VOTE | 104 fans

#112 : Le message

Titre VO : Into the Woods
Titre VF : Le message
Diffusion US : 26/01/2000
Ecrit par Thania St. John
Réalisateur : Nick Marck


Résumé : Dans les environs de Roswell, la nuit, des lumières strient dans le ciel. Serait-ce des signes annonçant l’arrivée d’extra-terrestre sur Terre ? Le sheriff Valenti, Liz et ses amis en sont persuadés…


Guests : John Doe (Geoffrey Parker), Ned Romero (River Dog), John Cullum (James Valenti Sr), Steve Hytner (Milton Ross), Garrett M. Brown (Phillip Evans), Robert F. Lyons (Hank Whitmore), Tom McCleister, Tony Papenfuss, Ted Rooney (Mr Whitman), Jason Peck (Hanson), Trevor Wright, Sean Sellers, John Michael Vaughn.

Popularité


4 - 1 vote

Titre VO
Into the Woods

Titre VF
Le message

Photos promo

Plus de détails

Un autre phénomène étrange se déroule dans les alentours de la ville. Une lumière apparaît dans le ciel à partir du sol.

Lorsque Maria arrive pour prendre son tour de service, Liz est en train de soigné son rhume grâce aux médicaments que lui a conseiller son amie. Maria est convaincu qu'il n'y a rien de mieux pour la remettre en forme.

Maria montre à Liz qu'elle a mis un faux piercing à son nombril. Voila faire une blague à son père, cette dernière l'installe à son nez et par dans le restaurant comme si de rien n'était. Lorsque Jeff voit ça, il est légèrement perturbé mais sa fille lui avoue aussitôt qu'il s'agit d'un faux.

Pendant ce temps, Max qui a entendu parlé de ce phénomène inhabituel va soustraire discrètement des infos à Milton. Le shérif, lui, essaye d'apprendre d'autres renseignements grâce aux témoins de l'événement.

Le lendemain, Maria arrive au Lycée avec un soutien gorge qu'il lui fait une plus grosse poitrine. Elle est ravie de voir que tous les garçons se focalisent sur elle quand elle passe même Alex. Liz trouve ça plutôt marrant.

Lorsque Alex apercoit Isabel, il perd complément le fil de la conversation avec ses deux amies. En parlant avec Isabel, le jeune homme apprend qu'elle ne sera pas la ce week-end. Elle participe avec Max et leur père au "Week-end avec son père".

En effet, il s'avère que ce week-end de camping se déroule justement dans la foret où a eu lieu l'évènement. Les trois extraterrestres ont donc opté pour cette solution pour approcher la zone sans se faire remarquer par la police qui surveille l'endroit. Michael lui, doit rester en ville.

Dans la soirée, le père de Liz entre dans la chambre de sa fille et la surprend à moitié nue. Il est gêné et Liz lui avoue qu'elle aimerait un peu plus d'intimité. Jeff veut absolument qu'ils partent ensemble au "week-end camping" pour ne pas changer les traditions mais Liz n'est pas vraiment motivé. Elle finit par accepter pour ne pas décevoir son père.

Michael quant à lui, rencontre River Dog. Il a des soupçons sur lui. Il se demande si cet homme n'est pas leur père biologique étant donné qu'il connaît tout plein de choses sur eux.

Le lendemain, Liz oblige Maria à venir avec elle au "Week-end". La jeune fille finit par accepter. Elle lui remet en même temps de nouveau médicament pour que Liz puisse finir de se soigner. Lorsque Jeff voit ça, il pense tout de suite qu'il s'agit de drogue.

Kyle passe au bureau de son père pour savoir s'il viendra au week-end. Il ne supporte plus que son père fasse passé son boulot de shérif avant lui. Valenti lui promet qu'il sera la et qu'il ne parlera pas de travail.

Le soir, les trois extraterrestres sont au Crashdown. Lorsque les deux garçons partent, ils discutent rapidement avec Liz et Maria en payant. Les jeunes filles inventent qu'elles ont rendez-vous avec des garçons plus âgés ce week end pour ne pas avouer qu'elles vont au Camping. Isabel, elle, reste parler avec Alex.

Le lendemain, c'est le grand départ pour le week-end. Alex, sachant que Isabel était présente, a réussit à motiver son père de l'accompagner. Les deux amies qui avaient menti sur leurs week end se retrouvent bien mal à l'aise devant Max.

Valenti et Kyle sont aussi au camping, mais lorsque Kyle découvre que son père a utilisé ce camping pour espionner Max, il est fortement déçu et lui reproche ce comportement.

La nuit tombée, les garçons jouent aux cartes et Isabel et Alex observent les étoiles.

Pendant ce temps, River Dog réveille Michael en pleine nuit. L'indien lui avoue que la lueur était bien réelle. Ils partent donc tous les deux pour mener leur enquête.

Lorsque Liz entre dans sa toile de tente, elle trouve son père avec le sachet de médicaments à la main. Il lui avoue ses craintes et elle finit par le rassurer. A peine couché, elle entend du bruit. Elle se lève et retrouve Isabel et Max. Maria arrive peu de temps après.

Les jeunes filles ont compris ce qu'ils voulaient faire et leur propose leur aide. Ils partent donc tous les quatre à la recherche de la marque.

River Dog et Michael avancent eux aussi de leur coté. Michael prend l'initiative de demander à l'indien s'il est leur père, seulement ça n'est pas le cas.

Pendant ce temps, au campement, Jeff affolé par la disparition de sa fille, lance les recherches. Les jeunes gens se sentent menacé. Du coup, Liz et Maria restent sur place et elles les aideront d'ailleurs à échapper à la chasse à l'homme mis en œuvre par Valenti.

Max et Isabel retrouvent Michael et River Dog près de l'endroit recherché. Grâce à leurs pouvoirs communs, ils révèlent le signe et sentent qu'il s'agit de quelque chose de chez eux. Max effacera le signe lumineux juste avant que ne débarquent Valenti. Les quatre amis feront semblant d'être perdu.

Confus, le shérif rend visite à son père à la maison de retraite. Il lui avoue que ses soupçons étaient peut être fondé et que depuis le début son père avait raison : la vie extraterrestre existe.

Le message

 

(L'épisode commence par deux jeunes en train de s'embrasser à l'arrière d'un pick-up dans la forêt. Alors que l'on voit et qu'on entend des éclairs de chaleurs pas loin un grand éclair très lumineux surgit du ciel)

 

(Le Crashdown)

 

(Au même moment la lumière du restaurant s'affaiblit puis revient à la normale. Liz éternue)

 

VOIX DE LIZ : Je n'aime pas quand je sens que je vais avoir un rhume. Ces petits signes contre lesquels vous ne pouvez rien et qui vous disent que quelque chose se prépare. Quelque chose qui peut être bénin si on fait ce qu'il faut, ou qui vous met à plat si vous ne faites pas attention.

 

(Maria entre)

 

LIZ : T'es en retard.

 

MARIA : Liz, aujourd'hui est le premier jour de c'qui nous reste encore à vivre.

 

LIZ : Toi, tu viens de discuter avec ta mère !

 

MARIA : Franchement, t'en n'as pas marre d'être l'esclave des mecs ?

 

LIZ : C'est bien ce qui me semblait.

 

MARIA : Et est ce que t'en n'as pas marre de te faire jeter à la moindre parole un peu déplacée ? Alors que nous on est s'en arrêt à leur service. Il est temps que l'on change. Qu'on explore d'autres possibilités. Toi et moi par exemple.

 

(Maria ouvre sa tenue de travaille pour montrer un nouvel anneau)

 

LIZ : Mais qu'est ce que tu fais ?

 

MARIA : Et voila !

 

LIZ : Oh, c'est pas vrai.

 

MARIA : On entre dans une aire nouvelle. On va concrétiser tous nos rêves les plus sauvages, les plus fous. On va enfin s'amuser et ça va changer.

 

LIZ : Oui, mais moi ça m'dit rien de me promener avec un anneau sur le ventre.

 

MARIA : Attends, j'te rassure tout de suite. Celui qui me percera le nombril n'est pas encore né.

 

(Liz éternue)

 

MARIA : Tu prends toujours le truc que j't'ai donné ?

 

LIZ : Oui, quatre fois par jour comme tu m'as dit.

 

JEFF : Quelqu'un peut venir m'aider s'il vous plaît ?

 

LIZ : J'suis là.

 

(Liz s'approche de son père. Elle a mis l'anneau de Maria à son nez)

 

JEFF : Oh mon Dieu !

 

LIZ : Rassure toi papa, c'est un faux.

 

JEFF : T'as peut-être autre chose à m'annoncer ? Un tatouage ou bien un...

 

LIZ : Non, rien.

 

JEFF : Tu sais, entre tes cours et tes nouveaux amis, on n'a jamais le temps de discuter tous les deux.

 

LIZ : Oui, je sais.

 

JEFF : On se rattrapera ce week-end.

 

LIZ : Ce week-end ?

 

JEFF : Oui, c'est la fête du camping, tu te souviens ? Je l'ai vu écrit sur ton calendrier.

 

LIZ : C'est vrai... C'est ce week-end, oui.

 

JEFF : Tu veux toujours venir?

 

LIZ : Oui, oui, bien sûr que je voudrais bien venir mais c'qu'il y a c'est que... j'connais pratiquement personne qui ira faire du camping. Parce qu'ils estiment qu'ils sont un peu trop grands.

 

JEFF : Oh ! Et t'es de leur avis ?

 

LIZ : Euh...

 

(Milton entre dans le Crashdown très excité)

 

MILTON : Ou est Max Evans ?

 

MARIA : Il travaille chez vous pas chez nous.

 

MILTON : Vous !... Vous êtes sa petite amie, non ?

 

JEFF : Oh, c'est vrai ça ?

 

LIZ : Non, non pas vraiment.

 

MILTON : Je dois le voir absolument.

 

LIZ : Pourquoi ? Qu'est ce qu'il s'est passé ?

 

MILTON : Ce que tout le monde attends depuis la théorie sur la gravitation universelle.... Un OVNI... Et cette fois, il y a des témoins.

 

(Générique)

 

(Le bureau du centre des Ovnis)

 

(Milton montre à Max ou l'éclair de lumière est tombé)

 

MILTON : Ici ! Près de Frazier Woods. Il paraît qu'il n'était pas loin. Combien peuvent se venter d'avoir vu ça ?

 

MAX : Comment le savez vous ?

 

MILTON : La radio de la police. Faut pas compter sur eux pour partager des informations.

 

MAX : Qui a témoigné ?

 

MILTON : Un dénommé Buzz. Il faisait de la marche.

 

MAX : C'est peut-être un canular.

 

MILTON : Oh, non, cette fois c'est vrai. Il y a d'autres témoignages. Deux motards qui roulaient, une famille qui campait, et puis un pêcheur, un dénommé Rocky Calhoun. Un canular je sais c'que c'est, Evans. Je les repaire à plus d'un kilomètre. C'est pas un canular.

 

MAX : Frazier Woods. Mais c'est immense.

 

MILTON : Oui, mais moi je sais où la police est allée.

 

MAX : Près de la réserve indienne ? Et qu'est ce que les témoins ont vu ?

 

(Le bureau du Shérif)

 

(Le Shérif interroge Rocky Calhoun, l'une des personnes qui disent avoir vu l'éclair)

 

ROCKY : Un flash de lumière.

 

SHERIF : Pouvez vous me décrire le phénomène ?

 

ROCKY : Non.

 

SHERIF : Quelle grosseur ? Quelle couleur ? Combien de temps ça a duré ?

 

ROCKY : Ecoutez, moi je suis pas comme certains types qui voient débarquer des petits hommes verts les soirs de pleine lune.

 

SHERIF : Je veux bien le croire.

 

ROCKY : Vous savez ce qu'on leur fait à ces gens là ? On les met en psychiatrie avec une camisole.

 

SHERIF : Ca ne risque pas de vous arriver, Rocky. Vous permettez que j'vous appelle Rocky ?

 

ROCKY : Vous ne seriez pas le seul... Vous savez des éclairs comme celui là il y en a sans arrêt par ici dès qu'il y a un orage sec.

 

SHERIF : Alors pour vous c'était un simple éclair ?... Très bien. J'arrête le magnéto... Rocky, ce que vous direz restera entre vous et moi. On est bien d'accord ? Alors dîtes moi ce que vous avez vu du début jusqu'à la fin... Et je vous jure sur ma plaque de Shérif que personne n'en n'aura connaissance.

 

ROCKY : J'ai vu une lumière toute blanche... Ca faisait comme un rayon.

 

(Le lycée)

 

(Maria arrive dans le hall. Tous les élèves la remarque)

 

ELEVE : Eh ! Regardez !

 

ELEVE : Wow !

 

ELEVE : Tu vas ou là ?

 

ELEVE : Elle est folle.

 

MARIA : Et tout ça sans me faire opérer. Alors ? Un simple soutien-gorge miracle et c'est comme si j'étais devenue le centre du monde.

 

LIZ : Cette fois c'est officiel, t'es folle.

 

MARIA : Non, je sais très bien c'que j'fais. J'ai déjà eu trois numéros de téléphone et il est à peine dix heures.

 

LIZ : C'est vrai ?

 

MARIA : Oui.

 

NEIL : Salut Maria.

 

MARIA : Salut Neil. Ils sont tous en train de craquer. Tu devrais t'en acheter un.

 

LIZ : Je sais pas. Ca fait...

 

(Liz et Maria voient Max entrer dans la remise)

 

LIZ : Avec qui il a rendez vous à ton avis ?

 

MARIA : L'ignorance est le meilleur des remèdes j'te rappelle.

 

LIZ : Non, mais c'est... par curiosité c'est tout. Rassures toi, j'ai pris l'habitude de l'ignorer. Mais c'qui... c'qui m'gène, c'est de pas savoir c'qui s'passe dans sa tête.

 

MARIA : C'est lui qui t'as larguée j'te signale.

 

(Elles voient Michaël y entrer à son tour.

 

MARIA : Vu ses fréquentations ça m'étonne pas.

 

(Alex arrive avec des tracts dans les mains)

 

ALEX : Okay, j'abandonne. Est-ce que vous étiez en train de parler de...

 

LIZ : Ceci est un soutien-gorge rempli d'eau. Est-ce que ça te dirait d'en essayer un ?

 

ALEX : Oh oui, plus tard. Tenez, voila un tract. Si j'en distribue suffisamment ma moyenne en économie passera de C à B moins. Alors j'me suis dévoué.

 

LIZ : Oh ! « La fête du camping ». Si j'vous demande si vous allez y participer ?

 

ALEX : T'as rêvé j'ai jamais été sportif. Sauf pour dénicher des soucoupes.

 

MARIA : J'ai pas d'père.

 

LIZ : J'espère que le mien aura autre chose à faire.

 

(Alex aperçoit Isabel devant son casier)

 

ALEX : Euh, j'vous laisse. J'suis en retard. Salut.

 

ELEVE : Salut Maria.

 

MARIA : Ah ! Ils en peuvent plus j'te dis.

 

LIZ : C'est dingue.

 

MARIA : Comment j'vais faire ?

 

ALEX : Bonjour. Est ce que tu vas de ce côté ?

 

ISABEL : Pas du tout. Je vais de l'autre côté.

 

ALEX : Ah ! C'est parfait, ça tombe très bien. Comment tu vas ?

 

ISABEL : J'vais très bien, merci.

 

ALEX : Bien, bien. Les films tu connais ?

 

ISABEL : Comment ça ?

 

ALEX : Ben oui, je m'demandais si les extraterrestres aimaient bien le cinéma.

 

ISABEL : Alex !

 

ALEX : Excuse moi, je suis vraiment désolé... Je retire c'que j'ai dit... Non, en fait il y a une rétrospective sur Fellini au ciné club vendredi... Et comme j'y vais peut-être que tu voudrais y aller...aussi.

 

ISABEL : Ca m'intéresse pas tellement.

 

ALEX : D'accord... Tiens.

 

ISABEL : Mais on peut aller voir un autre film si tu veux.

 

ALEX : Oh, ouais... C'est une pure idée.

 

ISABEL : Très bien. A tout a l'heure alors.

 

ALEX Ouais, quand tu voudras.

 

(Isabel se rend à son tour dans la remise)

 

ISABEL : Eh bien. J'me demande vraiment c'que j'viens faire ici.

 

MAX : Il nous fallait un endroit sûr pour parler. Il s'est passé beaucoup de choses depuis c'que m'a dit Milton.

 

MICHAËL : T'aurais jamais dû bosser dans ce centre.

 

MAX : Cinq personnes ont vu le même flash à Frazier Woods.

 

ISABEL : Cinq à enfermer.

 

MAX : Bon alors pourquoi Valenti un fait un périmètre de près de cinq km2 entre la forêt et la réserve indienne ?

 

MICHAËL : C'est pas loin de la grotte ?

 

ISABEL : Tu ne crois quand même pas que cette lumière...

 

MAX : C'est pas une coïncidence. On trouvera peut-être quelque chose si on est sur place avant Valenti.

 

ISABEL : On ne sait pas combien il y a de voitures qui patrouillent. Si jamais quelqu'un nous voit, on va nous demander pourquoi on est là ?

 

MAX : Qu'est ce qu'on fait à Frazier Woods ?

 

ISABEL : On marche, on pêche, on fait du camping.

 

MAX : Jamais j'n'aurais cru que j'vous proposerais une chose pareille. Mais, ça vous dirait d'aller camper ce week-end ?

 

MICHAËL : C'est une blague ?

 

ISABEL : On dira qu'on était avec des copains du collège et qu'on a... perdu le reste de la troupe.

 

MAX : Il y a un petit problème... Normalement on doit y aller avec son père. Et tel que j'connais l'tien.

 

MICHAËL : Ah, d'accord. J'suis pas dans l'coup ? J'ai compris.

 

(La chambre de Liz)

 

(Jeff entre sans frapper)

 

JEFF : Liz ? Tu es là ? Il y a quelqu'un ?

 

(Liz sort de la salle de bain à moitié habillée)

 

LIZ : Oh !

 

JEFF : Pardon !

 

LIZ : Papa ! Attends !

 

JEFF : Non, j'aurais dû frapper.

 

LIZ : C'est pas grave. C'est rien, t'en fais pas pour ça.

 

JEFF : Si, si, je dois respecter ton intimité.

 

LIZ : J't'assure que c'est pas grave. Tu, tu voulais quelque chose peut-être.

 

JEFF : Oui, je voudrais te reparler du camping de ce week-end. On devrait y aller et passer un peu de temps ensemble. On en n'a pas souvent l'occasion.

 

LIZ : Justement, c'est c'que j'étais en train d'me dire.

 

JEFF : Et, j'pourrais faire la connaissance de Max dont j'ai entendu parler. Et, et il a une sœur aussi, j'crois ?

 

LIZ : Isabel.

 

JEFF : Et celui-là avec les cheveux...

 

LIZ : Michaël.

 

JEFF : Michaël, ouais.

 

LIZ : Mais ça m'étonnerais qu'ils aient envie d'y aller.

 

JEFF : Oh ! Il y a des pères qui s'intéressent à leurs enfants et d'autres non... Bien. Merci.

 

LIZ : De rien papa.

 

(La caravane où habitent Michaël et Hank)

 

MICHAËL : Il y a déjà plus de lait !

 

HANK : Prends d'la bière ! Dis donc, j't'avais dis de faire la vaisselle, non ?

 

MICHAËL : Eh ! J'peux dîner, oui ?

 

HANK : Ah, parce que tu appelles ça dîner ?

 

MICHAËL : T'en a rien à faire.

 

HANK : Qu'est ce que t'as dit là ?

 

(Michaël se lève et donne un coup de pied à un objet ce qui fait du bruit)

 

VOISINE : Oh, doucement.

 

MICHAËL : Eh toi tu la fermes !

 

(River Dog apparaît dans la nuit)

 

MICHAËL : Eh ! Attendez ! Qu'est ce que vous faîtes là ?

 

RIVER DOG : L'avez-vous vu ?

 

MICHAËL : De quoi vous parlez ?

 

RIVER DOG : Est-ce que vous l'avez vu ?

 

MICHAËL : Vu quoi ?

 

RIVER DOG : Il était bien réel.

 

MICHAËL : J'en ai assez d'vos devinettes. De quoi vous voulez ?... L'éclair ? Et comment vous savez ?

 

RIVER DOG : Je l'avais déjà vu avant.

 

(Le Crashdown)

 

(Liz descend de sa chambre avec ses affaires de camping pendant que Maria se prépare pour travailler)

 

MARIA : Ca y est tu fais une fugue ?

 

LIZ : Maria, j'te l'demande à genoux... Viens avec moi s'il te plaît.

 

MARIA : J'te l'ai déjà dit. Pour moi affronter le milieu naturel c'est baisser les vitres de ma voiture en allant au centre commercial. Il est sympa ton père. Tu l'aimes ton père ?

 

LIZ : Oui. Bien sûr que j'l'aime. Mais quand il tient normalement son rôle. C'est-à-dire pas plus de trois fois par jour et pas plus de cinq minutes à la fois. Pas partir tout un week-end et sans télévision.

 

MARIA : Ouais. Moi aussi je trouve que les pères sont parfois trop envahissants.

 

LIZ : Ouais, en ce moment il me pose un tas de question sur tout. C'est un peu comme s'il voulait savoir tout ce que je pense et tout ce que je fais. Il m'a même parlé de Max, Michaël et Isabel.

 

MARIA : Hum, non, moi j'risque rien. Ma mère et moi on a appris à ce respecter.

 

LIZ : J'te paye.

 

MARIA : Combien ?

 

LIZ : 25 et tu viens.

 

MARIA : 100 dollars

 

LIZ : 50

 

MARIA : 75

 

LIZ : Non 62,50

 

MARIA : Ca m'énerve que tu comptes aussi vite.

 

LIZ : Alors 62,50 et j'te fais tes devoirs de maths pendant toute une semaine.

 

MARIA : Tu as gagné.

 

(Liz éternue)

 

MARIA : Oh ! Tiens je t'ai apporté des pilules aux herbes naturelles et un cachet doré aussi.

 

LIZ : Le car part à 5 h.

 

(Monsieur Parker voit les filles s'échanger le paquet contre de l'argent. Il croit que Liz achète de la drogue)

 

LIZ : Ca va papa ?

 

JEFF : Oui.

 

(Le commissariat)

 

HANSON : Tiens petit, ta bière sans alcool.

 

KYLE : Hanson, j'ai plus de 16 ans.

 

HANSON : Pardon, votre bière sans alcool, monsieur. Tu vas l'attendre alors ?

 

KYLE : Ouais. Il sait qu'on doit aller chercher une nouvelle tente. Et il m'avait dit de venir ici.

 

HANSON : C'est de la folie, depuis cette histoire de, d'éclair. Il a explosé son plafond de stress.

 

KYLE : C'est tout lui, ça.

 

SHERIF (il hurle) : Hanson ! Du café ! L'autre ordure de randonneur, il vient de tout déballer au journal de Roswell. USA Today l'a déjà appelé et je viens d'apprendre que Rocky était en train de négocier avec un autre journal... Salut Kyle.

 

HANSON : Alors c'est pas la peine que j'vous dise qu'il faut rappeler l'agent Stevens.

 

SHERIF : Vous allez appeler Miller et lui dire d'accélérer les recherches. Qu'il ratisse chaque cm2 de ce bois avant que Stevens et le FBI occupent le terrain... T'es pas en cours ? T'as déjà terminé ?

 

KYLE : Je quittais plus tôt aujourd'hui, tu t'rappelles ? On a exactement 36 minutes pour acheter une tente à moins évidemment que tu, tu puisses pas.

 

SHERIF : Ecoute kyle, pour ce week-end...

 

KYLE : Le week-end des pères de familles. Les deux jours de l'année que je peux passer avec toi.

 

SHERIF : Je sais... Kyle, on serait déjà partis s'il n'y avait pas eu une urgence.

 

KYLE : Alors c'est une urgence. Et qu'est ce qui se passe ? Tu peux m'le dire à moi. Les martiens nous envahissent ?

 

HANSON : J'ai le maire au téléphone, monsieur.

 

SHERIF : Je l'prends tout de suite. Ce que je peux te dire, c'est que je n'sais pas encore ce qui s'est passé. Mais je n'peux pas me permettre qu'un autre le découvre avant nous.

 

KYLE : Dis plutôt que tu n'veux pas.

 

SHERIF : Ca n'fait rien. T'as qu'à y aller sans moi. Je vais téléphoner à ton entraîneur et comme ça il y aura quelqu'un pour venir avec toi.

 

KYLE : Merci de faire un effort papa. J'te revois lundi.

 

(Kyle part l'air abattu)

 

(Le Crashdown)

 

(Max, Michaël et Isabel discutent assis dans un box)

 

MAX : Le vieil indien a vu l'éclair ?

 

MICHAËL : Oui, comme par hasard.

 

ISABEL : Et il a dit que c'était pas un orage. Tu sais c'que ça représente.

 

MAX : Notre première preuve. Ca peut nous mener vers un contact.

 

MICHAËL : On l'a peut-être déjà eu.

 

MAX : Comment ça ?

 

MICHAËL : Pourquoi est ce que River Dog me suit ? Pourquoi on l'intéresse ?

 

ISABEL : Parce qu'il a connu le quatrième.

 

MICHAËL : Ca c'est ce qu'il dit.

 

MAX : Tu n'le crois pas alors ?

 

MICHAËL : J'trouve qu'il en sait beaucoup. C'est pas un hasard s'il a su comment me soigner. C'est sûrement pas d'après des souvenirs d'enfance. Et les pierres ou est ce qu'ils les a eues ? Peut-être que c'est lui le type qu'on cherche depuis si longtemps.

 

MAX : Le quatrième extraterrestre ?

 

MICHAËL : C'est notre père, Max.

 

ISABEL : Michaël, je crois que tu te trompes.

 

MICHAËL : Pourquoi ? Parce que vous en avez un ?

 

ISABEL : Non, ça n'a rien à voir avec ça.

 

MICHAËL : River Dog en sait plus à propos de nous que Philip Evans ou un autre. Même s'il vous emmène souvent faire du camping.

 

(Alex, Liz et Maria discutent au comptoir. Il leur demande si Isabel le regarde un peu)

 

ALEX : Vas y dis moi ? Est ce que là elle regarde vers moi ?

 

LIZ : Euh... Non... En fait on peut pas dire ça, non.

 

ALEX : Isabel Evans et Alex Whitman qui vont au cinéma, c'est... c'est carrément un miracle. Enfin non c'est... c'est le moment le plus grandiose depuis que je suis en vie.

 

LIZ : Et si tu veux y rester respire un bon coup. D'accord ?

 

ALEX : Ah, non, non, non, c'est complètement dingue ce truc. Tu vois c'est... j'vais pas m'en remettre, je l'sens ça. C'est une blague ? Ah, non, ah, non c'est ce que vous pensez, alors. Mais oui, c'est une grosse blague et vous êtes là en train de me faire marcher. Mais ouais j'suis bête.

 

LIZ : Alex. Alex, Alex, ta paranoïa schizophrénique... elle revient.

 

ALEX : Ouais. Je vais aller me recueillir aux toilettes et essayer d'me parler à moi-même.

 

LIZ : Bonne idée.

 

MARIA : Tu vois c'que j'te disais ? Ces Tchécoslovaques ont un effet plus que désastreux sur nous tous. Si tu ne t'éloignes pas de ces gens, je devrais ramasser les morceaux de ton cœur au moins jusqu'à la fin de ta vie.

 

LIZ : Oh, non. Parce que je plus jamais je n'les approcherais, Maria. Euh... Max et moi ça fait des jours qu'on ne s'est rien dit.

 

MARIA : C'est vrai ça ?

 

LIZ : Oui.

 

MARIA : Alors pourquoi est ce qu'il te regarde depuis qu'il a débarqué ?

 

LIZ : Il me regarde ?

 

MARIA : Très bien. Alors il vaut mieux que je vienne avec toi. Liz, parle comme s'il n'existait pas, comme si ta vie était excitante. Mens s'il le faut. C'est dans ton intérêt.

 

MAX : Bonjour.

 

LIZ : Bonjour. Euh... Merci.

 

MAX : On n'te voit plus beaucoup.

 

LIZ : j'ai... pas mal d'occupations.

 

MARIA : Elle veut dire qu'elle est complètement débordée, d'ailleurs moi aussi, je suis débordée.

 

MICHAEL : Ah oui, je vois ça.

 

MARIA : On doit se préparer pour le week-end et tout.

 

MAX : Pourquoi ? Vous allez sortir ?

 

MARIA : Oh, oui... On va sortir... Oui... avec des hommes.

 

MICHAËL : Des hommes ?

 

MARIA : Des copains du collège qu'on voit pendant les vacances d'hiver. Ils nous invitent au restaurant. Un truc super cher.

 

MAX : Bon, ben. Alors amusez vous bien.

 

(Max et Michaël partent)

 

LIZ : Ecoute Maria je sais qu'en faisant ça tu veux m'aider à reprendre le dessus mais je n'ai pas du tout...

 

MARIA : Y a pas de « mais ». Liz crois moi, si je fais tout ça c'est dans ton intérêt.

 

LIZ : Oui.

 

(Maria et Liz voient Alex aller vers le box d'Isabel)

 

MARIA : Regarde ça.

 

ALEX : Eh... Salut.

 

MARIA : Encore un pauvre terrien qui va se faire embobiner.

 

ALEX : Voilà, je voudrais te parler de ce soir...

 

ISABEL : Oh, excuse moi Alex. Je peux pas venir avec toi. Je, je dois aller camper avec mon père et il a insisté, alors on doit annuler.

 

ALEX : Ah, mince, c'est dommage.

 

ISABEL : Oui, j'ai pas pu te prévenir et...

 

ALEX : Non, non, non, non c'est pas grave. Surtout faut pas t'en faire pour ça. C'est marrant parce que... j'allais justement te dire que moi aussi j'étais obligé de tout annuler à cause de cette histoire de camping avec les pères de famille. Et ouais. C'est un peu idiot mais tu vois il y a des traditions bien encrée dans c'pays.

 

ISABEL : Tu vas aller camper ?

 

ALEX : Hum. C'est fou les coïncidences.

 

ISABEL : Hum, hum.

 

(Sur le parking du Lycée)

 

(Les élèves et les parents se préparent pour le camping)

 

ALEX : Papa ! Attendez, je vais chercher mon père et après j'vous jure je m'occupe des étiquettes. Papa ! Eh, J'suis content que tu aies réussi à te libérer.

 

PERE D'ALEX : Tu veux vraiment y aller alors, tu es sûr ?

 

ALEX : Ah, ouais ! Oui, oui, j'veux y aller. Tu viens ?

 

PERE D'ALEX : Mais... On a rien préparé.

 

ALEX : On a des parkas, on a des sacs de couchage et le vent d ans le dos. Qu'est ce que tu veux d'plus ? Ton lacet est défait.

 

PHILIP : Vous êtes sûrs de vouloir y aller, alors ?

 

MAX : Ah oui. Ca fait longtemps qu'on attend ça.

 

ISABEL : Oui... On est super content. Moustiques, pipi dans la forêt, des bestioles partout. Génial.

 

PHILIP : Enfin, ça me fait quand même très plaisir de vous voir participer à cette fête.

 

ISABEL : Oh, tu n'le savais peut-être pas, mais nous on aime les traditions. Hein Max ?

 

MAX : Tout a fait.

 

JEFF : Maria, je suis très content que tu viennes avec nous.

 

LIZ : Oui, moi aussi.

 

JEFF : Parce que, il y a quelque chose dont nous devons tous parler. Et on n'peut le faire qu'en dehors de certaines influences extérieures, qui vous ont distraites...

 

LIZ : Oh, mon Dieu !

 

MARIA : Oh, non !

 

JEFF : Ah ben ça commence bien...

 

LIZ : C'est pas vrai. Maria, il est là. Qu'est ce que j'fais maintenant ?

 

MARIA : On a qu'à improviser. On leur dit seulement que nos copains doivent réviser et qu'on les voit le week-end prochain à Albuquerque.

 

LIZ : Non, inventer un scénario j'veux bien mais aller chercher des trucs complètement fantaisiste, ça, ça peut être dangereux.

 

L'ENTRAINEUR : Bennett, Butler. Eh, Valenti.

 

KYLE : Ouais, salut.

 

L'ENTRAINEUR : Alors ? Il paraît que toi et moi on va faire équipe ?

 

KYLE : Il parait.

 

VALENTI : Il y a un changement de programme.

 

L'ENTRAINEUR : Bon d'accord.

 

SHERIF : Et du nouveau matériel.

 

KYLE : Ah ouais. Je croyais que tu devais travailler.

 

SHERIF : Ils peuvent me joindre s'il le faut. Je vais aller m'inscrire.

 

SHERIF : Eh, Vous êtes encore des nôtres cette année, alors ?

 

JEFF : Oui mais vous vous avez un garçon.

 

SHERIF : Et, oui.

 

PERE D'ALEX : Bonjour Shérif.

 

SHERIF : Tiens. Jim, ce week-end c'est Jim.

 

PERE D'ALEX : Alors? Frazier Woods, hein?

 

SHERIF : Ouais.

 

PERE D'ALEX : Vous je n'sais pas mais moi je n'suis pas tranquille.

 

SHERIF : Pourquoi ? Le camp est délimité.

 

PERE D'ALEX : Mais, je parle de l'éclair. C'est, c'est là qu'il a été observé.

 

SHERIF : Non, c'est à plus de quatre kilomètres.

 

(Le shérif aperçoit Max et Isabel qui s'apprêtent à monter dans le bus)

 

SHERIF : Il faut pas vous en faire.

 

L'ENTRAINEUR : Coleman. Daskal. Evans. Hausman

 

LIZ : Comment j'vais faire ? Il va le savoir c'est sûr. Il appelle par ordre alphabétique.

 

L'ENTRAINEUR : Kalinowski. Parker. Pérez. Polinsky. Powell

 

MAX : Tiens, tiens ! C'était complet le restaurant ?

 

L'ENTRAINEUR : Simpson.

 

MARIA : Non, le dîner est remit à plus tard...

 

L'ENTRAINEUR : Polerman, Valenti. Et Wills.

 

MARIA : Quand j'pense que c'était presque gagné.

 

L'ENTRAINEUR : Ok, c'est bon. Finissez de charger. Et montez dan le car.

 

SHERIF : Oui c'est moi. Dites à Miller de mettre plus d'hommes sur le périmètre. Il y aura peut-être quelque chose ce soir. Je veux qu'on soit prêt.

 

(Le camping de Frazier Woods)

 

(Tout le monde se cherche un emplacement pour y poser sa tente)

 

PHILIP : Eh ! Ca a l'air impecable ici.

 

MAX : Et là bas, à droite. C'est plus prêt des arbres.

 

PHILIP : Ouais. Si tu veux.

 

MAX : Ce sera plus facile de partir si on est prêt des bois.

 

ISABEL : C'est dangereux, Max. Tu as vu qui est là ?

 

MAX : Raison de plus pour qu'on aille sur place. S'il s'est passé quelque chose, s'il y a un indice, on doit à tout pris le trouver avant lui... On n'a pas le choix.

 

KYLE : J'ai bien l'intention de battre mon record. L'an dernier j'avais mangé cinq côtes de porcs. Cette année je tente les six. Et toi ?... Papa... On s'reveille. Je suis là.

 

SHERIF : Excuse moi. Qu'est ce que tu disais ?

 

KYLE : Attends ! Qu'est ce que tu fais ?

 

SHERIF : J'ai promis à Miller que je resterais en contact, mais je reçois mal ici. Je n'sais pas pourquoi. On va essayer un autre coin.

 

KYLE : C'est l'endroit que j'ai choisi.

 

SHERIF : Kyle !

 

KYLE : Je...

 

ALEX : Et oui, tu ne rêves pas. On va camper. Bonjour, ça va ? Et voilà, on en voit le bout. Ah, je sens qu'on va vachement s'amuser.

 

(Le Shérif se rapproche du camp de Max et Isabel et comme par hasard le téléphone passe)

 

SHERIF : Ca marche. Je reçois plein pot. Eh ! Il y a assez de place ? On peut se mettre là ?... Il y a plus qu'à planter la tente.

 

(Jeff, Maria et Liz arrivent au même endroit que le camp de Max et Isabel)

 

SHERIF : Jeff ! Venez là. Plus on est de fous plus on rit.

 

LIZ ET MARIA : Je crois pas qu'ce soit une bonne idée.

 

JEFF : Regardez, c'est Alex. Ben, ça tombe bien ça fait longtemps que j'ai pas vu son père.

 

SHERIF : Soyez les bienvenus.

 

JEFF : Vous êtes sûrs qu'on vous gène pas ?

 

SHERIF : Mais non.

 

(C'est le soir. Kyle raconte une histoire sensée faire peur devant un feu de camp)

 

KYLE : Et ce même été, il y a eu cinq vaches toutes mutilées à des endroits précis. Les cinq appartenaient à Haddie Wexler. Et elle est morte deux mois plus tard. Il y a eu une autopsie, et son crâne était percé de plusieurs trous, exactement là ou elle avait affirmé que les extraterrestres les avaient fait quand ils l'ont enlevée. Et ce crâne... est quelque par sous deux mètres de terre dans la zone 51.

 

SHERIF : Tu vas leur faire peur avec tes histoires. Où tu as entendu ça ?

 

KYLE : C'est grand-père qui nous l'a racontée, non ?

 

(Max, son père, Mr Parker et le père d'Alex jouent au poker)

 

MAX : Je remets vos cinquante et vingt-cinq de plus.

 

PHILIP : J'me couche. J'ai plus de monnaie.

 

PERE D'ALEX : Moi, j'ai plus rien.

 

JEFF : Qu'est ce que vous me cachez ? Vous devez avoir des pouvoirs surnaturels pour qu'ils aient un jeu aussi mauvais... J'ai un Full, valet et huit !

 

(Max a un jeu plus fort que Mr Parker. Il a un Full, As et 9. Mais il transforme un As en 2 pour que Mr Parker puisse gagner)

 

MAX : Deux paires. Vous gagnez.

 

JEFF : Vous avez bien menti, mais j'ai lu dans vos pensées.

 

(Alex et Isabel observent les étoiles)

 

ISABEL : Et là juste à droite de la Voie Lactée, c'est Orion.

 

ALEX : Ah ouais !

 

ISABEL : Et tu vois l'étoile polaire ?

 

ALEX : Ouais.

 

ISABEL : Alors tu prends un peu à gauche, et puis un petit peu au dessus. Il y a un groupe d'étoiles. Et bien ça c'est la constellation Cygnus. C'est beau tu n'trouves pas ?

 

ALEX : Ah oui, c'est magique.

 

ISABEL : Quoi ?

 

ALEX : Regarder les étoiles avec toi c'est... Ca m'est déjà arrivé avant de regarder le ciel. Mais bon pour moi c'était seulement des étoiles et elles se ressemblaient toutes. Mais. Je sais pas pourquoi, avec toi... c'est autre chose. Je viens de me rendre compte que chaque étoile est... est un mystère. Et ce qui est fou c'est qu'il y en a encore des milliards comme ça. C'est encore mieux qu'un beau film au cinéma.

 

ISABEL : Merci.

 

ALEX : Justement... Comme on ne sortira pas ensemble ce soir comme on l'avait envisagé, est ce qu'on pourrait pas prévoir de faire quelque chose tous les deux... vendredi soir ?

 

ISABEL : De quoi tu parles ?

 

ALEX : Excuse moi, non.... Je suis bête j'aurais pas dû dire ça.

 

ISABEL : Moi ce que j'veux c'est aller au cinéma avec toi, et... et aller ailleurs, s'amuser, comme de bons copains.

 

ALEX : Oh, ouais, ouais bien sûr, et moi aussi.

 

ISABEL : On ne peut pas aller plus loin Alex. Il faut que tu comprennes qu'il ne peut rien avoir entre nous.

 

(Isabel part)

 

Max rejoint Liz qui est en train de se brosser les dents vers un point d'eau)

 

MAX : Mieux vaut prévenir que guérir.

 

LIZ : Oui. Contrairement à ce que pensent les gens, le chewing-gum ne remplace pas une bonne hygiène dentaire.

 

MAX : Attends. Alors ça va être... Ca va être comme ça entre nous à partir de maintenant ?

 

LIZ : C'est toi qui as voulu que se soit comme ça.

 

MAX : Pas du tout. Je voulais que... Qu'on prenne du recul, mais pas à ce point là.

 

LIZ : Pas la peine. Je sais bien ce qui se passe. Il suffit que j'te regarde pour savoir que tu n'es pas bien. Ca fait un moment que j'attends que tu viennes me l'dire, mais... non... Tu es là à cause de l'éclair de lumière, c'est ça ?

 

MAX : Personne ne doit le savoir.

 

LIZ : Je sais que tu penses qu'on ne doit pas sortir ensemble... T'as peut-être raison. Mais j'me sens quand même concernée.

 

(La caravane de Michaël)

 

(Michaël dort. River Dog arrive)

 

RIVER DOG : Il est temps.

 

(Le camping)

 

(Liz ouvre sa tente et découvre son père en train de fouiller dans ses affaires)

 

JEFF : Tu devais pas faire un brin de toilette ?

 

LIZ : J'ai fini. Qu'est ce que tu fais là ?

 

JEFF : Je suis venu chercher ça. Tu peux me dire ce que c'est ?

 

LIZ : Oui, bien sûr. Euh, se sont des cachets aux plantes.

 

JEFF : Heu.

 

LIZ : C'est contre le rhume. Pourquoi tu croyais que c'était quoi ?

 

JEFF : Non, rien. Je voulais savoir.

 

LIZ : Tu as cru que je me droguais.

 

JEFF : Je n'savais plus c'que j'devais croire. Tu as grandi tellement vite que... J'ai l'impression de n'plus faire partie de ta vie maintenant.

 

LIZ : J'ai besoin de mon intimité, c'est tout.

 

JEFF : Ouais, bien sûr.

 

VOIX DE LIZ : On a tous des raisons de vouloir maintenir les gens à l'écart un jour ou l'autre. Un peu par instinct pour ne pas souffrir. C'est dans la nature humaine. Je voudrais tellement que Max le comprenne ça. Qu'il se rende compte qu'il n'est pas si différent des autres. Là, on aurait peut-être une chance.

 

(Max et Isabel quittent leur tente pendant la nuit. Liz les suit. Max l'a remarquée et il la rejoint)

 

MAX : Shut.

 

LIZ : Qu'est ce que tu m'as fait peur.

 

ISABEL : Et nous à ton avis, on n'a pas eu peur ?

 

MAX : Repart tout de suite.

 

LIZ : Max, pour moi aussi c'est important.

 

ISABEL : La priorité c'est qu'on découvre l'origine de cette lumière avant qu'un autre le fasse.

 

LIZ : Tu n'peux pas me demander de repartir.

 

ISABEL : C'est une erreur Max. Si on met trop de gens au courant ce sera une...

 

(Maria arrive à son tour)

 

ISABEL :Ah, ben bravo. On a plus qu'à envoyer une fusée éclairante maintenant.

 

MARIA : Je m'disais bien aussi que vous alliez faire une escapade en amoureux. Toi aussi tu leur as dit qu'il fallait arrêter ?

 

LIZ : Maria, ils sont là à cause de l'éclair.

 

MARIA : C'est vrai alors ?

 

MAX : C'est ce qu'on voudrait savoir.

 

ISABEL : Ecoute, reste là si ça te fait plaisir, mais moi j'ai pas de temps à perdre.

 

(Max part avec Isabel)

 

LIZ : Tu restes ou tu viens avec moi ?

 

MARIA : Non, tu n'y vas pas !

 

LIZ : Dépêche toi Maria. Parce que j'pars.

 

MARIA : Tu peux pas te passer de lui alors ?

 

LIZ : J'en ai pas envie.

 

MARIA : Attends !

 

(Maria et Liz les rejoignent. Personne n'a vu que le Shérif les suit)

 

MARIA : Dîtes. Est-ce qu'on va marcher encore longtemps comme ça ?

 

MAX : Non, c'est plus très loin.

 

MARIA : J'peux vous dire qu'il fait zéro si c'est pas moins.

 

LIZ : Non, Maria il fait pas aussi froid.

 

MARIA : Ah, oui. Alors pourquoi les bonnets de mon soutifs sont gelés ? J'ai les seins fermes remarque.

 

(Les chiens de la police se mettent à aboyer)

 

LIZ : C'est des coyotes ?

 

MAX : Des chiens policiers. Venez il faut courir. Allez !

 

(Jeff se réveille et cherche Liz autour de lui)

 

JEFF : Liz. Reste pas dehors, ma chérie, il fait froid. Liz, écoute j'te demande pardon pour tout à l'heure...

 

(Il remarque que Liz n'est plus là)

 

JEFF : Oh, c'est pas vrai ! Liz ?

 

ADJOINT : Doucement, doucement, c'est bien, c'est bien, continue cherche, cherche.

 

MAX : On peut pas les semer, ils sont trop rapides.

 

LIZ : Qu'est ce qu'on va faire ?

 

MAX : Je sais pas.

 

LIZ : Vous, vous n'avez qu'à repartir.

 

MAX : Quoi ?

 

LIZ : Il vaut mieux que ce soit nous qui nous fassions attraper.

 

MAX : Non, Liz.

 

LIZ : Repartez, nous on dira qu'on s'est perdues dans la forêt. C'est vous le plus important. Fait c'que j'dis.

 

MAX : Tu es sûre ?

 

LIZ : Oui. S'il y a quelque chose là-bas il faut que vous le trouviez.

 

MAX : D'accord.

 

LIZ : Isabel, vite, vite.

 

LIZ ET MARIA : On est là, au secours ! Au secours ! On est là, on est là, on est là !

 

MARIA : C'est ma mère qui va être contente.

 

(Michaël et River Dog sont aussi dans la forêt pour l'éclair)

 

RIVER DOG : C'est derrière.

 

(River Dog fait une chute en passant un tronc d'arbre)

 

MICHAËL : Est-ce que ça va ?

 

RIVER DOG : Tenez moi bien.

 

MICHAËL : Quoi, ou est ce que vous avez mal ?

 

RIVER DOG : A la cheville. J'ai dû me la casser... C'est... à moins d'un kilomètre vers le nord. Vous pouvez pas vous tromper.

 

MICHAËL : Vous n'avez qu'à vous la soigner.

 

RIVER DOG : Quoi ?

 

MICHAËL : Votre cheville.

 

RIVER DOG : Pourquoi vous m'dîtes ça ?

 

MICHAËL : C'est vous qui allez me dire la vérité.

 

RIVER DOG : La vérité sur quoi ?

 

MICHAËL : Qui êtes vous réellement ?

 

RIVER DOG : Vous croyez que je suis Nasedo.

 

MICHAËL : Vous savez tout sur nous. Vous saviez c'que j'avais quand j'étais malade. Et vous avez très bien su m'guérir. Comment savez vous toutes ces choses ? Et pourquoi vous voudriez nous aider si vous n'étiez pas... notre ?...

 

RIVER DOG : Je suis désolé Michaël. Je n'suis pas votre père.

 

MICHAËL : Je voulais en être sûr.

 

(Michaël guérit la cheville de River Dog. Il a un flash. Il se voit dans le désert au milieu de signes extraterrestres sur le sol)

 

MICHAËL : Vous pouvez marcher.

 

RIVER DOG : Merci... Maintenant on est quittes.

 

MICHAËL : Non, on n'pourra jamais l'être... Il faut y aller. Vite.

 

(M. Parker a rejoint Liz et Maria dans la forêt. Il est accompagné par une patrouille de police)

 

Jeff : Oh, mon Dieu ! Qu'est ce que vous m'avez fait peur.

 

LIZ : Excuse moi papa, je suis désolée.

 

MARIA : C'est ma faute, monsieur Parker. J'ai eu envie d'aller aux toilettes, j'ai demandé à Liz de m'accompagner et puis on s'est perdues.

 

JEFF : C'est pas grave. Le plus important c'est que vous n'ayez rien.

 

PHILIP : Vous, vous n'avez trouvé personne d'autre ?

 

L'ADJOINT : Si, le type qui est là-bas.

 

MILTON : Je suis un scientifique.

 

L'ADJOINT : Il se promenait dans les bois avec un détecteur à métaux. Il cherchait des soucoupes.

 

MILTON : Vous commettez une erreur monumentale. Vous êtes en danger, tous.

 

PHILIP : Je parlais de mes enfants. Max et Isabel.

 

L'ADJOINT : Non monsieur, désolé.

 

MAX : La grotte. On est arrivés.

 

(Le shérif est toujours derrière Max et Isabel. Kyle arrive derrière son père et lui touche l'épaule)

 

SHERIF : Kyle. Mais qu'est ce que tu fais ici ?

 

KYLE : Je voulais savoir ce qui était plus important que moi.

 

SHERIF : Tu n'peux pas comprendre.

 

KYLE : T'as raison. Je ne comprends pas pourquoi tu poursuis Max Evans. Alors tu vas me l'dire.

 

(Clairière à côté de la grotte)

 

(River Dog et Michaël arrivent et tombent nez à nez avec Max et Isabel)

 

RIVER DOG : Attendez ! Que viennent ils faire ici ?

 

MICHAËL : Ils ont trouvé tout seul.

 

RIVER DOG : Très bien. Ce doit être tout près.

 

MAX : Qu'est ce qu'on doit trouver ?

 

(Kyle et son père se cachent derrière un buisson. Ils ne peuvent rien voir de ce qui se passe)

 

SHERIF : Kyle, je veux que tu repartes tout de suite au camp.

 

KYLE : Combien de fois j'ai entendu ces histoires ? Et combien de fois... t'étais là, à la maison à regarder grand-mère pleurer pendant que grand-père passait la nuit dans les bois à la recherche d'extraterrestres ? Et aujourd'hui ce serait mon tour ? Sûrement pas.

 

SHERIF : Attends, Kyle !

 

KYLE : Je sais maintenant pourquoi t'as plus voulu revoir grand-père. C'est parce que tu passais après tout le reste.

 

ISABEL : Regardez ! C'est le symbole qu'on avait vu dans la grotte.

 

MICHAËL : C'est la lumière blanche ou l'éclair qui a fait ça.

 

RIVER DOG : Oui. C'est un signe.

 

(Isabel, Max et Michaël ont découvert un signe extraterrestre dessiné sur le sol. Chacun d'eux met sa main au dessus et la bouge. River Dog éteint sa lampe de poche. Le signe s'éclaire d'une lumière bleue

 

RIVER DOG : Il s'adresse à vous.

 

MAX : Qu'est ce qu'il veut dire ?

 

MICHAËL : Qu'il est revenu. Nasedo est ici.

 

(Le shérif entre dans la clairière)

 

MAX : Il y a quelqu'un.

 

MICHAËL : Qu'est ce que vous voulez ?

 

SHERIF : Laissez moi passer.

 

RIVER DOG : Faîtes ce qu'il dit.

 

(Max utilise ses pouvoirs pour faire disparaître le signe extraterrestre pendant que Michaël bloque le passage au Shérif)

 

SHERIF : Il y avait quelque chose. Qu'est ce que vous regardiez ?

 

MAX : Ca fait des heures qu'on tourne en rond. Merci de nous avoir retrouvés.

 

(Max, Michaël, Isabel et River Dog partent laissant le Shérif seul)

 

(Maison de retraite)

 

(Le shérif est à l'entrée du réfectoire. Il observe quelqu'un)

 

INFIRMIER : Puis-je vous aider ?

 

SHERIF : Oui, je voudrais voir James Valenti Senior.

 

INFIRMIER : Et vous êtes ?

 

SHERIF : Je suis son fils.

 

INFIRMIER : Il est là-bas.

 

(Le Shérif s'approche d'un vieil homme dans un fauteuil roulant qui a des difficultés pour manger ses fruits)

 

SHERIF : Papa ?

 

JIM SENIOR : J'arrive pas à les attraper.

 

SHERIF : Papa, c'est moi. Jimmy... Comment tu vas ? Ca fait longtemps.

 

JIM SENIOR : Très longtemps.

 

(Le Shérif vient s'asseoir à côté de son père)

 

SHERIF : Peut-être que c'était vrai. Peut-être que c'est toi qui avais raison. J'te demande pardon... Je vais t'aider si tu veux... Tiens.

 

(Il aide son père à manger)

 

Fin de l'épisode

Into the Woods

 

(Episode starts with a scene of two people making out in the back of a truck in the woods. There is a lot of lightning flashing in the sky, along with a bright white light)

(Scene switches to the Crashdown, where the lights die off for a brief instant due to the lightning storm outside. Liz has a cold and is taking some echinacea to combat it)

VOICEOVER: I hate the start of a cold. That little tickle that tells you something's about to happen that you know you can't prevent, something that could be mild if you do all the right things, or could knock you off your feet if you're not careful.

LIZ: You're late.

MARIA: Liz, today is the first day of the rest of our lives.

LIZ: Spending time with your mother again?

MARIA: No, I mean it. Aren't you tired of being a slave to men?

LIZ: Definitely your mom.

MARIA: Tired of spending every waking moment pining over them, just for us to get our hearts crushed in the end. It is time to branch out, to explore other possibilities. You and me babe, together.

(Maria opens up her uniform to reveal a navel ring)

LIZ: Maria, what are you...

MARIA: Ta-da!

LIZ: Oh, my God!

MARIA: We are turning over a new leaf. We are enjoying our wild and crazy years to the fullest. You know, having fun for a change.

LIZ: Yeah, but skewering my navel is not exactly my idea of fun.

MARIA: Yeah, relax, honey. You think I'd let anyone get near me with a needle?

(Liz sneezes)

MARIA: You still pumping that echinacea I gave you?

LIZ: Yes, like 4 times a day.

JEFF: Hey, could one of you give me a hand over here?

LIZ: Sure.

(Liz walks up to her father wearing Maria's fake ring on her nose)

JEFF: Oh, my god!

LIZ: Don't worry, dad, it's fake.

JEFF: Anything else I should know, a tattoo, maybe, uh...

LIZ: No. Nothing.

JEFF: You've been so busy with school and new friends, I mean, we don't even get a chance to talk.

LIZ: I know, dad.

JEFF: We could make up for it this weekend.

LIZ: This weekend?

JEFF: Isn't that the fathers' camping weekend? I saw it listed on your school calendar.

LIZ: Yeah right, it is this weekend. You're right.

JEFF: You still want to go, don't you?

LIZ: Yeah...yeah, dad, I would--I do want to go. It's just that, you know, not that many people I know are actually gonna be going. Because they've sort of, like, outgrown it.

JEFF: Oh. Is that how you feel?

(Milton enters the Crashdown looking very excited)

MILTON: Where's Max Evans?

MARIA: I thought he worked for you, dude.

MILTON: You...you're Max's girlfriend, right?

JEFF: She is?

LIZ: No, no, not really.

MILTON: I have to find him.

LIZ: Why? What's going on?

MILTON: Just everything we've been waiting our entire lives for. There's been a sighting.

(Opening credits)

(At the UFO Museum, Milton is briefing Max on the sighting)

MILTON: It was here, out in Frazier Woods. A close encounter. How many of us can say we've had that?

MAX: How'd you find out?

MILTON: Police scanner. You can never trust the law to share information.

MAX: Well, who reported it?

MILTON: Some hiker named Buzz.

MAX: So it could all just be a hoax.

MILTON: Oh, no, it's real all right. There's corroboration. Uh, 2 motorists, a family that was camping, and a fly fisherman by the name of Rocky Calhoun. I've seen a lot of hoaxes, Evans. I can smell them a mile away. This is no hoax.

MAX: Frazier woods is a big place.

MILTON: Not when you know where the cops are looking.

MAX: Near the Indian reservation, huh? What exactly did these witnesses see?

(The Sheriff is interrogating Rocky Calhoun, one of the people who reported the sighting)

ROCKY: A flash of light.

SHERIFF: Can you describe it in any more detail?

ROCKY: Nope.

SHERIFF: Well, how big was it? Did it have a color? How long did it last?

ROCKY: Listen, I ain't one of those nuts that sees spacemen coming out from behind every tree.

SHERIFF: Of course not.

ROCKY: You know what they do with those people? They lock them up tight in the looney bin.

SHERIFF: You don't have to worry about that, Rocky. You mind if I call you Rocky?

ROCKY: Everyone does. Look, Sheriff, there's been dry lightning all over these woods for days.

SHERIFF: Did this look like dry lightning to you, Rocky? All right. Let me turn this off. Ok...now it's just between you and me, ok, Rocky? You just tell me what you saw, from the beginning to the end, and I swear on my badge, no one will ever have to know.

ROCKY: It was a white-hot light, kind of like an x-ray.

(Maria is walking through the hallways at school and several guys are noticing her)

GUY: Hey Maria!

GUY: Whoa!

GUY: Whoa, check it out, man!

GUY: Hey hey, Maria!

MARIA: It's an aqua bra. You know, all the fun of implants except without the invasive surgery part.

LIZ: You have officially lost it.

MARIA: No, I have found it, babe, ok? I've had 3 phone numbers. It's only second period.

LIZ: What?

MARIA: Yes.

NEIL: Hey, Maria.

MARIA: Hey, Neil.

MARIA: Do you see what I'm saying? Ok, do you want to try this thing on?

LIZ: I don't know, I...who's Max meeting in the eraser room?

MARIA: Ixnay on the ining-pay, remember?

LIZ: No, I am not pining. I'm just...I am just curious, that's all. I hate not knowing what's going on with Max.

MARIA: His decision, if I recall.

(Liz and Maria see Michael enter the eraser room)

MARIA: No wonder he couldn't make a commitment.

ALEX: Ok, I give up. What are we staring at?

LIZ: This is an aqua bra. Would you like to try it on, Alex?

ALEX: Yeah, maybe later. Here, have a flier. If I pass out enough of them, then I could raise my P.E. grade from a "C" to a "B-".

LIZ: Oh. Ooh, father camping weekend? I don't suppose either of you would be...

ALEX: Did I mention that I'm not very athletic, except for dodgeball?

MARIA: No dad!

LIZ: I hope mine has finally outgrown it.

(Alex sees Isabel by herself at her locker)

ALEX: Oh, gee, look at the time. I gotta go. I'll see you guys.

LIZ: Oh.

MARIA: Like a puppy in heat.

LIZ: I know.

MARIA: He is my next project.

ALEX: Hey, are you, uh, walking this way?

ISABEL: Actually, I'm walking this way.

ALEX: This way works for me. How's it going?

ISABEL: It's going fine, Alex.

ALEX: Great, great. So, movies.

ISABEL: Movies?

ALEX: Yeah, I was wondering if, uh, do aliens enjoy cinema?

ISABEL: Alex...

ALEX: Yeah, right, sorry. The "a" word. Anyways, there's this, uh, Fellini retrospective at the art house theater this Friday night, and I wanted to know if maybe you wanted to, uh, go?

ISABEL: No, I'm not really into that.

ALEX: Ok.

ISABEL: You want to just see a regular movie instead?

ALEX: Yeah. That'd be great.

ISABEL: Ok. See you later, Alex.

ALEX: Yeah, whatever you say.

(Isabel goes into the eraser room)

ISABEL: Can't believe I'm in the eraser room with you two.

MAX: We need a safe place to talk. So I found out a lot about the sighting from Milton.

MICHAEL: Told you that place would get to you.

MAX: 5 people saw a big flash in Frazier Woods.

ISABEL: 5 basket cases.

MAX: Then why has Valenti already closed off a 4-square-mile area of the forest near the Indian reservation?

MICHAEL: You mean near the cave?

ISABEL: Max, you don't think this sighting...

MAX: It was no coincidence. We need to get there before Valenti does in case there's something to find.

ISABEL: Yeah, but we don't know how many guys he has patrolling. If anybody saw us, then it would just make him more curious.

MAX: What do you do in Frazier Woods?

ISABEL: You hike, you fish, you camp out.

MAX: I can't believe I'm actually gonna suggest this, but we could go on that camping trip this weekend.

MICHAEL: You're kidding me, right?

ISABEL: If anybody found us, we would just be kids missing from our school group.

MAX: There's only one problem. It's a...it's a fathers' weekend. Get to know your dad kind of thing.

MICHAEL: Guess that lets me out, huh?

(Mr. Parker is looking for Liz and enters her room)

JEFF: Hey, sweetie? You in here? Hey, now!

(Liz comes out from the bathroom semi-dressed)

LIZ: Oh, dad!

JEFF: Oh, gosh. Oh, I should have knocked.

LIZ: No, it's all right, it's ok.

JEFF: I gotta get better at this privacy thing.

LIZ: It's no big deal, dad. Did, um, did you want something?

JEFF: Uh, listen, sweetie, about this camping weekend. We should just go and take advantage of the time together. I wouldn't miss that for anything.

LIZ: I was actually gonna say the same thing.

JEFF: And I can get to know that guy Max you've been hanging out with and, uh, he has a sister, too, right?

LIZ: Isabel.

JEFF: And the guy with the hair?

LIZ: Michael.

JEFF: Michael, yeah.

LIZ: Yeah, but I really doubt they're even going.

JEFF: Oh. Well, I guess some fathers just aren't as involved in their kids' lives. Well, thanks.

LIZ: Sure, dad.

(Hank and Michael are having another argument)

MICHAEL: There's no milk!

HANK: Use beer! I thought I told you to wash the dishes.

MICHAEL: Hey, I'm eating dinner.

HANK: Oh, that's what you call dinner?

MICHAEL: Yeah, like you care.

HANK: What did you say?

(Michael loudly knocks over some garbage)

CAMPER: Keep it down!

MICHAEL: Hey, you, shut up!

(River Dog appears from the darkness)

MICHAEL: Hey, wait! What are you doing here?

RIVER DOG: Did you see it?

MICHAEL: What are you talking about?

RIVER DOG: Did any of you see it?

MICHAEL: See what?

RIVER DOG: It was real.

MICHAEL: Would you quit talking in riddles? What was...the sighting. How do you know?

RIVER DOG: I've seen it before.

(At the Crashdown, Liz is bringing camping gear down the stairs)

MARIA: Running away from home?

LIZ: Maria, I am begging you for mercy. Please come with me.

MARIA: Dude, I told you, my idea of the great outdoors is rolling the windows down in my car on the way to the mall. Come on, I love your dad. You love your dad.

LIZ: Yes, I do. I love him, but, like, in the normal father role. Which is like 5 minutes at a time, just a few times a day...not for an entire weekend with no TV.

MARIA: Yeah. I've always found fathers grossly overrated myself.

LIZ: And, you know, he has been getting so nosy lately. It's like he wants to know like every single detail of my life. He even asked me about Max and Michael and Isabel.

MARIA: Mmm, no. That's why me and my mom have the "don't ask, don't tell" policy.

LIZ: I'll pay you.

MARIA: How much?

LIZ: 25 bucks.

MARIA: $100.

LIZ: Uh, $50.

MARIA: $75.

LIZ: $62.50.

MARIA: How do you do that math so quickly?!

LIZ: Ok, $62.50 and then I'll do your math homework for an entire week.

MARIA: You're good.

(Liz sneezes)

MARIA: Ooh. Hey, I brought you some more echinacea and threw in a little goldenseal, too.

LIZ: The bus leaves at 5:00.

(Mr. Parker sees Liz paying Maria some money in exchange for a bag of what looks like drugs)

LIZ: Hey, dad.

JEFF: Hey.

(At the sheriff station)

HANSON: Here's your root beer, son.

KYLE: Hanson, I'm 16.

HANSON: I'm sorry. Here's your root beer, sir. You sure you want to wait?

KYLE: He knows we've got to get a new tent. He told me to meet him here like 15 minutes ago.

HANSON: Well, it's been crazy around here. You know, the sighting. He is a walking bundle of stress.

KYLE: That's my dad.

SHERIFF: Hanson! Coffee. That son of a bitch hiker. He spilled his guts to the Roswell Gazette. USA Today picked it up off the wire. Now Rocky's negotiating with Dateline.

SHERIFF: Hey, Kyle.

HANSON: I guess that means you won't be returning Agent Stephens' call first thing?

SHERIFF: Get Miller on the phone. Tell him to rush the search. I want every inch of that woods combed before Agent Stephens sends his feebee goons out there.

SHERIFF: Shouldn't you be in school or something?

KYLE: I have third period free, remember? We have exactly 36 minutes to buy this tent, unless something more important has come up.

SHERIFF: Oh. Listen, Kyle, about this weekend...

KYLE: You mean fathers' weekend, dad? The only 2 days in a row we spend together all year?

SHERIFF: Yeah. You know, I wouldn't do this if it wasn't an emergency.

KYLE: It's an emergency. Well, come on, you can tell me. I'm family, right? Is it the big invasion?

HANSON: Mayor Higgins on the line, sir.

SHERIFF: I'll be right there. Look, Kyle, I don't know what this is yet, but I can't have anybody else find out first.

KYLE: You can't or you won't?

SHERIFF: I tell you what. You go on ahead without me. I'll call coach Clay. I'll make sure he takes care of you out there.

KYLE: Thanks for your effort. See you on Monday.

(Kyle leaves dejectedly)

(Michael, Max, and Isabel are discussing what to do at the Crashdown)

MAX: So River Dog saw the light?

MICHAEL: The dog himself.

ISABEL: And he said it was real? You know what this could mean?

MAX: Our first real proof. Could even lead to actual contact.

MICHAEL: If we haven't had it already.

MAX: What do you mean?

MICHAEL: Why is River Dog following me? Why does he care?

ISABEL: Because he knew the fourth alien.

MICHAEL; Yeah, that's what he said.

MAX: And you don't believe him?

MICHAEL: How does he know so much? I mean, how did he know to heal me when I was sick? I mean, that's some memory from when he was a kid. And where did he get those stones from? Maybe River Dog's the guy we've been looking for all along.

MAX: The fourth alien?

MICHAEL: I think he's our father, Maxwell.

ISABEL: Michael, I don't think so.

MICHAEL: Why, because you and Max already have one?

ISABEL: No, that's not what I'm trying to say...

MICHAEL: River Dog knows more about us than Philip Evans ever will, no matter how many camping trips you guys take.

(Alex is talking with Liz and Maria at the Crashdown, asking them if Isabel is glancing over at him)

ALEX: Ok, ok, ok, is she looking at me?

LIZ: Oh. Um...she's not...she's not really looking at you.

ALEX: Isabel Evans and Alex Charles Whitman out on a date? That's like so miraculous, you know. This is the biggest moment of Alex Charles Whitman's life.

LIZ: Listen, why don't you just take some deep breaths, ok?

ALEX: It's just...it's amazing, you know? I...it's totally amazing. It's...it's too amazing. Oh, God! It's a joke, isn't it? It's a practical joke. You two are in on it. You bastards.

LIZ: Alex, Alex, Alex, um, your paranoid schizophrenia, it's kicking in.

ALEX: Right. I'm gonna go to the bathroom and go have a little talk with myself.

LIZ: Ok.

MARIA: See what I'm saying? These Czechoslovakians have way too weird of an effect on us. And if you don't stay away from them, Liz, I'm gonna be picking up the pieces of your heart for the rest of your life.

LIZ: No, you're not, because I am staying away from him, Maria. Max and I haven't even talked to each other for days.

MARIA: Really?

LIZ: Yes.

MARIA: Then why has he been staring at you since he came in?

LIZ: He has?

MARIA: Am I gonna have to do an intervention with you? Liz, make him think that you are over him, that your life is so exciting. Lie if you have to. It's for your own good.

MAX: Hey.

LIZ: Hey.

MAX: Um, thanks. Haven't seen you in a couple of days.

LIZ: I...uh, it's been kind of busy.

MARIA: She means she's been kind of busy. Actually, we've both been kind of busy.

MICHAEL: Yeah, I can see that.

MARIA: You know, getting ready for the big weekend and all.

MAX: You have a big weekend?

MARIA: Dates. We have dates. With men.

MICHAEL: Men?

MARIA: These college guys that we met during winter break and, um, they're taking us out for dinner...an expensive dinner.

MAX: Great. Well, have a good time.

(Max and Michael leave)

LIZ: Maria, look, I know that you're just trying to, you know, be helpful and everything but I...

MARIA: But nothing. Liz, trust me. It's for your own good. Ok?

LIZ: Yeah.

(Liz and Maria see Alex go over to Isabel's booth)

MARIA: Oh, great.

ALEX: So, Isabel...

MARIA: Another one being sucked into the alien abyss.

ALEX: Listen, about our plans for tonight...

ISABEL: Oh, god, Alex, I'm so sorry. My dad is insisting we go on this lame camping trip together. I...I have to cancel.

ALEX: Cancel?

ISABEL: Yeah, I'm really sorry.

ALEX: No, no, no, no, no. Not at all. Don't worry about it. It's funny, because I was just about to tell you that I was gonna have to cancel because of this fathers' camping weekend fiesta. I mean, you know how dads can be sometimes.

ISABEL: You're going camping?

ALEX: Some coincidence, huh?

ISABEL: Huh.

(At the school parking lot, everyone is getting ready for the camping trip)

ALEX: Pops! Yeah, let me go get my dad and then get the tags for that. Pops! Hey, I'm glad you could make it on such short notice.

ALEX'S DAD: You sure you wanna do this, Alex?

ALEX: Yeah, yeah, yeah, I'm sure. Come on.

ALEX'S DAD: But we're not really prepared.

ALEX: Oh, our parkas, 2 sleeping bags, the wind at our backs...what else do we need?

PHILLIP: Are you sure you guys really want to do this?

MAX: We've been looking forward to it.

ISABEL: Yeah, absolutely.

ISABEL: Mosquitoes, pit toilets, and animal droppings. Yes!

PHILLIP: Well, I can't say it doesn't make me happy to see you two joining in like this.

ISABEL: Well, that's our new policy, dad. We're joiners. Right, Max?

MAX: Joiners.

JEFF: Maria, I am so glad you're gonna come with us.

LIZ: Yeah, me, too.

JEFF: Because there's something that I think we should all talk about, and it'll be good to get away from all the outside influences that you've been...

LIZ: Oh, my God! Oh, God!

JEFF: ...distracted by. What the...

LIZ: Oh, my God! Maria, what am I gonna do? He's here.

MARIA: Ok, no problem. Let's just, um, let's tell them that the 2 college guys had midterms, and we're gonna meet them next week in Albuquerque.

LIZ: Maria, having a life is one thing, but having a whole fantasy life is just a little bit troubling, don't you think?

COACH: Bennett, Butler. Hey, Valenti.

KYLE: Hey, coach.

COACH: I understand we're gonna be bunking together this trip.

KYLE: Pinch me.

SHERIFF: I'll take it from here, coach.

SHERIFF: New tent, right?

KYLE: Right.

KYLE: So, I thought you had to work.

SHERIFF: Oh, they'll get a hold of me if they need to. I'll go check us in.

SHERIFF: Hey. Squeezed another year out of it, huh?

JEFF: Oh, yeah. You know, you're lucky you got a boy.

ALEX'S DAD: Hello, Sheriff.

SHERIFF: Hey. Jim. This weekend it's Jim.

ALEX'S DAD: So, Frazier Woods, huh? I don't know about you guys, but it makes me a little nervous.

SHERIFF: Why? It's a well-marked campsite.

ALEX'S DAD: I mean about the sighting. Isn't it close to where we're going?

SHERIFF: Ah, it's 3, maybe 4 miles. It's nothing to worry about.

(Sheriff notices Max and Isabel are going on the trip)

COACH: Coleman. Daskal. Evans. Hausman.

LIZ: He's gonna find out. They're going alphabetically, Maria.

COACH: Kalinowski. Parker.

MAX: No, uh, expensive dinner?

MARIA: Actually, there's been a change in plans.

MARIA: And we were making such progress.

SHERIFF: Yeah, it's me. Tell Miller to put some extra men on the perimeter. I think something might happen tonight. I want to be ready.

(Everyone is looking for their own spot to set up a tent)

PHILLIP: Hey, hey. This looks like a good one.

MAX: What about over there? It's closer to the trees.

PHILLIP: Yeah. Good call.

MAX: It'll be easier to get away if we're near the woods.

ISABEL: This is crazy, Max. Valenti is right here.

MAX: That's exactly why we have to do this, Isabel. If that sighting is real and there is something out there, then we have to find it first. We have no choice.

KYLE: I'm gonna break the all-time record. Last year I ate 5 bratwurst. This year I'm gonna eat 6. How 'bout you? Dad..... Focus. Son.

SHERIFF: Sorry, Kyle. What were you asking?

KYLE: What is that? What are you doing?

SHERIFF: I promised Miller I'd stay in touch tonight. You know what? Reception's low in this area. Let's try a different site.

KYLE: But I picked this one.

SHERIFF: Kyle.

KYLE: I...

ALEX'S DAD: Hey, look at us. We're campin'.

ALEX: Hey. Ok, here we go. Now we're ready to have some fun.

(The Sheriff coincidentally gets good reception with his cell phone next to Max and Isabel's campsite)

SHERIFF: Bingo. Reception. Hey, you got space for a few more around here?

(Mr. Parker, Liz, and Maria walk near Max and Isabel's campsite)

SHERIFF: Jeff! Over here. Come on. We'll make a party of it.

LIZ & MARIA: I don't think that's such a good idea.

JEFF: Look, there's Alex. Come on, it'll be fun. I can get to know some of your new friends.

(Kyle is telling a campfire story)

KYLE: That summer, they found 5 cows, all of them mutilated with surgical precision on Haddie Wexler's farm. When she died 2 months later they did an autopsy, and sure enough, they found perfectly bored holes in her skull just where she claims the aliens made them when they abducted her that night. That skull is now buried deep somewhere within area 51.

SHERIFF: Got 'em on the edge of their seats, son. Where'd you hear that?

KYLE: It's one of grandpa's favorite ones, isn't it?

MAX: I'll see your nickel and raise you a quarter.

PHILLIP: I fold. I know better.

ALEX'S DAD: Ha. Too rich for my blood.

JEFF: What are you hidin', Max? Got some power over these guys...makes 'em do exactly what you want? Well, I call. Full house. Jacks and eights.

(Max's hand would have beat Mr. Parker's hand, but he changes one of the Aces to a 2 so Mr. Parker would win)

MAX: 2 pair. You win.

JEFF: That was a good bluff. But I saw through you.

(Alex and Isabel are stargazing)

ISABEL: And then to the right of the Milky Way, that's Orion.

ALEX: Oh, wow.

ISABEL: And see the north star?

ALEX: Yeah.

ISABEL: Ok, now look a little to your left...and a little further out, that small group of stars right there, that's the Cygnus constellation. It's the furthest we can see from here.

ALEX: It's amazing.

ISABEL: What is?

ALEX: Staring at the stars with you. I mean, I used to look up there, and stars were just stars. One was just as good as the next one. Somehow with you...I mean... It's so wondrous, you know? I mean...each star is...is a mystery, you know, and so full of possibility. This is so much better than seeing a movie.

ISABEL: Thanks.

ALEX: Hey, listen, um...since we didn't get a chance to go out on our date tonight, I was wondering if maybe you wanted to do something together on Friday.

ISABEL: Our what?

ALEX: Well, not a date. That's probably the wrong word...

ISABEL: I just thought that we were going to the movies, you know, to hang out, to have fun, talk like real friends....

ALEX: Well, yeah, me, too...

ISABEL: It can't be a date, Alex. Don't you understand? It can't be anything like that.

(Isabel walks away)

(Max walks up to Liz as she is brushing her teeth)

MAX: Always be prepared.

LIZ: Well, contrary to what what some people might think, gambling is not a dental hygiene alternative.

MAX: Liz, wait. Is this the way...things are gonna be between us from now on?

LIZ: I think you were the one that wanted it this way.

MAX: No, I didn't. I wanted us...to slow down, not screech to a halt.

LIZ: Well, then you should let me in, Max. You know, I know what's going on. I've been...I have been waiting for you to be the one to bring it up, but you don't. You're here because of the sighting, Max.

MAX: Please, no one else can know.

LIZ: Max, I know you think...that we shouldn't be together, and maybe you're right. But you made me a part of this.

(River Dog goes to Michael's trailer)

RIVER DOG: It's time.

(Liz goes back to her tent to find her dad going through her backpack)

JEFF: I thought you were washing up, sweetie.

LIZ: I'm finished. What are you doing?

JEFF: I'm looking for these. Can you explain this?

LIZ: Yeah, I can. Um...it's echinacea, dad. You take it when you're gonna get a cold. Why, what did you, uh, think?

JEFF: Nothing. It's just that I...

LIZ: You thought it was drugs.

JEFF: I didn't know what to think. You're so...grown up all of a sudden. I just feel like I'm not a part of your life anymore, that's all.

LIZ: I guess it's just that whole privacy thing.

JEFF: Sure.

VOICEOVER: I guess everyone has their reasons for keeping people away, an instinct to protect yourself from getting hurt. It's part of human nature. I just wish Max would understand that...that he would realize that he's not that different from us at all. Maybe then we'd have a chance.

(Max and Isabel sneak off during the night and Liz follows them, as does Valenti after they get a bit of a head start)

LIZ: You almost scared me to death.

ISABEL: How do you think you made us feel?

MAX: Go back right now.

LIZ: Max, this matters to me, too.

ISABEL: What matters is that we find out what this sighting is all about before anyone else can.

LIZ: Don't leave me out of this, Max...please.

ISABEL: This is a mistake, Max. Getting everyone involved like this is just...

(Maria appears with a flashlight in hand)

ISABEL: Oh, great. That's great. Why don't we just send out a flare?

MARIA: I figured you guys would be having a little woodsy tryst. I hope you're here to talk them out of it, too.

LIZ: Maria, they're here because of the sighting.

MARIA: That was real?

MAX: That's what we have to find out.

ISABEL: Look, you can stand there explaining it to them all night. I'm going, ok?

LIZ: Well, are you staying here or are you gonna come with?

MARIA: You're going with them?

LIZ: Make up your mind, Maria. I've made up mine.

MARIA: You can't let go of him, can you?

LIZ: I don't want to.

MARIA: Wait!

(Maria decides to follow)

MARIA: Ok. We've been, like, hiking for over an hour.

MAX: We're getting close.

MARIA: It is officially freezing out here.

LIZ: Maria, it's not that cold.

MARIA: Really? Really, 'cause i'm now wearing an ice bra! Whatever, it's uncomfortable!

(Dogs start barking off in the distance)

LIZ: Is that coyotes?

MAX: Search dogs. Come on, we're close. Come on!

(Mr. Parker wakes up and looks around for Liz)

JEFF: Lizzie. Come inside, sweetie. It's too cold. Liz, listen I'm sorry about before--

(Mr. Parker notices that Liz is gone)

JEFF: Oh, jeez...Liz?

DEPUTY: Come on, boys. You on to something? Come on!Let's go! Let's go!

MAX: Can't outrun them. They're too fast.

ISABEL: What are we gonna do?

MAX: I don't know.

LIZ: You guys just keep going.

MAX: What?

LIZ: Maria and I'll stay here and just let them catch us.

MAX: Liz, no.

LIZ: No, Max, it's all right. We'll just say that we got lost in the woods. This is too important. Keep going.

MAX: Are you sure?

LIZ: Yeah. The important thing is you just find what you're looking for.

MAX: I will.

LIZ: All right. Go. Isabel, go. Go!

LIZ & MARIA: We're here! We're over here! Help! Come find us! Help us! We're over here! We're here! We're right here.

MARIA: My mom's gonna love this, really.

(River Dog and Michael are also searching through the woods)

RIVER DOG: Just over there.

(River Dog falls and grimaces in pain)

MICHAEL: Hey, are you all right?

RIVER DOG: Gimme your hand.

MICHAEL: Here.

RIVER DOG: Whoa!

MICHAEL: What, what, what, what, what?

RIVER DOG: I...I think I broke my ankle. It's...it's about a mile north of here. You keep going. Ah...

MICHAEL: Why don't you fix it?

RIVER DOG: What?

MICHAEL: Your ankle.

RIVER DOG: What are you talkin' about?

MICHAEL: Why don't you tell me the truth?

RIVER DOG: The truth about what?

MICHAEL: About who you are.

RIVER DOG: You think I'm Nasedo.

MICHAEL: You knew everything about us. You knew what was wrong with me when I was sick, and you knew exactly how to fix it. How did you know all those things? And why would you wanna help us if you weren't...

RIVER DOG: I'm sorry, Michael...but I'm not your father.

MICHAEL: Just had to make sure.

(Michael heals River Dog's ankle)

MICHAEL: You can walk now.

RIVER DOG: Thank you. Now we're even.

MICHAEL: I don't think we'll ever be even.

MICHAEL: Better go. Let's go.

(Liz and Maria meet up with Mr. Parker again)

JEFF: You two scared me to death.

LIZ: Dad, I'm sorry. I'm really sorry.

MARIA: I am so sorry, Mr. Parker. I had to go to the bathroom, and I couldn't handle the pit toilet, so I asked Liz to come with me, and next thing you know...

JEFF: It's ok. I'm just so glad you guys are all right.

PHILLIP: Officer, uh, you didn't find anyone else?

DEPUTY: Only that guy over there.

MILTON: I'm a scientist!

DEPUTY: Found him wandering around the woods with a metal detector...looking for space ships.

MILTON: You're making a big mistake, friend! You're all in grave danger!

PHILLIP: I'm missing my kids. Max and Isabel.

DEPUTY: No, sir. Sorry.

MAX: We're here. It's the cave.

(Valenti is spying on Max and Isabel when Kyle sneaks up on him from behind)

SHERIFF: Kyle, what the hell are you doing here?

KYLE: Just wanted to see what was more important than me.

SHERIFF: You don't understand.

KYLE: No, I don't. I don't understand why you're hunting Max Evans, why you can't just tell me.

(River Dog and Michael enter a small clearing and find Max and Isabel there as well)

RIVER DOG: Wait, what are they doing here?

MICHAEL: They came on their own.

RIVER DOG: All right. This is where it'll be.

MAX: What are we looking for?

(Kyle and his father have a brief argument deep in the woods)

SHERIFF: Kyle, you get the hell outta here right now.

KYLE: How many times have I heard the stories, dad? How many times you sitting at home listening to grandma cry while grandpa spent the night chasing spacemen out in the woods? That's my role now, isn't it? It's ironic.

SHERIFF: Kyle, wait.

KYLE: Now I know why you never wanted to see grandpa again. Because to him you were just a low priority!

ISABEL: Oh, my God. It's the symbol from the cave.

MICHAEL: The white light, or whatever the hell that was, caused this?

RIVER DOG: Yes. It's a sign.

(Max, Isabel, Michael, and River Dog find an alien symbol burned onto the ground. They move toward it, turn off their flashlights, and hold out their palms to the symbol, causing it to light up with a light blue glow)

RIVER DOG: It was meant for you.

MAX: What does this mean?

MICHAEL: That he's back. Nasedo's here.

MAX: Someone's here.

(The Sheriff enters the clearing)

MICHAEL: What do you want?

SHERIFF: Step outta my way.

RIVER DOG: Do as he asks.

(Max uses his power to make the alien symbol disappear while Michael is blocking the Sheriff)

SHERIFF: Something was here. What were you looking at?

MAX: We've been lost for hours here. Thank you for finding us.

(Max, Michael, and Isabel walk off)

(Sheriff Valenti is at a retirement home, gazing into a room filled with patients)

DOCTOR: Can I help you?

SHERIFF: Yeah. I'm here to see James Valenti, Sr.

DOCTOR: And you are?

SHERIFF: I'm his son.

DOCTOR: That's him.

SHERIFF: Dad?

(We see Jim Valenti, Sr., an extremely weary-looking man who is having trouble eating some pears)

JIM SR: Damn pears are slippery.

SHERIFF: Dad. It's me. It's Jimmy. Been a while, huh?

JIM SR: A long time.

SHERIFF: Yeah. Maybe you were right. Maybe you were right all along. And I'm sorry. I can help you with those. Here.

(Scene fades out with Sheriff Valenti feeding his father at the retirement home)

Kikavu ?

Au total, 53 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

Aloon33 
01.06.2018 vers 19h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

Annaelle19 
08.06.2017 vers 14h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois

Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois
Le petit Théodore Kubrick de Ravin-Bilitch est venu rejoindre son papa Eric Bilitch et sa grande...

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage
A l'occasion de la sortie de Roswell, New Mexico en janvier sur la CW, voici un nouveau sondage sur...

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra
Shiri Appleby, l'inoubliable Liz Parker de la série originale, fera son grand retour à Roswell mais...

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation
La quatrième saison de la série UnREAL avec Shiri Appleby sera la dernière. En effet, la série n'a...

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot
La première bande-annonce de 'Roswell, New Mexico', le reboot de la série culte du début des années...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Xanaphia, Hier à 18:15

Les derniers de Seal Team sont dispo sur 6play ! Par contre Quantico pas encore....

choup37, Hier à 20:02

Nouveau sondage sur Merlin, Kaamelott, DW! Calendriers à commenter aussi, et même pdm ^^

Sydney, Hier à 20:11

nouveau sondage sur le quartier vampire diaires spécial fêtes de fin d'années ! venez voter !

choup37, Hier à 21:44

Plus que 4 votes pour valider la bannière de ma sorcière bien aimée

choup37, Hier à 21:45

Les votes du monde de joan ont aussi besoin d'être aidés

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site