein de trucs qui viennent de partout dans le monde.

MR HARDING : Ce ne sont pas des trucs, ma chérie. Vous êtes certainement Isabel ? Ma fille n'arrête pas de me parler de vous !

ISABEL : Oui, bonjour Mr Harding.

MR HARDING : Oh pas de Mr Harding. Je n'suis quand même pas si vieux. Soyez charitable et appelez moi Ed !

ISABEL : D'accord, Ed ! Alors, qu'est ce que vous pouvez bien faire qui vous amène à voyager dans tous ces pays ?

MR HARDING : Si je vous le disais, il faudrait que j'vous tue.

(Tess et Mr Harding rigolent)

TESS: À chaque fois il dit ça. Y a qu'lui que ça fait rire.

MR HARDING : Excusez moi Isabel .Mais mon métier est tellement passionnant qu'il faut bien que j'me détende.

TESS : Papa travaille pour l'armée. Il leur sert un peu de conseiller. C'est pour ça qu'on est à Roswell.

MR .HARDING : je les aide à transformer leurs bases désaffectées en entrepôt ou en réserve. C'est un boulot génial. (A un déménageur) Oh, ne l'portez pas comme ça c'est très fragile ! .( Aux filles) Excusez moi, je vous laisse.

ISABEL : Oui.

TESS (à un déménageur) : je vais vous montrer où il va celui là. Là bas dans le coin.

ISABEL (elle prend un carton de photos) : Je mets ça où ?

TESS : Pose ce carton ! Heu, Tu es... tu es mon invitée. Tu n'es pas venue ici pour que j'te fasse travailler. Hum. Si j'allais chercher quelque chose à boire.

ISABEL : D'accord

(Dans la cuisine)

MR HARDING : Qu'est ce qu'elle vient faire ici ?

TESS : C'est mon amie, elle est passée sans prévenir.

(Le Crashdown)

(C'est la nuit. Liz est en train de nettoyer les tables. Max est devant la porte, il pleut. Elle lui ouvre)

LIZ : Qu'est-ce qui se passe ?

AX : Je voudrais parler.

LIZ : Parler de quoi ?

MAX : De... de ce que Michael a dit tout à l'heure, à propos de Tess... et je suis venu te dire que... que j'éprouve rien du tout pour elle. Quand j'te regarde, je sais que tu es la personne avec qui je peux tout partager. J'l'ai toujours su ça. Ce qui c'est passé ici, quand on t'a tiré dessus. Et puis c'qui nous a rapproché ensuite... C'est le destin. Regarde moi. Y a que toi, Liz. Y a que toi. Jamais j'pourrais aller vers une autre.

(Ils s'embrassent et Max part. Dehors Tess attend Max vers sa voiture en panne)

TESS : Max ? Ma voiture est tombée en panne. Tu peux le croire ça ?

MAX : Non.

TESS : Non ?

MAX : Non, j'peux pas le croire.

TESS : Qu'est ce que tu racontes, là ?

MAX : T'as monté un coup.

TESS : J'ai monté quoi ?

MAX : T'as monté un coup pour être ici.

TESS : Max, est ce que tu t'rends comptes de c'que tu dis, là ?

MAX : Tu veux t'en prendre à moi.

TESS : Max, ma voiture est en panne, et j'attendais que quelqu'un vienne pour m'aider. C'était pas un coup monté.

MAX : Je suis avec Liz.

TESS : Je sais que tu es avec elle.

MAX : On appartient l'un à l'autre.

TESS : Jamais je ne dirai le contraire.

MAX : Il n'y a qu'elle que je veux.

TESS : Oui, mais je l'sais tout ça.

(Ils s'embrassent. Liz les voit, à travers la vitre du Crashdown. Max a un autre flash de lui et Tess dans le désert)

MAX : Qui es-tu ?

(L'appartement de Michael)

(Michael regarde un match à la télé. Max entre)

MICHAEL : Qu'est ce que tu fais là ?

MAX : Je suis pas bien Michael, je sais pas c'qui m'arrive.

MICHAEL : C'est pas l'moment, hein Max !

MAX : J'ai embrassé Tess.

MICHAEL : T'as quoi ?

MAX : On aurait dit... qu'elle me contrôlait complètement.

MICHAEL : T'es pas bien ou quoi ?

MAX : J'te dis que c'était pas moi.

MICHAEL : Alors d'abord, tu vois Valenti sans m'en parler, et là tu te mets à embrasser Tess !

MAX : Michael, écoute moi s'il ta plait. Tu es le seul à qui je peux parler de ça. Je te dis que tout ça, ça cache quelque chose.

MICHAEL : Pourquoi tu m'en parles ? Vas voir ton pote Valenti, il pourra peut-être t'aider.

MAX : Ca va arête avec ça ! Il nous a donné l'autre communicateur sans rien demander. Peut-être qu'il essaye de nous dire qu'il...

MICHAEL : Qu'il est de notre côté. On à qu'a tout lui dire pendant qu'tu y es !

MAX : Mais tu comprends pas ou quoi ? Je lui ai rien dit !

MICHAEL : Y a un truc que j'comprends pas, c'est comment j'ai pu t'admirer avant. Tétais solide, j'avais confiance en toi. J'avais plus confiance en toi qu'en moi-même. Et Liz avait confiance en toi. C'est fini j'te connais plus Max. Alors sort de chez moi avant que  j'te mette dehors.

MAX : Michael, écoute moi !

(Ils se battent)

MICHAEL : Arête ! Ca suffit lâche moi !

MAX : Mais tu vas m'écouter ?

MAX : Tu vas m'écouter !

(Soudain, Max voit une petite caméra sur le réfrigérateur de Michael)

MAX : Michael.

MICHAEL : Qu'est ce que c'est ?

(Au Crashdown)

MAX : Une caméra miniature.

ISABEL : Quelqu'un nous surveille ?

MICHAEL : Valenti.

MAX : Non, c'est pas Valenti

MICHAEL : Il est en train de te balader et toi t'y vois rien.

Il nous a toujours surveillé mais là il sort les grands moyens.

MAX : Mais c'est hors de prix ça. Une seule caméra miniature équivaut au budget de la police de Roswell pour une année.

MICHAEL : C'est peut-être Tess et son père. S'ils sont au FBI, ils ont des cartes. Il faudrait aller fouiller un peu.

ISABEL : C'est déjà fait. Leur maison était vide parce qu'ils attendaient les déménageurs. Ils n'avaient rien du tout alors ils sont allés à l'hôtel. J'ai vu le camion, J'ai vu les cartons. Et son père est normal, tout ce qu'il y a de normal. Un peu lourd, mais il est normal.

MICHAEL : Et le camion de l'armée que j'ai vu devant chez eux ? Et les mecs en costume ?

ISABEL : Il est consultant pour les militaires. C'est son métier.

MICHAEL : Ca, ça veut dire espion au FBI.

MAX : Il n'y a pas de raisons d'avoir des soupçons alors ?

ISABEL : Non. Si, un petit détail. J'ai voulu porter un carton de photos pour me rendre utile et elle me l'a pris des mains. Et là elle était agressive.

(Liz entre dans le Crashdown)

LIZ (à un employé) : Ca va ?

(Elle voit Max mais passe à côté de lui sans le regarder)

MAX : Liz ?

ISABEL : Mais qu'est ce qui se passe ?

MICHAEL : Il a plus de problèmes que Valenti et le FBI réunis.

(Dans les vestiaires du Crashdown)

MAX : Liz.

LIZ : Je vous ai vu, Max.

MAX : C'est pas c'que tu crois.

LIZ : Comment t‘as pu l'embrasser ?

MAX : Je sais pas... je sais pas, j'y comprends rien.

LIZ : Moi j'me souviens de c'que tu m'as dis. Est-ce que c'était vrai ?

MAX : Oui. Il faut que tu me croies, ce n'était pas moi. Elle était là. Elle m'attendait pour me piéger.

LIZ : Oh ! Donc c'est sa faute ?

MAX : Je sais pas encore c'que c'est mais j'pense que... Cette fille n'est pas normale.

LIZ : Elle est pas normale ? Non, mais enfin, qu'est ce que tu m'racontes, là?

MAX : C'est pas seulement de l'attirance que je ressens. Y a autre chose. Je sais pas c'que c'est. J't'en pris, Liz. Tu dois avoir confiance en moi. En nous.

LIZ : Avoir confiance ?

MAX : Oui, en attendant que je comprenne ce qui m'arrive. En plus, quand, quand je l'ai embrassé hier, j‘ai eu un flash.

LIZ : Tu as eu un flash quand tu l'as embrassée ? Comme quand tu m'embrassais ? Alors tu vois je suis pas si spéciale que ça.

(Liz est assise sur le balcon de sa chambre. Elle pleure)

MARIA : Liz, est ce que ça va ?

LIZ : Non, non ça va pas.

MARIA : Michael m'a dit que tu avais besoin d'une amie. Que t'avais besoin de parler.

LIZ : Max a embrassé Tess.

MARIA : Tu rigoles ! Non, tu rigoles pas. Tu te rends compte après tout c'qu'il a vécu avec toi. Quelle ordure. Excuse moi Liz.

LIZ : Il ne sait pas ce qu'il fait.

MARIA : Moi j'ai bien vu qu'il y avait quelque chose entre elle et lui. Non, mais tu as raison. Ca ressemble pas à Max.

LIZ : j'me sens perdue, Maria.

MARIA : Qu'est ce que tu vas faire alors ?

LIZ : J'en sais rien.

MARIA : Je suis là, tu sais que tu peux compter sur moi, d'accord ?

LIZ : Quand je... quand j'le revois en train d'embrasser Tess, je suis obligée de me dire qu'il s'est bien fichu de moi. Mais quand j'écoute mon cœur, j'me dis qu'il y a autre chose.

MARIA : Ecoute, je sais pas si, si Max te raconte des histoires, Liz j'tassure. C'que je sais que t'es plutôt une fille qui écoute son cœur, alors...

LIZ : Il faut qu'je sache c'qui s'est passé.

(Dans la cuisine du Crashdown)

(Michael travaille pendant qu'Alex trafique la caméra)

ALEX (en regardant la caméra) : Tiens, viens voir c'que ça donne

MICHAEL : Comment ça marche ce truc ?

ALEX : C'est un système sans fil. J'ai intégré la caméra dans un petit transmetteur ondes courtes.

MICHAEL : Je savais pas que tu t ‘y connaissais.

ALEX : Oh, j'adore ce qui est vidéo électronique. Tu sais, Michael, c'est pas pour frimer que j'te dis ça, mais. Je suis vraiment content de pouvoir vous aider, et tout c'que j'espère c'est que vous serez... vous serez content de moi.

MICHAEL : Ouais on verra.

ALEX : Ouais on verra. En tout cas y a une petite antenne intégrée et en plus, l'ouverture est automatique, et l'objectif de la caméra est un grand angle.

MICHAEL : Ah, c'est pour ça que j'ai le nez aussi gros, alors.

MARIA : Qu'est ce que vous faites ?

ALEX ET MICHAEL: Non, rien.

MARIA : Vous faites du porno avec ça ? Oh, je suis pas aussi plate que je le croyais.

MICHAEL : C'est un objectif grand angle alors...

MARIA : Ah ! Alors ? Qu'est ce que vous allez en faire, de tout ça ?

MICHAEL : On va aller espionner Tess, d'accord ?

MARIA : Tu crois pas qu'c'est trop tard ? Ils se sont embrassés. Liz les a vu alors...

MICHAEL : Ca n'a rien à voir. On pense que son père est au FBI.

MARIA : Quoi ? Alors on est plus partenaire ? C'est toi qui m'avais dit qu'on s'échangerait des informations, Michael.

MICHAEL : J't'ai menti.

MARIA : De tout façon vous ne pouvez pas entrer chez les gens et installer une caméra espionne.

ALEX : J'ai déjà vu qu'il y avait une sorte d'entrepôt abandonné juste à côté de la maison.

MARIA : Ca suffit pas d'aller dans l'entrepôt. Il faut introduire la caméra. Il faut réfléchir un peu.

MICHAEL : Alors trouve un autre moyen, puisque tu te cois plus maligne.

(Chez Tess)

(Liz sonne à la porte. C'est Tess qui vient ouvrir)

TESS : Liz !

LIZ : Bonjour. Euh, je peux entrer s'il te plait ?

TESS : Oui.

LIZ : Merci. Je crois qu'il faut qu'on parle.

TESS : Qu'on parle de quoi ?

LIZ : Et ben... De nous et ... de Max. Alors voila... Est-ce que tu as déjà été amoureuse ?

TESS : Je suis sortie avec beaucoup de garçons mais, comme avec mon père on déménage souvent ça n'a jamais été très sérieux.

LIZ : Moi je suis amoureuse, de... de Max

TESS : Excuse moi mais, j'vois pas c'que ça a voir avec moi.

LIZ : Je l'ai vu en train de t'embrasser.

TESS : Tu n'aurais pas dû. Je suis désolée. Je n'sais pas c'qui nous a pris. Vraiment, ça m'a surprise au moins autant que toi.

LIZ : En fait je me suis permise de venir parce que toutes les deux on est des adultes. Alors on doit... On doit en parler ouvertement parce que... J'veux dire comme tu es copine avec Isabel, on sera forcément amenées à se revoir de temps en temps.

TESS : Tu as raison, je commence à avoir des amies ici, et j'aime bien Isabel. Mais toi aussi, et je n'veux surtout pas gâcher tout ça.

LIZ : c'qui m'inquiète c'est... Il n'avait jamais fait ça. C'est la première fois.

TESS : Ca n'arrivera plus, j'te rassure.

LIZ : J'espère que c'est vrai.

TESS : Tu veux boire quelque chose ? Un verre d'eau ? Un jus de fruit ?

LIZ : Je veux bien du thé si tu en as.

TESS : D'accord.

(Liz cache la caméra sous la statue de Bouddha. Puis elle regarde dans la caméra et s'adresse à Michael, Maria, Isabel et Alex qui sont dans l'entrepôt)

LIZ : Je viens de voir le carton. Je vais regarder ce qu'il y a dedans.

(Elle y découvre des photos de Max)

(Mr Harding arrive derrière elle)

MR HARDING : Qu'est ce que vous faîtes ?

(LIZ : Oh ! Oh Mr Harding.

(Elle bute contre le piano et bouscule la statue qui tombe et se casse. La caméra est brouillée)

(Dans l'entrepôt)

MICHAEL : Qu'est ce qui se passe là ?

ALEX : La caméra est morte.

MARIA : Oh mon Dieu.

(Chez Tess)

LIZ : Oh, je suis désolée Mr Harding. Vraiment.  J'étais en train de l'admirer. Je... Je voulais pas.

MR HARDING : Un accident, rien de plus.

TESS : Qu'est ce qui se passe ? Oh, papa, non. Ta  statue.

LIZ : je vais vous aider à nettoyer.

MR HARDING : On verra ça tout à l'heure.

LIZ : Non, vraiment j'insiste.

MR HARDING : NON ! J'ai dit tout à l'heure ! Tess et moi nous allions dîner. Voulez-vous vous joindre à nous ?

LIZ : Heu...

MR HARDING : S'il vous plait. J'insiste.

LIZ : Oui. C'est gentil oui, Je veux bien. Je vais appeler ma mère.

(Dans l'entrepôt)

MICHAEL : Va falloir qu'on y aille.

ALEX : Et faire quoi ?

MICHAEL : Il faut qu'on la sorte de là.

ISABEL : Je te rappelle que tu n'arête pas de dire qu'ils sont hyper dangereux.

MICHAEL : Alors qu'est ce qu'on fait ? On la laisse ?

MARIA : Il a raison. C'est nous qui lui avons dit d'y aller. Alors on est responsable.

ISABEL : Mais on va pas défoncer la porte ! Imaginez que tout aille bien, que tout soit normal. Qu'est c'qu'on dira ?

MICHAEL : Mais enfin c'est Liz. Est ce que vous êtes prêts à risquer sa vie ?

ALEX : Non.

ISABEL : Non.

MICHAEL : Alors on y va.

MARIA : Attends, il faut me promettre que tu vas réfléchir avant d'agir. Et que tu mettras pas sa vie en danger.

MICHAEL : j'te le promets

ALEX : Bon, alors c'qu'on fait on y va et si tout est normal on s'excuse et on repart, c'est tout.

MICHAEL : Ouais d'accord.

ISABEL : Attendez. On prévient Max ?

(Chez les Evans)

(Le téléphone sonne)

MAX : Allo ?

LIZ : Allo, maman ?

MAX : Liz ?

LIZ : Ben oui, c'est moi. Voilà je t'appelais pour te dire que j'étais invitée à dîner chez Tess.

MAX Comment ça, qu'est ce que tu fais chez Tess ?

LIZ : Mr Harding insiste pour que je reste.

MAX : Qu'est ce qui y a ? Il se passe quelque chose ?

LIZ : Hum. Oh fait pour c'que tu m'as dit hier, maman. T'avais raison.

MAX : J'ai compris, j'arrive tout de suite. J'les laisserais pas te faire du mal.

LIZ : S'il te plaît.

MAX : Je m'dépeche.

LIZ : Oui maman.

(A l'extérieur de la maison de Tess)

(Maria, Michael, Isabel et Alex arrivent en voiture)

MARIA : Ca va, elle est là.

ISABEL : Qu'est ce qu'ils font, j'vois rien ?

ALEX : Ils se passent le plat de purée.

(A l'intérieur)

MR HARDING : Au fait Liz. Qu'est ce que font vos parents ?

LIZ : Ils ont un restaurant, à Roswell.

TESS : Liz y travaille aussi.

MR HARDING : Bien. Il s'appelle comment?

LIZ : Heu, le Crashdown.

MR HARDING : Et on mange quoi dans ce restaurant ?

TESS : Des menus extraterrestres.

MR HARDING : Hum, vous croyez aux extraterrestres ?

LIZ : Heu... C'est seulement un thème.

MR HARDING : Et... que faîtes vous en dehors de travailler au restaurant ?

LIZ : Et bien je... Je passe beaucoup de temps à mes études pour réussir.

MR HARDING : Et il y a un copain au milieu de tout ça ?

LIZ : Oh ! Euh... Papa.

MR HARDING : Oh, une jeune fille aussi ravissante que vous doit bien avoir un petit copain.

LIZ : C'est gentil, je vous remercie.

MR HARDING : Alors ? De quoi a-t-il l'air ?

LIZ : C'est juste...  C'est un garçon.

MR HARDING : Il s'appelle comment ?

TESS : Il s'appelle Max.

(A l'extérieur)

ISABEL : Max ? Comment t'as su qu'on était là ?

MAX : Liz m'a appelé.

MARIA : Quand est ce qu'elle t'a appelé ?

MAX : Il faut qu'on la sorte de là.

MICHAEL : Mais on n'peut pas entrer.

MAX : Pourquoi ?

MARIA : Ca pourrait aggraver la situation.

MAX : Elle est déjà grave la situation. S'ils sont réellement au FBI, qu'est ce qu'ils vont lui faire ?

MICHAEL : En tout vas on sait ce qu'ils te feront si tu y vas.

MAX : Je dois en prendre le risque.

(Dans la maison de Tess)

MR HARDING : Au fait la statue est toujours par terre.

LIZ : Mr Harding laissez.

MR HARDING : Mais non.

LIZ : Je vais le faire. Non, non vraiment J'ai vraiment suffisamment honte comme ça. J'vous la rembourserai si il faut.

MR HARDING : c'est inutile j'l'avais assurée.

LIZ : Non laissez moi faire...

MR HARDING : J'ai dit non !

(La sonnette de la porte d'entrée retentit. Mr Harding va répondre et Liz replace la caméra dans un bocal de perle)

MAX : Bonjour.

MR HARDING : Bonsoir.

TESS : Max ?

MR HARDING : Max ? Le petit copain de Liz ?

TESS : Papa.

MR HARDING : Comment saviez vous que Liz était là ?

MAX : C'est Tess que je venais voir.

TESS : Mais je ne vois pas très bien ce qu'on pourrait se dire.

MAX : Moi, je le sais.

TESS : Ecoute, si c'est à cause de ce qui s'est passé l'autre fois, tu as commis une erreur. Pas moi.

MAX : Je crois qu'on l'a commise tout les deux.

LIZ : Ecoute tout ça c'es du passé et c'est réglé alors allons nous en.

MAX Non, je dois parler à Tess. Alors tu t'en vas.

LIZ : Max ; Tess et moi nous avons eu une explication. Et je ne m'en irais pas sans toi.

MAX : Alors, on a plus qu'à s'en aller.

MR HARDING : La soirée n'est pas finie

LIZ : Heu si, elle est finie.

MR HARDING : Oh. Mais l'invitation reste valable pour une autre fois.

(Max et Liz partent et retrouvent les autres dehors)

MARIA : Est-ce que ça va ?

LIZ : La grande boite était... elle était pleine de photos.... Des photos de Max.

ISABEL : Allez on rentre.

(Valenti est dans sa voiture à côté. Il a pris des photos)

(Dans l'entrepôt)

MAX : Tu as pris beaucoup de risques. Merci d'avoir encore cru en moi.

LIZ : Mais j'avais confiance. Très confiance.

MAX : Je sais.

LIZ : Oui, mais tu l'as quand même embrassée. Et je vois toujours pas comment ça ça a pu s'expliquer.

(On entend et voit Tess qui verse la poubelle sur le piano. Isabel regarde la télé, qui retransmet les images de la caméra)

ISABEL : Max, Michael. Venez voir un peu ça.

MAX : Qu'est ce qu'il y a ?

ISABEL : Je suis pas sûre encore.

MICHAEL : On dirait que...

(Tess est en train de reconstruire la statue avec ses pouvoirs)

LIZ : Oh mon Dieu.

(Episode starts out at the Crashdown with Max and Isabel sitting at the counter. Liz is working.)

MAX: Uh, Miss.

LIZ: Uh, yes, sir?

MAX: Refill, please.

LIZ: It would be my pleasure.

ISABEL: God, do you have to do that?

MAX: What?

ISABEL: Be so public. I mean, it's kind of creepy.

(Sheriff Valenti walks in.)

LIZ: Oh, um, hi. Can I help you, Sheriff?

SHERIFF: Just the usual, Miss Parker.

LIZ: All righty, here you go, Sheriff.

SHERIFF: Thank you. Folks have a nice night.

(Michael walks up from the kitchen.)

MICHAEL: He knows.

MAX: What does he know?

MICHAEL: He's got the orb.

MAX: Which proves nothing. And if you hadn't taken it out of the apartment in the first place...

MICHAEL: Oh, yeah, it's always my fault.

ISABEL: Blaming each other is not going to change anything. So Valenti now has something from our planet in his possession.

LIZ: Even though he has it, he doesn't know what it is, right?

MAX: We don't even know what it is.

(Tess suddenly appears at Liz's elbow.)

TESS: What what is? Oh, sorry, I didn't mean to interrupt anything.

ISABEL: No, no. Hey we were just... um... Why don't you join us? Have a seat.

TESS: Thanks.

ISABEL: Sure.

TESS: So, what were you guys talking about?

LIZ: Can I get you something to drink, Tess?

TESS: Oh, thanks. Uh, Cherry coke with lime.

(Max is staring at Tess, and he gets a flash of them standing hand in hand in the desert.)

TESS: What's the matter? Do I have something in my teeth?

MAX: What? No. Let me help you with that.

(Max and Liz go into the kitchen.)

LIZ: Max, look, I have to get back to work.

MAX: Shh, Liz, just...

(They kiss.)

MAX: I just really needed to do that.

LIZ: `K.

(They kiss again, but Max has a flash/dream that he's kissing Tess.)

LIZ: Max. Max. Max. Where'd you go? Did you have another flash?

MAX: Yeah. No. No, I'm fine. I'm just tired, I guess. I'm sorry.

LIZ: That's ok. Look, I gotta get back to work. I'll see you later.

(Opening Credits)

(Sheriff Valenti is on the phone in his office. He's holding the orb)

SHERIFF: Topolsky. T-O-P-O-L-S-K-Y. Yeah, I know. She's a patient there. Well then, get permission. Put Dr. Margolin on the phone. This is important. He'll know what it's about. Alright, fine. I'll leave a message. Sheriff James Valenti...Roswell, New Mexico. I have to talk to her.

(In a hallway at school)

ALEX: Tess. Hey, Isabel.

ISABEL: Hi, Alex.

TESS: He's got it so bad for you.

ISABEL: He's sweet.

TESS: Sweet as in nice guy, or sweet as in potential love connection?

ISABEL: Sweet as in I don't know. What about you? You've been here a couple of weeks. You must have somebody in your radar.

TESS: Still soaking it all in. Although I have to admit, I'm a little bummed your brother is unavailable. I'm sort of into those serious mooded guys.

ISABEL: Yeah, well, you can forget it. He's a total goner. You should hear him talk about her. "Oh Liz is my soul mate. I never felt like this before." It's enough to make you want to gag.

TESS: That's weird. I thought I felt him...

ISABEL: What?

TESS: Nothing. I'm sure it was nothing.

(In BioLab.)

TEACHER: Combustibility. When two or more chemical elements become easily aroused culminating in oxidation and eventually burning. Since you're obviously so eager, Mr. Evans, I'd like you to come up and be Miss Harding's lab partner. I'm sure with your help, she'll be caught up in no time.

(Max goes to the front of the room, and grabs Tess off her stool, kisses her wildly as he lays her down on the teachers desk.)

TESS: Max, you're on fire. Oh, Max. You're on fire.

(He snaps out of his dream.)

TESS: Max. You're on fire.

(In the girls' bathroom.)

MARIA: Liz, Max was on fire.

LIZ: No, Maria, it was an accident.

MARIA: No, really, I did not like the way she was looking at him.

LIZ: Maria, Max and I are together now, and I don't have anything to worry about.

(In the boys' bathroom.)

MAX: Michael, I'm worried.

MICHAEL: You should be.

MAX: It's not about Valenti. It's about Tess, Isabel's friend. I'm having these daydreams about her.

MICHAEL: Daydreams?

MAX: Yeah, where we're together...you know, together.

MICHAEL: I guess you're only human after all, huh?

(In the girls' bathroom.)

MARIA: Max isn't human. What if Czechoslovakians can't resist temptation?

LIZ: Ok, so what you're saying is that this not only a romantic problem now, it's, you know, intergalactic. Come on, Maria. Don't you get it? You know, Max and I... we're really... we're really happy together, and...

(In the boys' bathroom.)

MAX: It's me. I'm the problem. Something's happening to me.

MICHAEL: Haven't you ever had a fantasy before?

MAX: This is different. It's out of my control. I can't stop it.

MICHAEL: We'll work it out.

MAX: Thanks for the compassion.

MICHAEL: Valenti has the communicator, and we need to do something about it. This isn't the time for your sex fantasies.

MAX: Michael, I'm telling you, there's something weird about this. It's like she knows something about me that she shouldn't know. I mean, who is she?

MICHAEL: Can you focus? I mean, focus on what's important here, Maxwell.

MAX: Forget about it? Why did I think you'd be any help?

(At the Valenti residence.)

KYLE: Pass the ball. Pass it. Come on, man!

(The phone rings)

SHERIFF: Yeah? Bethesda, Maryland? Yeah, thank you.

KYLE: Hello. I was watching that.

NEWSCASTER: Unfortunately the news tonight out of Bethesda, Maryland is not good.

SHERIFF: I'm sorry. This is important.

NEWSCASTER: We're still here on the scene of this tragic fire at the Bethesda Psychiatric Institute where six patients are now confirmed dead. Officials are still investigating the cause of the blaze, and arson has not yet been ruled out. We'll be keeping you updated throughout the night with more information from the local police and fire department as it comes. This is Thania St. John reporting live.

SHERIFF: Dr. Margolin, please. Yeah, I know about the fire. This is an emergency.

MARGOLIN: This is Dr. Margolin.

SHERIFF: Doctor, this is Sheriff Valenti.

MARGOLIN: Who?

SHERIFF: Jim Valenti...Roswell New Mexico.

MARGOLIN: Oh, yeah, you called before. What do you want?

SHERIFF: Yeah, I'm trying to get in touch with Kathleen Topolsky.

MARGOLIN: I'm sorry, Sheriff, but I'm afraid Kathleen Topolsky was one of the victims of the fire.

SHERIFF: Doctor, has anything happened since our meeting last week that makes you think this fire might have been set to do her harm?

MARGOLIN: Our meeting?

SHERIFF: Here in Roswell. You came looking for Ms. Topolsky.

MARGOLIN: Listen, Sheriff, I don't know who you are, and I've never been to Roswell, New Mexico in my life.

(At the UFO Museum.)

MAX: We're not open yet, Sheriff.

SHERIFF: I think I know how you feel now.

MAX: What do you mean?

SHERIFF: Not having anyone to talk to. Something tearing you up inside. Not being able to get it off your chest.

MAX: Is that what you need to do, Sheriff?

SHERIFF: Last night there was a fire in the psychiatric hospital in Bethesda, Maryland where Kathleen Topolsky was being treated, and she was killed. They say it was accidental.

MAX: But you don't believe that.

SHERIFF: Do you? Do you remember Dr. Margolin, psychiatrist who came out to get her that night? I talked to him last night. He didn't have the foggiest idea who I was. Never been to Roswell in his life. So who was he, Max? I mean the guy that was standing right there... right there in front of us? Who was he? And how the hell did he look like a doctor who was three thousand miles away? There was a crazy thing my father used to talk about... something called a shape-shifter... someone who could take on the form of another person.

MAX: There's no such thing as a shape-shifter.

SHERIFF: What if there is, Max? What is everything Topolsky told us was true? I mean, the Special Unit of the FBI... Pierce, the alien hunter...What if he just killed Topolsky and six completely innocent people. This is serious Max. People are dying. That list Topolsky talked about...Liz Parker's on that list. Your sister, Isabel's on the list... Michael, Maria, Alex... I'm on the list. You're not the only one in danger here...we all are. We need to help each other now. And you need to trust me, `cause somebody's out there right now. And anywhere you turn, he could be watching you.

(Michael's apartment. There's a hidden camera recording him.)

(At the school. Michael is sneaking into the Administrative Records room.)

MICHAEL: What the hell are you doing here?

MARIA: I saw you sneaking in. What are you doing here?

MICHAEL: Nothing.

MARIA: Michael, if you want to be a couple, you've got to learn how to trust me. `K, that's how a relationship works. No secrets. So either give it to me straight, or you're not going to be giving it to me at all.

MICHAEL: Fine, I'm checking out the new girl.

MARIA: Tess? Why?

MICHAEL: That's classified.

MARIA: Does this have anything to do with Max? I knew it.

MICHAEL: I'm just helping Max out, ok? It's not a big deal.

MARIA: I thought we were a team.

MICHAEL: What do you mean?

MARIA: We've always investigated as a team.

MICHAEL: Well, take it easy, Sherlock. When I find something, I'll let you know. Shhh.

MARIA: Shhh.

(Michael is walking down a residential street. He goes up to one of the houses, and looks in the window. It's empty. A military vehicle pulls up and three guys get out and go into the house.)

(At the Crashdown.)

LIZ: So listen, you know that assignment we have for BioLab?

MAX: Yeah?

LIZ: It was kinda left a little unclear whether Mr. Steigman wanted you to be Tess' lab partner for the day or from now on.

MAX: I'm sure he didn't mean it.

LIZ: Because, if you're going to be her lab partner, I'm kinda stuck without a partner so, I need to know.

MAX: Well, I guess we'll just have to ask Mr. Steigman.

LIZ: Right. It's just that we used to have an even number of students, and now that Tess is here, it's odd... it's an odd number. So, someone is going to be stuck without a partner, you know, mathematically.

MAX: Could we just stop talking about Tess?

MICHAEL: Yeah, that's probably a good idea. Can we talk?

MAX: I'll be right back.

LIZ: Ok.

MICHAEL: She's a liar.

MAX: Who?

MICHAEL: Tess. I went to her house.

ISABEL: You went to her house? Why?

MICHAEL: I was passing by. The point is: it was empty. Not a single box. They don't live there. It's a cover.

ISABEL: She did just move in, Michael. I can't believe I finally find a friend, and you just assume she's out to get us.

MICHAEL: There were military people there, Isabel.

ISABEL: Military people? Come on, Michael.

MICHAEL: Two men with briefcases and suits, and one with an M-16. They don't work at the cheese factory.

ISABEL: I'm sure there's a perfectly reasonable explanation.

MICHAEL: What?

MAX: Nothing.

MICHAEL: Maxwell.

MAX: Valenti came to me this morning. Topolsky was killed in a fire. He thinks everything Topolsky told us could be true, the alien hunter...everything.

MICHAEL: Why the hell didn't you tell us?

MAX: I didn't know if it was true. I didn't want anyone to panic and do something stupid.

MICHAEL: Hey, I'm trying to figure out which problem to panic over: you having secret meetings with Valenti or your new girlfriend Tess bringing the Army to town. You asked for my help.

MAX: Not exactly the kind of help I was looking for.

(Valenti walks in. He returns the orb.)

SHERIFF: Before you can expect somebody to trust you, you've got to trust them first. Whenever you're ready, Max.

(He leaves.)

MICHAEL: You're just making new friends all over the place, aren't you, Max? We need to do something about Tess.

ISABEL: I'll check it out.

(At the Harding residence.)

TESS: Hi, come on in.

ISABEL: How are you?

TESS: Doing good. I'm sorry about all the mess. The movers finally got here. We've been waiting for a week. I'm so glad to get out of the Tumbleweed Inn.

ISABEL: This is incredible.

TESS: That's a landed Buddha from the Republic of Mirama. It's really old.

MR. HARDING: Over three hundred years. I thought I'd help you out, honey.

TESS: Thanks, daddy. He loves collecting all this junk from all over the world.

MR. HARDING: It isn't junk, Sweetie. So this must be the Isabel my Tessie's been raving about, huh?

ISABEL: It's nice to meet you, Mr. Harding.

MR. HARDING: Oh, please..."Mr. Harding"...it makes me sound like my father. It's the 21st century after all, call me Ed.

ISABEL: Ok, Ed. So, what is it that you do that takes you to all these places?

MR. HARDING: Well, if I tell you, I'd have to kill you.

TESS: He always says that. He thinks he's so funny.

MR. HARDING: I'm sorry, Isabel. Every once in awhile, I like to think of my job as glamorous.

TESS: Daddy works with the Army...tells them how to run things. That's why we're here in Roswell.

MR. HARDING: I'm helping them convert their abandoned base facilities into storage units. Glamorous it ain't. Be careful with that. That's an antique. Excuse me girls.

TESS: Oh, let me show you where that goes.

ISABEL: Here, I'll get this one.

TESS: Put that down. I mean, you're my guest. You certainly shouldn't be doing any heavy lifting. Um, why don't I go get us a soda?

ISABEL: Ok.

MR. HARDING: What is she doing here?

TESS: She's my friend. She showed up.

(Nighttime. It's raining and Max is standing outside the Crashdown where Liz is closing up.)

LIZ: What's going on, Max?

MAX: I wanna talk.

LIZ: About what?

MAX: Liz, about what Michael said before, about Tess, I just...I want you to know that I don't feel anything for her. I look at you, and I know you're the person I'm supposed to be with. I've always known it. What happened here that day, when you got shot, and how that brought us together...it's fate. Look at me. You're the one, Liz...the only one. I could never be with anyone else.

(He leaves.)

(Outside the Crashdown, Tess is waiting for Max.)

TESS: Max! My car broke down. Can you believe it?

MAX: No.

TESS: No?

MAX: No, I don't believe it.

TESS: What are you talking about?

MAX: You planned this.

TESS: I planned what?

MAX: To be out here.

TESS: Max, you sound a little crazy.

MAX: You're doing something to me.

TESS: Max, my car broke down. I'm waiting for somebody to help me. I didn't plan anything.

MAX: I'm with Liz.

TESS: I know you are.

MAX: We belong together.

TESS: I'm sure that's true.

MAX: I don't want anyone but her.

TESS: I'm sure you don't.

(They kiss. Max has another flash of him and Tess in the desert holding hands. Liz sees them through the door of the restaurant.)

MAX: Who are you?

(At Michael's apartment.)

MICHAEL: What are you doing here?

MAX: I'm in trouble, Michael. I don't know what's happening to me.

MICHAEL: I'm not in the mood right now, Maxwell.

MAX: I kissed Tess.

MICHAEL: You what?

MAX: It was like... it was like something was controlling me.

MICHAEL: What's wrong with you?

MAX: I'm telling you that it isn't me.

MICHAEL: First you talk to Valenti behind my back, and now you're kissing Tess behind Liz's.

MAX: Michael, you've got to listen to me, please. You're the only one I can talk to about this. I'm telling you, there's something else going on!

MICHAEL: Why come to me? Why not go talk to your new buddy Valenti about it, alright?

MAX: Would you leave it alone, already? He gave us back the orb. Maybe he isn't just out to get us.

MICHAEL: Yeah, right. Sure. He's on our side. Why don't we just tell him everything?

MAX: I didn't tell him anything. Can't you understand that?

MICHAEL: No, the thing I can't understand right now is that I used to admire you. You were solid, someone I could trust. Even more that I could trust myself. And Liz trusted you. I don't know who you are anymore, Maxwell. So, why don't you get the hell out of my house, alright?

MAX: No Michael, listen to me.

MICHAEL: Take your hands off of me.

MAX: Listen to me! Listen to me! Michael.

(The find a small camera Velcro-ed to the top of Michael's fridge.)

MICHAEL: What the hell is that?

(At the Crashdown.)

MAX: It's definitely a camera.

ISABEL: Someone's been watching us?

MICHAEL: Valenti.

MAX: It's not Valenti, Michael.

MICHAEL: He's sucking you in Max. You don't even know it. He's watching us...always has been. Now he's just using toys.

MAX: Expensive toys. This would wipe out the budget for the Roswell PD for the entire year.

MICHAEL: Maybe it's Tess and her father. If they're FBI, they'd have access. We should check the out some more.

ISABEL: I already have. Her house was empty because they were waiting for the movers. They were staying at a hotel. Their stuff hadn't come yet. I saw the moving van. I saw the boxes. And her dad was normal...totally normal...a little dorky, but normal.

MICHAEL: What about the Army van outside her house? And those guys in the suits.

ISABEL: He's a consultant for the military. That's his job.

MICHAEL: Yeah, "consultant" is just another fancy word for "spy".

MAX: So there's absolutely nothing suspicious?

ISABEL: No. Well there was this one thing. I picked up this box of photos to try and help out. She grabbed it from me. She got really weird.

(Liz walks in and walks right past Max.)

MAX: Liz?

ISABEL: What was that about?

MICHAEL: That guy's got bigger problems than Valenti and the FBI put together.

(At the lockers in the back of the restaurant.)

MAX: Liz.

LIZ: I saw you, Max.

MAX: Liz, it's not what you think.

LIZ: How could you kiss her?

MAX: I don't know. I don't know what's happening.

LIZ: You know all those thing you said to me, Max? Were any of them true?

MAX: Liz... Liz, you've got to believe me. It wasn't me. She was there. She was waiting for me.

LIZ: Oh, so it's her fault.

MAX: Liz, something is going on with her. I'm telling you, something is not right about her.

LIZ: Not right about her, Max! What are you talking about?

MAX: The way I'm drawn to her, it's not just attraction. It's something else. Please, Liz, you have to have faith in me. In us.

LIZ: To have faith?

MAX: Yes. Until I figure out what's going on. I'm telling you, when I kissed her, I saw things. I had a flash.

LIZ: You had a flash when you kissed her, Max? Like when you kissed me? I guess I'm not so special after all, huh?

(Outside Liz's bedroom. Liz is crying.)

MARIA: Liz, are you ok?

LIZ: No, no. Not really.

MARIA: Michael told me you wanted to talk to somebody. That you needed a friend.

LIZ: Max kissed Tess.

MARIA: You're kidding! You're not kidding. No way, I cannot believe that. What a jerk. Liz, I'm sorry.

LIZ: That's not even like him.

MARIA: I just knew something was up with that chick. No, but you're right. That is so not like Max

LIZ: I'm so confused, Maria.

MARIA: What are you going to do?

LIZ: I don't know.

MARIA: You know that what ever you do, you know I've got your back, right.

LIZ: Yeah, it's like everything I see with my eyes tells me that he's cheating on me. But everything I felt with my heart tells me that he's not.

MARIA: I don't know if Max is lying or what, Liz, I just... I know that you usually go with your heart, so...

LIZ: I've got to find out what going on.

(In the kitchen at the Crashdown.)

ALEX: All right, come check this out.

MICHAEL: Cool how'd you make that work?

ALEX: It's a wireless system. It's an integrated camera with an microwave transmitter.

MICHAEL: How'd you know about all this stuff?

ALEX: Oh, I love this stuff. Are you kidding? Oh and listen, Michael, I mean... I don't mean to get all warm and fuzzy, but I'm really glad to be able to use what I know to help out... you know with... you know what we're doing.

MICHAEL: Whatever.

ALEX: Right. Anyway. It has a polarized high grain antenna with an automatic iris, and a built-in wide-angle lens.

MICHAEL: That explains why my nose looks so big.

MARIA: Hey, guys. What's up?

ALEX: Hey.

MICHAEL: Nothing.

MARIA: What is that, like porn, or something? Ooo, I'm not as flat as I thought I was!

MICHAEL: It's a wide-angle lens, so...

MARIA: Oh. So, you guys need that for... for what?

MICHAEL: We're using it to spy on Tess, alright?

MARIA: Don't you think that's a little drastic? I'm mean we already know they kissed.

MICHAEL: No, we think it's much more than that. We think they're FBI.

MARIA: What? What happened to partners? What happened to an even exchange of information, Michael?

MICHAEL: I lied.

MARIA: Well, you can't just break into someone's house and plant some camera.

ALEX: I've already staked out a position in this abandoned warehouse that's in range.

MARIA: No matter who you think these people are, you can't just break into their house. You've got to be smarter than that.

MICHAEL: Well, if you're so smart, why don't you think of something?

(At the Harding residence.)

TESS: Liz!

LIZ: Hi, can I come in?

TESS: Sure.

LIZ: Thanks. Um, we kinda just need to talk.

TESS: About what?

LIZ: About... you know...about Max. Actually, um, have you ever been in love, Tess?

TESS: I've gone out with a lot of guys, but we move around too much for me to get serious with just one.

LIZ: I'm in love with Max.

TESS: I'm sorry. I don't know what that has to do with me.

LIZ: I saw him kissing you.

TESS: I wish you hadn't. Honestly, I don't know where it came from. It surprised me as much as it did you.

LIZ: Ok, look. The reason I came over here, Tess, is that I just the two of us should just, you know, talk about it and get it out in the open. `Cause I know that you're friends with Isabel, and that we would be seeing each other.

TESS: Liz, you're right. I've just started to make friends here. And I like Isabel, but I like you. And the last thing I want to do is wreck that.

LIZ: You see, it's just, like, he's never done anything like this before.

TESS: It won't happen again, Liz.

LIZ: I wish I could believe that.

TESS: Can I get you anything? A water? A soda?

LIZ: A cup of tea would be great.

TESS: Sure.

(She hides the camera under the Buddha statue.)

LIZ: Ok the box is here. I'm going to go check it out.

(Mr. Harding walks in.)

MR. HARDING: What are you doing?

LIZ: Oh, um, Mr. Harding!

(She knocks over the statue in which she'd hidden the camera.)

(At the warehouse.)

MICHAEL: What happened?

ALEX: The camera's dead.

MARIA: Oh my God!

(At the Harding residence.)

LIZ: I'm sorry, Mr. Harding. Um, you know...I was just admiring it. I didn't mean to...

MR. HARDING: Accidents happen.

TESS: What was that? Oh my God, Dad.

LIZ: Please let me just help you clean this up.

MR. HARDING: We'll get it later.

LIZ: No, really, I insist.

MR. HARDING: We'll get it later! We were getting ready to have dinner. Why don't you join us?

LIZ: Um.

MR. HARDING: Please. I insist.

LIZ: Yeah, dinner would be great. Let me just call my mom.

(At the warehouse.)

MICHAEL: We've got to get over there.

ALEX: And do what?

MICHAEL: Get her out!

ISABEL: You're the one who keeps telling us how dangerous these people are.

MICHAEL: You just want to leave her there?

MARIA: No he's right. We've got to do something. We sent her in. We're responsible.

ISABEL: What are we supposed to do, just break down the door? What if everything's fine? What if everything's normal?

MICHAEL: Are you willing to take that chance with Liz's life?

ALEX: No.

MARIA: No.

MICHAEL: Then let's go.

MARIA: Wait. You have to promise me that you are not going to do anything crazy. You're not going to put her life in danger.

MICHAEL: I won't.

ALEX: Ok, so if we get there and everything seems cool, then let's just let her play it out.

MICHAEL: Good idea.

ISABEL: Wait, what about Max?

(At the Evans residence. A phone is ringing.)

MAX: Hello?

LIZ: Hi, Mom.

MAX: Liz?

LIZ: Yeah, it's me, Liz. I just wanted to call and let you know that I'm over at Tess' house.

MAX: What are you doing at Tess' house?

LIZ: Mr. Harding's insisting that I stay for dinner.

MAX: Liz, what's going on? Is something wrong?

LIZ: Um, you...you know that thing we were talking about yesterday, Mom? You're right.

MAX: Liz, stay put, I'll be right there. I won't let anything happen to you.

LIZ: That'd be great.

MAX: I'll be right there!

LIZ: Thanks, Mom.

(Outside the Harding residence.)

MARIA: There she is.

ISABEL: What are they doing in there?

ALEX: Passing the mashed potatoes.

(Inside the Harding residence.)

MR. HARDING: So, Liz, what do your parents do?

LIZ: They own a restaurant here in town.

TESS: Liz works there, too.

MR. HARDING: Terrific. What's the name of it?

LIZ: Um... The CrashDown.

MR. HARDING: What kind of food do they have?

TESS: Alien specials.

MR. HARDING: Ah. So, do you believe in aliens?

LIZ: It's just a theme.

MR. HARDING: So, what do you do when you're not working at the restaurant, Liz?

LIZ: I... I'm just busy with schoolwork mostly.

MR. HARDING: And is there a young man in the picture?

LIZ: Oh... well...

TESS: Dad!

MR. HARDING: Well, surely a girl as pretty as you must have a boyfriend.

LIZ: That's very sweet of you.

MR. HARDING: So what's he like?

LIZ: He's just... uhhh..... he... he's a guy.

MR. HARDING: What's his name?

TESS: His name is Max.

(Outside the Harding residence.)

ISABEL: Max! How did you know we were here?

MAX: I didn't. Liz called me.

MARIA: What! When did she call you?

MAX: We have to get her out of there!

MICHAEL: We can't go in there.

MAX: Why not?

MARIA: We could make things worse, that's why not.

MAX: How could they be any worse than they already are? If that really is the FBI in there, who knows what they'll do to her?

MICHAEL: And if you go in there, we know what they'll do to you.

MAX: That's a chance I'll have to take.

(Inside the Harding residence.)

MR. HARDING: Maybe I should go clean that up, huh?

LIZ: Please, let me do that.

MR. HARDING: It's ok.

LIZ: No, really. I feel absolutely horrible about it. Um, could I... Could I pay for it?

MR. HARDING: Don't worry. Homeowner's insurance.

LIZ: No, please, let me...

MR. HARDING: I said no!

(Doorbell rings. Mr. Harding gets up to answer it. Liz grabs the camera.)

MAX: Hi.

MR. HARDING: Hello.

TESS: Max!

MR. HARDING: Max? Liz's Max?

TESS: Dad.

MR. HARDING: How did you know Liz was here?

MAX: Actually, I came to see Tess.

TESS: But we have nothing to talk about.

MAX: But I think we do.

TESS: Look, whatever you think happened before was a mistake - that you made.

MAX: I think we both made a mistake.

LIZ: Ok, well whatever happened, it's over now, so let's just go.

MAX: Liz, I want you to go so that Tess and I can talk.

LIZ: Max, Tess and I have already straightened everything out. I'm not leaving without you.

MAX: Well, I guess we should be going then.

MR. HARDING: But the night's not over.

LIZ: Yes, it is.

MR. HARDING: Aw, we're going to have to do this again sometime, Liz.

(They leave and meet up with everyone outside.)

MARIA: Are you ok?

LIZ: You know that box? It is just full of pictures...pictures of Max.

ISABEL: Let's go.

(Valenti is hiding in a car taking pictures with a zoom lens of the activities outside the Harding residence.)

(At the Warehouse.)

MAX: You put yourself in danger. Thanks for believing in me.

LIZ: I went on faith...a lot of it.

MAX: I know.

LIZ: You know, you still kissed her, Max. I don't know if there'll ever be reason enough to explain that.

ISABEL: Max, Michael, come look at this.

MAX: What's going on?

ISABEL: I'm not sure.

MICHAEL: What the hell.

LIZ: Oh, my God.

(Scene fades as everyone sees Tess restoring the broken statue through the video camera)

Kikavu ?

Au total, 53 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

Aloon33 
01.06.2018 vers 19h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

Annaelle19 
08.06.2017 vers 14h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois

Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois
Le petit Théodore Kubrick de Ravin-Bilitch est venu rejoindre son papa Eric Bilitch et sa grande...

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage
A l'occasion de la sortie de Roswell, New Mexico en janvier sur la CW, voici un nouveau sondage sur...

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra
Shiri Appleby, l'inoubliable Liz Parker de la série originale, fera son grand retour à Roswell mais...

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation
La quatrième saison de la série UnREAL avec Shiri Appleby sera la dernière. En effet, la série n'a...

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot
La première bande-annonce de 'Roswell, New Mexico', le reboot de la série culte du début des années...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Xanaphia, Hier à 18:15

Les derniers de Seal Team sont dispo sur 6play ! Par contre Quantico pas encore....

choup37, Hier à 20:02

Nouveau sondage sur Merlin, Kaamelott, DW! Calendriers à commenter aussi, et même pdm ^^

Sydney, Hier à 20:11

nouveau sondage sur le quartier vampire diaires spécial fêtes de fin d'années ! venez voter !

choup37, Hier à 21:44

Plus que 4 votes pour valider la bannière de ma sorcière bien aimée

choup37, Hier à 21:45

Les votes du monde de joan ont aussi besoin d'être aidés

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site