VOTE | 104 fans

#108 : Sang pour sang

Titre VO : Blood Brother
Titre VF : Sang pour sang
Diffusion US : 24/11/1999
Ecrit par Barry Pullman & Breen Frazier.
Réalisateur : David Nutter.


Résumé : Max est hospitalisé à la suite d’un accident de voiture. L’occasion rêvée pour Melle Topolsky et le FBI d’analyser le sang du jeune homme…


Guests : Julie Benz (Mlle Topolsky), Mary Ellen Trainor (Diane Evans), Jonathan Nichols, Hilary Shepard Turner, Robert Neary (Agent Moss), Richard Anthony Crenna (Agent Baxter), Victor Campos (Mr Bruckner), Eric Jungman (Lester), Joe Camareno, Paul Palmer, Kevin Calisher, Zack Aaron.

Popularité


4 - 2 votes

Titre VO
Blood Brother

Titre VF
Sang pour sang

Photos promo

Plus de détails

(Le professeur qui devait assurer le dernier cours de la matinée est absent.)

Max veut faire découvrir à Liz un endroit qu'il apprécie particulièrement. Ils roulent donc sur la nationale. Liz aime beaucoup l'endroit, elle ne connaissait même pas cette route. Ils se découvrent des goûts communs.

L'instant est magique, ils se regardent dans les yeux… mais ne voit pas un cheval traverser la route. Max fait un écart à la dernière minutes pour l'éviter et ils tombent dans un ravin sur le bord de la route. Lorsque Liz se réveille, Max est inconscient.

Générique

Au Lycée, Maria et Michael manquent de se rentrer dedans. La jeune fille essaye de lui parler car elle pense qu'il l'évite depuis leur baiser. A ce moment son portable sonne. Il s'agit de Liz qui lui annonce qu'elle et Max ont eu un accident.

Mme Topolsky est prévenu par le directeur de l'école que Max et Liz ont eu un accident. Elle décide d'en informer ses supérieurs et d'envoyer un agent sur le terrain pour enquêter.

Lorsque Michael et Isabel arrive à l'hôpital, une infirmière est en train de prélever du sang à Max. Ils savent que s'il est analysé, ils seront démasqués. Michael décide de s'en charger mais il faut du sang d'un autre garçon pour le remplacer.

Isabel est perturbée, c'est la première fois qu'il arrive quelque chose d'aussi important, ils n'ont jamais été malades avant. Liz décide de prendre les choses en mains. Elle demande à Maria d'aller chercher Alex qui n'est au courant de rien.

Pendant ce temps, Michael essaye toujours de récupérer le sang de Max. Cependant il est interrompu par un homme qui lui aussi cherche le même échantillon.

Alex arrive à l'hôpital et accepte de rendre ce service. Isabel utilise ses pouvoirs pour lui faire le prélèvement mais Alex ne regarde pas.

L'agent est stoppé dans ses recherches par l'infirmière ce qui laisse le champ libre à Michael. Il décide d'utiliser son charme pour détourner l'attention de la femme. Il réussit par intervertir les flacons.

Alex essaye de découvrir pourquoi ils avaient autant besoin de son sang. Liz lui dit qu'elle ne peut rien lui dire mais il insiste. Elle finit par lui inventer une histoire de drogue mais Alex ne sait pas s'il doit y croire.

Max se réveille. Les médecins ne comprennent pas le revirement de situation. Lorsqu'il est arrivé il était au plus mal mais maintenant il va très bien. Le docteur annonce à la mère de Max qu'il doit rester une nuit à l'hôpital pour faire les derniers examens d'usage. Seulement Max ne veut pas rester et sa mère finira par céder.

Tous s'apprête à quitter l'hôpital lorsque Maria réalise qu'elle a oublié son sac dans la chambre de Max. Michael lui propose d'aller le chercher. Lorsqu'il arrive, il voit deux hommes suspect fouiller dans la poubelle et le dossier de Max.

Plus tard dans la journée, Topolsky reçoit les informations qu'on récupéré les deux agents sur le terrain. Les analyses s'avère être normales mais ils précisent qu'il y avait beaucoup de monde au chevet de Max dont un autre garçon qui n'est pas resté longtemps. La conseillère pense tout de suite à Alex.

Le groupe est de plus en plus suspicieux. Ils pensent être suivis mais veulent en avoir le cœur net. Ils montent donc un stratagème pour découvrir le fin mot de l'histoire.

Liz et Max se promènent dans le musée et sèment l'agent. Lorsqu'il sort, ce dernier est suivi par Michael, Maria et Isabel. Il les mènera jusqu'à une chambre d'hôtel.

En attendant que l'homme sorte, Isabel remarque que Maria et Michael semble attiré l'un par l'autre mais ils n'arrêtent pas de se chamailler.

Lorsque l'homme sort, Isabel fait le guet à la voiture, Maria est censé surveiller la porte mais elle entre dans la chambre avec Michael. Elle se prend pour un vrai détective et donne des conseilles. Ils découvrent un numéro de téléphone et décident d'appeler pour savoir réellement à qui ils ont à faire. A l'autre bout du fil c'est Melle Topolsky qui répond.

Dans la journée, Topolsky veut savoir si c'est vraiment Alex qui a prêter son sang à Max alors elle met de la poudre dans son verre ce qui provoquera un saignement de nez. Grâce au mouchoir imbibé de sang qu'elle trouvera dans les toilettes, elle fera le test.

Lorsqu'elle a les résultats qui se révèlent positifs, elle convoque Alex dans son bureau. Elle lui dit qu'elle est au courant et qu'il peut se confier à elle. Seulement Alex n'en est pas sure, il préfère attendre.

Alex rejoint Liz au Crashdown suite à un message laissé dans son casier. Elle lui explique qu'il doit avoir confiance en elle.

Plus tard dans la journée, Alex se décide à parler à la conseillère de ce qui c'est réellement passé. Il va donc dans son bureau mais ils sont interrompus par Liz. Pendant ce temps Alex pianote sur l'ordinateur de Topolsky et découvre un site réservé aux agents du FBI.

Lorsque Topolsky se rend compte qu'elle est démasquée, elle décide de quitter l'école. Elle ajoute avant de partir qu'ils ont eu tord, qu'elle était de leur coté.

Alex veut maintenant des explications. Il sait que cette histoire de drogue n'est que du baratin. Seulement Liz ne veut dévoiler le secret de Isabel, Max et Michael. Elle prend donc le risque de perdre son amitié avec Alex.

Sang pour sang

 

(Liz marche dans les couloirs du lycée et croise Max) 

LIZ: Qu'est ce qu'il y a ? 

MAX: Elle est absente! 

LIZ: Qui? 

MAX: Mademoiselle Hardy, elle est malade, une indigestion! Et comme c'était le dernier cours de la matinée, on a pratiquement deux heures de libre. 

LIZ: Ce n'est pas parce que Mademoiselle Hardy est absente que nous on a le droit de s'en aller. 

MAX: J'ai quelque chose à te montrer. 

LIZ: Alors on s'en va! 

(Liz et Max se baladent dans le désert en voiture)
 

LIZ: Qu'est ce que c'est jolie! 

MAX: C'est l'ancienne route nationale. Mon père passait par là quand on allait à Albuquerque. 

LIZ: Je ne savais même pas qu'elle existait! 

MAX: J'ai eu envie de faire quelque chose de normal pour une fois...Envie d'être comme tout le monde! Il s'est passé tellement de trucs... 

LIZ: Oui, je sais... Des trucs dingues! Oh écoutes ça, j'adore cette chanson! 

MAX: Moi aussi... 

LIZ (en voix off): Il ne vous est jamais arrivé un jour, d'être avec la personne à laquelle vous tenez le plus au monde, d'avoir les cheveux aux vent et d'écouter une chanson qui reflète exactement ce que vous ressentez. Et que cette personne avec laquelle vous vous sentez si bien, aime cette chanson. Et vous vous rendez compte que vous l'écoutez ensemble. Alors peu importe tout ce qui c'est passé avant, il y a cet instant, cet instant unique, où vous vous dîtes que quoi qu'il arrive, cet instant là on ne pourra jamais vous le retirer. Et puis quelque chose fait que cet instant vous échappe. 

(Un cheval traverse la route. Max dévie pour éviter de frapper le cheval et la jeep entre en collision avec des buissons et des rochers sur le côté de la route. La tête de Max repose contre le volant et il est inconscient)
 

LIZ: Max ? Max...Oh,mon Dieu! 

-Générique- 

(Liz se trouve dans une ambulance à côté d'un Max gravement blessé, encore inconscient et allongé sur une civière. Un médecin l'examine)
 

AMBULANCIER 1: Toujours sans connaissance, mais la tension remonte. 

AMBULANCIER 2 (A Liz): Comment ça va? Ca tourne pas? Mal nul part? 

LIZ: Non, je vais bien. Vous croyez que c'est grave? 

AMBULANCIER 1: On ne peut rien dire mais ses fonctions vitales sont bonnes. 

(Au lycée, Maria marche dans un couloir. Elle rentre dans Michaël)
 

MARIA: Oh! Bonjour. 

MICHAËL: Bonjour...Bon je te laisse, je vais être en retard. 

MARIA: Tu cherches à m'éviter. 

MICHAËL: Pourquoi tu dis ça? 

MARIA: Oh, je suis pas folle Michaël. Tu ne me regardes même pas dans les yeux, tu n'arrêtes pas de me mentir. 

MICHAËL: Si ça peut te faire taire, alors tu as raison, je t'évite. Je vais même te montrer comment je fais.  

(Le téléphone de Maria sonne)
 

MARIA: Non arrête! 

(Il s'en va. Maria le rattrape par la manche)
 

MARIA: Restes! 

MARIA (au téléphone): Maman, je t'avais dit d'arrêter de m'appeler! 

LIZ: Non! Maria c'est moi! 

MARIA: Je peux pas là, il faut que je te laisse! 

LIZ: Attends, On vient d'avoir un accident Max et moi! 

MARIA: Avec Max, vous avez eu un accident! 

MICHAEL (qui a pris le téléphone des mains de Maria): Qu'est ce qui s'est passé? 

(Max arrive à l'hôpital)
 

URGENTISTE: Je vous écoute! 

AMBULANCIER: Jeune homme, 16 ans, accident de voiture, blessé à la tête avec perte de connaissance, pas de plaies apparentes, tension stable pendant le transport, pouls à 90, rythme respiratoire 16. 

URGENTISTE: Au numéro 1! Vous étiez avec lui? 

LIZ: Oui. 

URGENTISTE: Quand a-t-il perdu connaissance? 

LIZ: Euh, juste après l'accident. 

URGENTISTE: Et c'est qui par rapport à vous? 

LIZ: C'est mon copain. 

URGENTISTE: Est-ce qu'on a son identité? 

AMBULANCIER: Oui. 

URGENTISTE: Appelez tout de suite ses parents! Branchez un moniteur et faites moi une analyse de sang. Appelez la radio pour des clichés de la tête, si il le faut il passera aussi un scanner. 

(Dans les couloirs du lycée)
 

PRINCIPAL: Mademoiselle Topolsky ? Je viens juste d'apprendre que deux de nos élèves étaient à l'hôpital. Un accident de voiture. 

TOPOLSKY: Qui? 

PRINCIPAL: Max Evans et Liz Parker, ils sont au Roswell Mémorial. Dés que j'ai du nouveau je vous préviens.


TOPOLSKY: Non, je m'en occupe, je connais très bien ces deux étudiants, je veux à tout prix que tout ce passe bien. 

PRINCIPAL: Je préfère, merci. 

(Topolsky téléphone à l'agent Moss)
 

MOSS: J’écoute? 

TOPOLSKY: Allez à l'hôpital tout de suite. On va peut-être pouvoir intervenir. 

(Isabel et Michaël arrivent à l'hôpital. On fait une prise de sang à Max)
 

ISABEL: Oh mon Dieu, Max! Qu'est ce qu’il s'est passé? 

LIZ: On roulait sur la nationale et un cheval a traversé, Max a essayé de l'éviter on est sorti de la route. 

ISABEL: Max?! 

SUSAN (l'infirmière): Il y a trop de monde ici. 

ISABEL: Je suis sa soeur. 

SUSAN: Oui, mais il ne devrait y avoir personne!

(Michaël se met "en mode dragueur" et Susan semble intéressée) 

MICHAËL: Je sais bien que vous devez faire votre travail, mais nous sommes tous un peu sous le choc. Vraiment, je suis désolé. 

SUSAN: Ca ira pour cette fois. 

MICHAËL: Merci. 

SUSAN: De rien. 

MICHAËL (qui lit sur son badge): ...Susan! 

(Elle s'en va.)
 

MICHAËL: Je m'en occupe! 

(L'Agent Moss entre dans une pièce « Personnel Hospitalier Seulement »)
 

ISABEL: Faut pas qu'il y ait d'analyses. 

LIZ: Je ne comprends pas. Comment vous avez fait jusqu'à présent? 

ISABEL: Une chose aussi grave c'est la première fois. 

LIZ: Mais quand vous êtes malade, comment vous faites? 

ISABEL: On n’est jamais malade... Il nous faut du sang...On a qu'a t'en prendre pour remplacer celui de Max! 

LIZ: Ca ne peut pas être le mien, il faut à tout prix que ce soit celui d'un garçon. 

ISABEL: On doit en trouver un alors! 

(Dans la cour du lycée, Alex parle avec un groupe de musiciens potentiels)
 

ALEX: Ce que je veux dire, c'est que pour l'instant, il y a, il y a aucun groupe digne de ce nom ici à Roswell. Alors forcément on risque rien puisqu'on ne pourra pas nous comparer à d'autres! Il suffit juste qu’on travaille la technique et les morceaux viendront tout seuls. 

LESTER: Je chante faux comme une casserole 

ALEX: Oui, je sais que t'as pas d'oreille, Lester. Vaut mieux que tu sois notre batteur. 

MARIA: J'ai besoin de toi! 

ALEX: Ah oui, et plus important encore ; Quand on est musicien, on se fait draguer! MARIA: Allez grouille! 

(Maria entraîne Alex ailleurs)

 (A l’hôpital)

(Susan regarde les échantillons de sang pour les examiner et quitte la pièce .Michaël entre et commence à chercher parmi les échantillons de sang. L'agent Moss, déguisé en infirmier, entre et fait pareil. Michaël a le temps de se cacher et d'observer la scène)

(Maria et Alex arrivent à l'hôpital et entrent dans la chambre de Max)

MARIA: Oh c'est pas vrai!

LIZ: Alex, j'ai un service à te demander, c'est très important.

ALEX: Ouais bien sûr, tout ce que tu voudras!

LIZ: J'ai besoin de ton sang. 

(Susan entre dans le labo alors que l'Agent Moss continue à fouiller)
 

SUSAN: Qu'est ce que vous venez faire ici ?  

MOSS (en partant): Excusez-moi. 

(Alex semble effrayé à l'idée qu'on lui plante une seringue dans le bras)
 

ALEX: On a le droit de revenir sur sa décision, surtout pour un truc aussi important. 

LIZ: Non ça va aller, j'étais volontaire l'été dernier je les ai vu faire ça des milliers de fois. 

ALEX: Qu'est ce que tu peux bien me cacher ? 

LIZ: Je te raconterais plus tard. 

ALEX: Quand on est les meilleurs amis du monde, on doit avoir confiance l'un envers l'autre. 

LIZ: Je sais le faire. 

MARIA: Faut y aller ! 

ISABEL: Attends. Il vaut mieux que tu regardes ailleurs ! 

LIZ: Merci Alex ! 

MARIA: Dépêchez vous ! 

ISABEL: Ca va piquer ! 

ALEX: Aïe ! 

(Isabel fait la prise de sang à Alex en se servant de ses pouvoirs)
 

MICHAËL (qui sort de sa cachette): Susan? 

SUSAN: Qu'est ce qu’il se passe? 

MICHAËL: Je voulais vous parler en privé... Est-ce que vous voulez sortir avec moi? Resto ou cinéma? 

SUSAN: Vous êtes un peu jeune. 

MICHAËL: L'âge ça compte pas pour moi. C'est vrai, j'ai toujours été beaucoup plus mature que ceux de ma génération. Et je suis beaucoup plus à l'aise avec les femmes. On a tellement de choses en commun. Je ne sais pas, je suis frustré quand il m'arrive de fréquenter des filles de mon âge. 

(Michaël échange l'échantillon de Max avec celui d'Alex)
 

MICHAËL: Alors qu'une femme comme vous c'est... 

SUSAN: C'est pas la peine, arrêtez ! 

MICHAËL: Pourquoi ? 

SUSAN: Ca part d'un bon sentiment, j'en suis sûre, mais... je dois refuser. 

MICHAËL (en partant): J'insiste pas ! 

SUSAN: Hey! Viens me revoir quand t'auras 18 ans! 

MICHAËL: A bientôt !

(Dans la salle d'attente, tout le monde attend des nouvelles de Max) 

LIZ: Alex ? Peut-être que tu devrais rentrer chez toi. 

ALEX: Hey, je risque d'aller en taule à cause de ce que je viens de faire, et, et c'est tout ce que tu trouves à dire pour me remercier! Et je parle pas des autres! 

LIZ: Alex... 

MICHAËL: Elle t'a dit de rentrer!  ALEX: Bien...Et ben, vraiment super sympa tes nouveaux copains! 

(Il s'en va, Liz le suit et Michaël suit Liz)
 

MARIA: Michaël! Restes là, t'en fait pas, je suis sûre qu'elle ne dira rien! 

LIZ: Alex... 

ALEX: C'est pas faute d'avoir attendu, mais apparemment, je n'aurais aucune explications. 

LIZ: C'est compliqué d'accord? 

ALEX: Non, non, non je suis pas d'accord Liz. Ça devient n'importe quoi. 

LIZ: Alex! Il faut que tu ais confiance en moi. 

ALEX: Qu'est ce que c'est? C'est la drogue ? Est-ce que c'est à cause de ça? Max et toi vous partez en voiture, il était défoncé, vous avez failli mourir. Je suis ton ami et tu peux même pas m'avouer ça! 

LIZ: Alex... 

ALEX: Pas question de prendre le sang de Michaël, parce que lui aussi il est défoncé. Et c'est là que t'appelles le brave Alex, ton ami de toujours qui fait tout ce que tu lui demandes et qui te sera toujours fidèle, à qui tu peux raconter tout ce que tu veux parce que lui, il te croira! 

LIZ: C'est pas vrai, non. 

ALEX: Alors dis-moi la vérité... Pour une fois. 

LIZ: Tu as raison...C'est la drogue. 

(Il s'en va l'air déçu.)
 

ISABEL: Il est réveillé!

(Dans la chambre de Max) 

(L’urgentiste l’examine)
 

MADAME EVANS: Max, tu ne peux pas savoir ce que tu as pu me faire peur. 

MAX: Excuse moi. 

URGENTISTE: C'est tout à fait surprenant. 

MAX: J'ai eu de la chance. 

URGENTISTE (à Max): Je n'aurais jamais dit ça tout à l'heure, vous vous sentez bien? Pas de vertiges? Pas de maux de têtes? Bon... 

URGENTISTE (à Madame Evans): Il va très bien. 

MADAME EVANS: Oh merci! 

URGENTISTE: Je vais quand même le garder cette nuit et lui faire une IRM demain matin, d'accord? 

MADAME EVANS: Si vous voulez. 

URGENTISTE: Parfait! 

MAX: Maman, je vais bien, j'ai pas envie de rester. 

MADAME EVANS: Je crois que c'est au médecin de décider ça! 

MAX: Peut-être, mais j'ai des devoirs à rendre, et je ne suis pas fatigué! Fais moi sortir, je veux pas rester ici. 

URGENTISTE: Très bien. Repos total pendant une semaine, mais si jamais tu ressens des vertiges ou quoi que ce soit d'autres, il faut m'appeler tout de suite. 

MAX: Ouais... 

URGENTISTE: Alors d'accord ! 

MADAME EVANS: Merci docteur, merci. 

URGENTISTE: Vous pouvez venir le voir. 

(Isabel, Michaël, Liz et Maria entrent dans la chambre.)
 

ISABEL: Maman! 

MADAME EVANS: Oh ma chérie! Il est en pleine forme. 

MICHAËL: Tu as eu beaucoup de chance! 

MAX: Ouais. 

LIZ: Ca va aller?  

MADAME EVANS: Bonjour!  

MAX: Maman, je... te présente Liz. 

LIZ: Enchanté madame. 


MADAME EVANS: J'ai entendu parler de vous.


(Dans un couloir de l'hôpital) 

LIZ: Qu'est ce que j'ai eu peur. 

MAX: Ca va aller! 

ISABEL: Faut se dépêcher, Maman attend dehors. 

MARIA: Oh zut! Mes clés! Elles sont dans mon sac, je l'ai oublié sur la table dans la chambre! Ca peut arriver d'oublier son sac dans un moment pareil! 

MICHAËL: Je vais le chercher. Emmenez le à la voiture. 

(Dans la chambre Michaël voit la silhouette de quelqu'un qui semble chercher quelque chose. Il tire les rideaux pour trouver l'Agent Moss qui lit le dossier de Max et l'autre agent déguisé en agent d'entretien qui examine les ordures.)
 

MICHAËL: Elle a oublié son sac. 

(Chez les Evans, dans la chambre de Max) 

MICHAËL: Je vous dit que c'était le même, le type qui m'avait suivi au Crashdown l'autre fois, il fouillait dans la poubelle. Et l'autre mec, celui que j'avais vu au labo, il regardait le dossier de Max. 

MAX: Ils ne trouveront rien. 

MICHAËL: Pas cette fois, mais la prochaine, ça risque d'être la bonne! 

MAX: Je suis désolé. 

ISABEL: Ce n'est pas ta faute Max! 

MICHAËL: Je n'ai pas dit ça, mais là ça devient dangereux et ça le sera encore plus si on ne fait rien. 

ISABEL: Il faut qu'on parte tout de suite. 

MICHAËL: Non, je ne suis pas d'accord. On peut peut-être les piéger avant qu'eux ils nous piègent.  

ISABEL: Michaël, c'est déjà assez difficile comme ça et tu veux que ça soit pire encore. 

MICHAËL: Je veux connaître mon ennemi, je veux savoir qui nous a suivi, c'est l'occasion ou jamais. 

(En pleine nuit, dans une rue déserte, Topolsky arrête sa voiture pour discuter de la mission avec Moss)
 

TOPOLSKY: Journée fructueuse? Qu'est ce que ça donne? 

MOSS: Ils lui ont fait une analyse de sang, le résultat est normal. Mais il y a quelque chose qui me gène. 

TOPOLSKY: Comment ça? 

MOSS: En tout ils étaient cinq et ils n'arrêtaient pas de rentrer et de sortir de la chambre. 

TOPOLSKY: Pour quoi faire? 

MOSS: J'ai pas vu, mais il y en a un autre qui est arrivé, grand, l'air un peu endormi. 

TOPOLSKY: Alex! 

MOSS: Ils ont du changer les éprouvettes. 

(Au lycée, à l'heure du déjeuner, Alex s'assoit à la même table que Kyle)
 

UNE POM-POM GIRL (à ses copines): Je lui ai dit, c’est à moi ça! 

ALEX: Salut! 

KYLE: Alors, tu viens m'espionner ? 

ALEX: Non, je viens manger c'est tout. 

KYLE: Ouais, c'est ça. Liz t’envoie pour savoir si des fois je n'aurais pas parlé à quelqu'un. C'est ça? 

ALEX: Non, je suis là parce que là bas, je ne connais personne. Et de quoi t'aurais parlé au fait? 

KYLE: En plus, elle m'envoie un remplaçant, et ça, ça fait vraiment pitié. Elle t'envoie toi, même pas Maria. Moralité, ce que je vais faire, c'est que je vais te renvoyer au quartier général avec un petit message. Tu vas dire à Liz que j'en ai marre qu'elle me mène en bateau, que je me suis complètement gourré sur elle et que pour moi, c'est une espèce de... 

ALEX: ... D’étrangère? 

KYLE: Oh quel rusé! Elle est pas mauvaise ta tactique, désolé mais cette fois, le poisson ne mordra pas. T'arriveras pas à me faire croire que Liz ne t'a pas confié son petit secret. Ne me prends pas pour un abruti. 

(On voit qu'Isabel les a espionné)
 

(Max et Liz font du lèche-vitrine et en profitent pour observer l'agent Moss)
 

MAX: Regarde la vitrine comme si on faisait les magasins. Ca y est le voilà, rigoles comme si j'avais dit un truc marrant. 

LIZ: Ha, ha, ha, ha Max... 

MAX: Il faut qu'il pense qu'on ne l'a pas vu. 

LIZ: Est ce que tu es sûr que ça va marcher? 

MAX: Maintenant on va savoir si il nous suit ou pas. 

(Ils entrent dans l'UFO Center)
 

VOIX OFF DU MUSEE: Les soucoupes volantes existent. Elles sont devenues réalités après 37 ou 38 ans d'études approfondies. Certains éléments résultant de ces études ont été rendu publique afin de calmer les esprits et de semer le doute dans la population. D’autres éléments beaucoup plus probants sont encore classés secret défense. 

(Ils essayent de semer l'agent du FBI)
 

MAX: Suis moi! 

VOIX OFF DU MUSEE: La vérité est quelque part, je ne sais où, ce dont je suis sûr, c'est que nous sommes dans une impasse et nous y resterons jusqu'au jour où le gouvernement fédéral reconnaîtra qu'il s'est réellement passé quelque chose et qu'il livrera tout les éléments, ainsi que les résultats de son enquête. 

(Ils se cachent)
 

MAX: Bien, on passe le relais!

(Devant l'UFO Center, Isabel, Michaël et Maria attendent Moss pour le prendre en filature avec la voiture de Maria) 

MICHAËL: Le voilà! 

MARIA: Lui? 

MICHAËL: Bah quoi? Tu crois que je me trompe? 

MARIA: Non, mais à le voir il a pas l'air méchant. 

MICHAËL: C'est bien parce qu'on a besoin de ta voiture. 

ISABEL: Il n'y a personne dans un rayon de 200 mètres, je crois qu'on est tranquille. 

MARIA: Tranquille...c'est pas le mot que j'aurais choisi! 

ISABEL: Tranquille, ça veut dire qu'on peut le suivre. 

MARIA: Oh. 

MICHAËL: C'est pas la peine de le coller. 

MARIA: Vous allez arrêter, oui !Je vous signale que je n'en suis pas à ma première filature! 

(Maria se trompe en passant les vitesses)

 

ISABEL: Continue comme ça et tu peux être sûre que ce sera la dernière.

(Devant un motel.)

MARIA: Ca fait une heure qu'on est là, on va attendre longtemps comme ça?

MICHAËL: Pourquoi? T'as rendez-vous? 

MARIA: Peut-être bien... 

ISABEL: Oh non...C'est moi qui devrais me plaindre d'être dans cette voiture avec vous. 

MARIA: Il ne sortira jamais de cette chambre. 

(Moss sort de sa chambre)
 

MICHAËL: Tu disais? 

(Ils se penchent pour ne pas être repérés par Moss)
 

(Dans un couloir du lycée)
 

LIZ: Je suis déjà en retard pour l'espagnol et je dois inventer une excuse pour Maria. 

MAX: Ouais, mais, moi aussi je dois y aller. 

LIZ: On se donne rendez-vous après les cours au Crashdown? 

MAX: hmm-hmm. 

LIZ: Hey! Euh...Pour une fois tu pourrais aussi dîner, un sandwich martien, salade de Saturne et un milk-shake mercurien, formule à 3.90 $ 

MAX: Ca me ferait plaisir! Mais je ne pense pas que je pourrais. J'ai promis à ma mère de me reposer. 

LIZ: Tu sais quand je t'ai vu dans la voiture, j'ai cru que tu étais...d'un seul coup, je n'arrivais plus à respirer. 

MAX: Je ne t'ai même pas remerciée... pour ce que tu as fait à l'hôpital. 

LIZ: En fait c'est à Alex qu'il faut dire ça, une fois de plus je l'ai appelé au secours et il est venu comme toujours...Max? 

MAX: On ne peut pas lui dire, tu comprends? 

LIZ: Je comprends. 

MAX: Mais il faudra inventer quelque chose. 

LIZ: Lui mentir alors? 

MAX: Isabel l'a vu discuter avec Kyle tout à l'heure. 

LIZ: Il t'a sauvé la vie, Max! 

MAX: Ecoutes, je le sais que c'est dur, mais, maintenant... 

LIZ: Je lui ai déjà dit que c'était une histoire de drogue... quand t'étais à l'hôpital. 

MAX: Tu penses qu'il t'a cru? 

LIZ: J'ai l'impression. 

MAX: Liz! Il faut pas m'en vouloir. 

LIZ: Quand on ressent des choses envers quelqu'un, on est près à faire n'importe quoi ou presque. 

MAX: Oui... 

(Liz entre dans la classe)

(Au motel, Michaël et Maria entrent dans la chambre de Moss)

MARIA: Tu m'as toujours pas expliqué ce que je faisais là.

MICHAËL: Il me faut une personne pour surveiller. 

MARIA: C'est pas Isabel qui surveille? 

MICHAËL: Alors il m'en faut deux c'est tout! 

(Michaël ouvre la porte grâce à ses pouvoirs)
 

MARIA: T'as pas confiance! C’est ça, hein ? T'as pas confiance en moi. Isabel fait les trucs bien et moi je suis là... 

(Michaël la tire à l'intérieur de la chambre)
 

MICHAËL: On va se faire choper si tu continues. Alors restes près de la fenêtre et fermes là! 

MARIA: C'est la deuxième fois que tu m'emmènes dans un motel cafardeux. 

MICHAËL: Oui, ben le dis pas trop fort, tu vas détruire ma réputation! MARIA: Au fait, qu'est ce que tu espères trouver ici? 

MICHAËL: Je sais pas, des papiers, quelque chose qui nous dira qui il est. MARIA: Etiquettes de bagages! 

MICHAËL: Pas d'étiquettes. 

MARIA: Ah oui, une trousse de toilette en dit long sur un mec, chose au passage dont tu devrais te soucier! Mais à mon avis, tu aurais plus de chance près du téléphone, il peut y avoir des bouts de papiers qui traînent pas loin!  

MICHAËL: Je t'ai demandé de rester près de la fenêtre. 

MARIA: De plus, une vraie baby-sitter digne de ce nom, te dira que le meilleur endroit où regarder, c'est la corbeille à papiers, c'est toujours révélateur! 

MICHAËL: Moss...Il s'appelle Moss. 

MARIA: Prénom ou nom de famille ? 

MICHAEL: J'en sais rien! 

MARIA: Faut persévérer Sherlock! Qu'est-ce que c'est que ça? 

MICHAEL: Un numéro de téléphone. C’est dans le secteur. 

(Maria compose le numéro de téléphone)
 

MICHAEL: Qu'est ce que tu fais? 

MARIA: Autant qu'on sache qui est à l’autre bout du file non? 

(Ils prennent le combiné à deux)
 

TELEPHONE: Topolsky. Allo? 

MARIA: Oh, c'est mademoiselle Topolsky! La mère Topolsky, il y a pas deux Topolsky! Alors ou elle prend son job hyper au sérieux, ou elle n'est pas conseillère d'orientation. 

(A l’extérieur de la cafeteria du lycée, Alex mange un beignet)
 

TOPOLSKY: Moi, les beignets je les mettais en miettes pour prendre tout de suite ce qu'il y avait à l'intérieur! Je peux m'asseoir ? 

ALEX: Oh, oui, attendez! 

(Pendant qu'Alex pousse son sac, Topolsky met quelque chose dans son verre)
 

TOPOLSKY: En fait il fallait que je vous voie. Vous savez votre demande de tutorat en informatique pour le prochain semestre ? Et bien elle est acceptée. 

ALEX: Oh ! bah c'est super ça! Merci, je sais que je l'ai obtenue parce que ma demande avait été appuyée! 

TOPOLSKY: Félicitations. 

ALEX: Grâce à vous! 

TOPOLSKY: Les bonnes choses arrivent aux gens bien, Alex. Je sais ce que vous avez fait pour Max. 

ALEX: C'est vrai ? 

TOPOLSKY: Aller à l'hôpital, comme ça; juste après l'accident. Il parait que vous étiez plusieurs ? 

ALEX: Comment vous savez ça vous ? 

TOPOLSKY: Je suis informée de tout ce qui se passe ici, au cas où un élève aurait besoin de parler à quelqu'un. 

ALEX: On voulait...on voulait savoir si...si il avait besoin de rien, c’est tout. Et puis on est reparti. 

TOPOLSKY: Moi j'y vois un grand élan de générosité, ce n'est pas donné à tout le monde de répondre présent aussi vite et de surmonter une situation pareille. De plus, j'admets que je me fais du souci pour Max et comme c'est un de vos amis... 

(Liz arrive vers leur table)
 

LIZ: Vous parlez de Max ? Je peux vous dire qu'il va très bien, il a même repris les cours. Alors il n'y a plus à s'en faire pour lui. 

ALEX: Ah ! Bien. 

TOPOLSKY: Il parait que vous même avez été choquée ? Est ce que ça va bien ? 

LIZ: Très bien. 

TOPOLSKY: Vous n'aurez qu'à passer à mon bureau, nous parlerons de tout ça. ALEX: D'accord. 

TOPOLSKY: Bon courage. 

ALEX: Oui, merci. 

LIZ: Alex! Tu pars déjà ? 

ALEX: Si j'allais voir un thérapeute, il me dirait que discuter avec toi, c'est... extrêmement mauvais pour ma santé mentale. 

LIZ: J'ai pas été correcte avec toi je suis désolée. 

ALEX: Ca va mieux? T'es soulagée ? 

LIZ: Non! Attends Alex, je voudrais... je voudrais m'assurer que tu n'as parlé à personne de ce qui c'est passé à l'hôpital. Je veux parler de, de cette histoire de drogue. 

ALEX: Si je comprends bien, on doit protéger Max maintenant, c'est ça ? Je veux dire moi et Kyle et... 

LIZ: Kyle ?! Non, non Alex, pas Kyle!  

ALEX: Attends qu'est ce que tu crois? Il est au courant lui aussi!Quoi t'espérais quand même pas garder le secret? C'est normal que ça t'explose en pleine figure et puis attend, c'est pas...

 
(Alex se met à saigner du nez.) 

LIZ: Oh... ALEX: Qu'est ce que j'ai? 

LIZ: Est ce que ça va Alex ? Tu te sens pas bien ? Je vais venir avec toi. 

ALEX: Non, non, laisse tomber, j'ai pas besoin de toi! Je suis assez grand pour m'occuper de moi tout seul. 

(Dans les toilettes des garçons, Alex met un coton dans son nez)

LYCEEN: T'as encore faillit rattraper la balle toi.

ALEX: Ouais, ouais c'est ça, t'as raison. 

(La cloche sonne)
 

ALEX: Quel nul!  

(Alex jette le coton à la poubelle et sort des toilettes)
 

(Topolsky ramasse le coton d'Alex pour le mettre dans un sachet en plastique)


(Au Crashdown, Michael explique à Isabel et Max ce que lui et Maria ont trouvé dans la chambre de Moss et pendant ce temps là, Maria explique la même chose à Liz)

MICHAËL: Ensuite, j'ai fait la poubelle. Je savais très bien que je trouverais quelque chose. 

MARIA: Je vois l'autre espèce de martien entrain de sniffer l'après-rasage du type alors je lui dis de regarder dans la poubelle et qu'il ne sera pas déçu. Et qu'est-ce qu'on a trouvé? 

MICHAËL: Un numéro de téléphone! Alors je me mets à réfléchir et je me dis que le meilleur moyen de savoir qui est au bout du fil c'est d'appeler. 

MARIA: Si je n'avais pas composé le numéro on y serait encore et évidemment lui il en a profité pour, se coller à moi le plus possible. 

MICHAËL: J'entendais à peine parce qu'elle m’avait pris le combiné pour écouter, mais en deux secondes j'ai tout de suite su qui c'était. 

MARIA: Elle a parlé et j'ai percuté ! 

MICHAËL: Topolsky. 

MARIA: Et oui, la mère Topolsky, la plus douée des baratineuses, qui a bien failli nous avoir ! 

MICHAËL: Faut se méfier des blondes. 

MAX: Tu es sûr ? 

MARIA: Oui, je t'avais dit que je la sentais mal, tu te rappelles ? 

LIZ: Maria c'est monstrueux! Vraiment monstrueux! 

MAX: Elle en sait peut-être déjà beaucoup sur nous. 

MICHAËL: Elle en a peut-être parlé. 

ISABEL: Où elle va le faire. 

LIZ: Alex était avec elle tout à l'heure, je les ai entendu parler de Max.  

MARIA: Y a rien à craindre, c'est pas une balance. Et d'ailleurs, il a rien à raconter, n'est ce pas? 

MAX: Liz lui a dit que c'était à cause de la drogue pour qu'il arrête de poser des questions. 

ISABEL: Super! Ca va être facile à expliquer à Papa et Maman. 

MAX: Il ne dira rien. 

LIZ: Il ne dira rien.

MARIA: Ouais. 

MICHAËL: Ca vous empêche pas de manger. Moi je rentre. 

(Alex frappe à la porte du bureau de Topolsky et entre)
 

ALEX: Alors, vous vouliez me voir ? 

TOPOLSKY: Fermez la porte Alex. Asseyez vous.

ALEX: Il faut que j'aille à la chorale dans cinq minutes ce serais...euh... 

TOPOLSKY: Oui je sais Alex. Je sais tout le reste aussi.  

ALEX: Et c'est quoi tout le reste ? 

TOPOLSKY: L'hôpital, l'analyse de sang, à la place de Max. Et pourquoi vous avez fait ça pour lui. Inutile de vous dire que c'est très sérieux, vous le savez déjà. Mais je peux vous aider, j'ai des amis Alex, ils peuvent devenir les vôtres. 

ALEX: Des amis ? De quel genre ? 

TOPOLSKY: Le shérif ne sera pas au courant si c'est ça qui vous inquiète. Et rien ne sera inscrit à votre dossier. C'est votre sécurité que je veux.  

ALEX: Pourquoi? Je suis pas en sécurité ? 

TOPOLSKY: Peut-on réellement être en sécurité quand Max Evans n'est pas loin ? Vous allez m'écrire tout ce que vous savez, tout ce que vous avez vu et vous signerez .  

(Alex refuse d’écrire)
 

TOPOLSKY: Ca ne fait rien, ça peut encore attendre. Mais demandez vous qui vous devez protéger. Est-ce qu'un ami vous aurait mis au pied du mur ? 

ALEX: Vos amis dont vous me parliez, qui sont ils ? 

TOPOLSKY: Des personnes de confiance, comme moi. 

(Alex quitte le bureau, va à son casier, l'ouvre et plonge sa tête à l'intérieur)
 

MAX: Ca va ? 

ALEX: Non, ça va pas. 

MAX: Il faudrait qu'on parle tous les deux. 

ALEX: Qu'on parle de quoi ? 

MAX: De ce que tu as fait pour moi à l'hôpital. ALEX: Ce que j'ai fait, je voudrais bien le savoir justement. 

MAX: Tu m'as sauvé la vie. 

ALEX: Et toi, tu as pourri la mienne. 

MAX: C'était pas ce que je voulais. 

ALEX: Oh arrête ! Je sais très bien que maintenant, tu vas me menacer. Tu as tellement peur que, que je dise comment vous avez fait pour, pour échanger les éprouvettes. Et bien t'arrives trop tard là, parce que justement elle est déjà au courant. 

MAX: Qui est au courant ? 

ALEX: Topolsky !  

MAX: Tu lui en as parlé ? 

ALEX: Non, c'est elle qui m'en a parlé. Elle voulait même que je signe une, une espèce de confession. 

MAX: Tu l'as fait ? 

ALEX: Et bien maintenant tu sais ce que ça fait d'être plongé dans le noir. 

MAX: Je cherche seulement à te protéger. 

ALEX: Et bien je savais pas qu'on m'aimait tant que ça.  

(
Alex s'en va et Liz va vers son casier pour y glisser une lettre)  

LIZ (en voix off): C'est bizarre comme en un instant, les choses peuvent être bouleversées. Tout ça parce qu'un cheval affolé avait décidé de traverser une route au moment précis où Max et moi nous passions en voiture. Maintenant je dois trouver un autre instant, un seul, pour renverser le cours des événements, pour éviter que cet accident soit l'instrument de la découverte de la vérité. 

(Alex entre au Crashdown avant l'heure d'ouverture)
 

LIZ: Je te remercie d'être venu.

ALEX: Je t'ai rencontrée ici des milliers de fois, mais là, ça fait plus pareil. Tu comprends ? 

LIZ: Oui, je comprends. Alex. Tu es mon ami depuis qu'on était ensemble chez Mademoiselle Elmer... 

ALEX: Non, non, non, non. On était dans la même classe avant mais c'est chez mademoiselle Elmer que tu m’as remarqué. 

LIZ: Exact ! Et quand j'allais mal, tu étais le premier à le savoir. 

ALEX: Jusqu'à maintenant. 

LIZ: Non, encore maintenant ! Ce qui c'est passé à l'hôpital avec Max, ça a été la chose la plus importante que j'ai jamais eu à faire dans la vie. Et je t'ai appelé. Alex, jamais je n'avais demandé à quelqu'un de faire une chose aussi difficile. Et aujourd'hui, j'ai encore besoin de toi, Alex je te demande de croire en moi, même si je peux pas, même si je peux pas te dire ce que tu veux savoir. 

ALEX: Parce qu'il y a Max... 

LIZ: Non ce n'est pas ça, je t’assure. Je te parle de nous deux, Alex. Je te l'ai déjà dit l'autre fois c'est, c’est très compliqué, c'est même pas ça d'ailleurs. En fait, il y a un bon côté et il y a un mauvais côté, et si tu choisis le mauvais coté maintenant alors je sais que quelque chose de terrible va se produire ! Et on en subira tous les conséquences. Je t'en pris Alex, si ces cinq années d'amitié représentent quelque chose pour toi, tu dois avoir confiance en moi. Je te jure que je suis du bon côté.

(Alex frappe à la porte du bureau de Topolsky et entre)

ALEX: J'ai bien réfléchi à ce que vous m'avez dit. C'est pas tellement pour moi que je me fais du souci, c'est pour Liz. Ecoutez, si je fais ce que vous m'avez dit, si je vous donne ce que vous voulez, qu'est ce qui va lui arriver ? Enfin, je veux dire, qu'est ce que vos amis vont faire ?

TOPOLSKY: Elle sera interrogée, elle subira peut-être des examens médicaux pour être sûr qu'on ne lui a fait aucun mal. 

ALEX: Mais, pas de,, pas de police alors ?

TOPOLSKY: Non.

ALEX: Mais si jamais ils ont fait du trafic de drogue alors...Ca veut dire que...Ca veut dire que c'est une affaire de drogue non ?

TOPOLSKY: Vous allez écrire ce qui c'est passé à l'hôpital et on verra bien ce que se sera.

(Liz frappe à la porte de Topolsky et entre)

TOPOLSKY: Ca ne va pas Liz ?

LIZ: Est ce que je peux vous parler ? En privé. C'est très important. 

TOPOLSKY: Je reviens tout de suite. Commencez à écrire ce projet dont nous avons parlé.

(Liz et Topolsky vont dans le couloir.)

TOPOLSKY: Alors que se passe t'il ?

LIZ: Je ne sais pas du tout ce qu'Alex vous a dit, mais moi, je voudrais vous dire quelque chose. 

TOPOLSKY: Je vous écoute.

LIZ: Je trouve que, Alex a beaucoup changé ces derniers temps, comme s’il était devenu parano, un truc comme ça. Vous savez, on a été amis pendant longtemps et cette année, je me suis fait de nouveaux amis alors. Je ne sais pas peut-être...peut-être qu'il se sent rejeté. Est ce qu'il vous a dit quelque chose qui vous laisse penser ça ?

(Dans le bureau, Alex va sur l'ordinateur de Topolsky)

TOPOLSKY: Je ne peux discuter de mes entrevues qu'avec la personne concernée et vous n'êtes pas concernée.

LIZ: Oui je le sais et je le comprends tout à fait, ce que je veux dire, c'est que j'ai peur qu'il parle de chose qui pourrait, qui pourrait nuire à d'autre personne.

TOPOLSKY: Nous connaissons bien Alex? Et je pense que c'est un garçon qui sait ce qu'il fait, non.

(Alex se connecte à Internet)

LIZ: Mais il est dans un tel état d'esprit en ce moment.

TOPOLSKY: J'en jugerai quand j'aurais parlé avec lui.

(Alex essaye de lire les e-mails de Topolsky mais échoue)

ALEX: Non c'est pas vrai.

TOPOLSKY: Je dois retourner auprès de lui.

LIZ: Attendez mademoiselle ! S'il vous plait, j'ai encore besoin d'en parler.

(Topolsky rentre dans la pièce et trouve Alex devant son ordinateur. Il tourne l'écran vers Topolsky et nous pouvons voir le logo du FBI)

TOPOLSKY: Si vous croyez que ça vous rendra service, vous vous trompez. Vous jouez avec quelque chose qui peut-être dangereux. 

ALEX: Qu'est ce que le FBI fait au collège de Roswell ?

TOPOLSKY: Ce n'est pas parce que vous savez qui je suis, que ce sera terminé. J'étais de votre côté, j'espère que votre ami Max ne souffrira pas des conséquences de mon départ.

(Elle part en emportant ses affaires)

ALEX: Bon, très bien. Maintenant tu vas me dire exactement ce que tu sais de cette histoire entre Max et Topolsky et avec le FBI ou je peux te jurer qu'il n'y aura plus aucune amitié entre nous deux.

LIZ: Non Alex, ne dit pas des choses...

ALEX: Quoi ? Tu crois que je dis ça à la légère ? Non Liz, je plaisante pas. Alors ou tu me dis la vérité ou alors je m'en vais.

LIZ: Je ne peux rien dire.

(L'épisode se fini par Alex qui s'en va visiblement déçu et Liz qui a l'air de se rendre compte qu'elle peut perdre beaucoup en voulant protéger Max)

 

Blood Brother

 

(In a hallway in school)

LIZ: What is it?

MAX: She's out.

LIZ: Who is?

MAX: Miss Hardy. She's absent. Stomach flu. And since we both have fifth period lunch, we have close to 2 hours off. LIZ: Well, we don't technically have fourth period off just because Miss Hardy's out.

MAX: There's something I want to show you.

LIZ: Ok, let's go.

(Max and Liz are cruising down a road)

LIZ: This is so cool.

MAX: It's the old highway. My dad used to take this when we drove to Albuquerque.

LIZ: I never even knew this place existed.

MAX: I just thought we should do something, you know? Something normal, for once. Things have been so...

LIZ: Yeah, I know, insane.

LIZ: Oh, my God. I love this song.

MAX: Me, too.

VOICEOVER: Have you ever had a moment when you're with the one person in the world you want to be with and the wind is blowing through your hair and the song that just describes your entire soul happens to come on, and then the person that you want to be with happens to love the same song and suddenly you realize you're listening to it together? And that no matter how crazy your life has gotten there's this one moment...this perfect moment...where you could just say that no matter what happens, nothing can take this moment away from me...

(A horse appears in the road ahead)

VOICEOVER: And then, something does.

(Max swerves to avoid hitting the horse and the jeep crashes into some bushes on the side of the road. Max's head is resting against the steering wheel and he isn't moving)

LIZ: Max? Max? Oh, my God.

(Opening credits) PARAMEDIC 1: Blood pressure 124 over 84.

PARAMEDIC 2: How do you feel? Ringing, any buzzing?

LIZ: No, I'm fine. Is he gonna be all right?

PARAMEDIC 1: We can't know for sure, but his vital signs are good.

(At school in hallway)

MARIA: Hey.

MICHAEL: Hey.

(There is an awkward silence) MICHAEL: Better go. I'm gonna be late for class.

MARIA: You're avoiding me.

MICHAEL: I'm not avoiding you.

MARIA: Oh, the classic signs, Michael. Not looking me in the eye, lying about motives...

MICHAEL: You know what? Fine. If it's gonna shut you up, I am avoiding you. Watch me continue that thought, all right?

(Maria's cell phone rings)

MARIA: No way. Stay.

(Maria answers the phone)

MARIA: Mom, I told you to stop calling me...

LIZ: No, it-it's me. It's me.

MARIA: Liz? Gotta get back to you, babe.

LIZ: No. Look, there's been an accident with me and Max.

MARIA: You and Max are in an accident?

(Michael grabs the cell phone)

MICHAEL: What the hell's going on?

(At hospital)

DOCTOR: What do we have?

PARAMEDIC: 16 year old male. Victim of an MVA with a blunt head trauma and a loss of consciousness. GCS 2-3-4. BP 124 over 84, pulse 90, respiratory rate 16.

DOCTOR: Get him in 1. You were with him?

LIZ: Um, yeah.

DOCTOR: When did he lose consciousness?

LIZ: Uh, right after the accident.

DOCTOR: What's your relationship?

LIZ: He's my friend.

DOCTOR: Has he been ID-ed?

PARAMEDIC: Yes, sir.

DOCTOR: Contact his parents right away. Get him on a monitor. We need some blood tests. Get me a CBC and a spot 12. And draw blood for a trauma panel.

(In hallway at school)

PRINCIPAL: Miss Topolsky. We were just notified that we have students in the hospital. They were in a car accident.

TOPOLSKY: Who?

PRINCIPAL: Max Evans and Liz Parker were taken to Roswell Memorial. I'll inform you as soon as I have an update.

TOPOLSKY: Why don't you let me stay on top of it? I know these kids. I want to make sure everything's ok.

PRINCIPAL: Thanks a lot, Miss Topolsky.

(Topolsky makes a call to Agent Moss)

MOSS: Hello?

TOPOLSKY: Get to the hospital. Now. We might have a opportunity.

(Isabel and Michael walk into the hospital to Max's room)

ISABEL: Oh, my God. Max. Max. What happened?

LIZ: We were on the old highway. There was this horse but Max swerved to avoid it and then we crashed.

ISABEL: Max.

SUSAN (the nurse): There's too many people here.

ISABEL: I'm his sister.

SUSAN: No one's supposed to be here.

(Michael turns on his charm. It appears Susan is attracted)

MICHAEL: I realize you're just trying to do your job, but we're all in shock right now. I'm really sorry.

SUSAN: Just keep it low key.

MICHAEL: Thank you...Susan.

(Susan walks off)

MICHAEL: I'll get the blood.

(Agent Moss goes into a door marked "Hospital Personnel Only") ISABEL: They can't get that blood.

LIZ: So I don't get it. What have you guys done before?

ISABEL: Nothing like this has ever happened before.

LIZ: But what about when you guys get sick?

ISABEL: We don't get sick. We need blood. We'll take some of yours and replace Max's with it.

LIZ: It can't be mine. They can tell male from female blood.

ISABEL: Then we need to find a guy.

(At school, Alex is speaking to a group of potential musicians)

ALEX: See, I mean, my point is...is that there's no garage band scene here at Roswell, you know? Which makes for a potential genius situation. I mean, we could start an entire music scene, you know?

LESTER: I think I'm tone deaf.

ALEX: You are tone deaf, Lester. That's why I was thinking the drums for you.

(Maria interrupts)

MARIA: We need your help.

ALEX: Ok, I'm making a point here. The point here is, musicians get the ladies.

MARIA: Now.

(Maria drags Alex away)

(Susan looks over the blood samples for review and then leaves the room. Agent Moss, disguised as a medic, comes in and starts searching the blood samples)

(Maria and Alex arrive at the hospital and enter Max's room)

MARIA: Oh, my God.

LIZ: Alex, I need you to do me a huge favor.

ALEX: Of course. Anything.

LIZ: I need your blood.

(Susan comes back to find Agent Moss looking through the blood samples)

SUSAN: What are you doing here, medic?

MOSS: Sorry.

(Alex looks a bit scared as Liz is about to stick a needle into his arm)

ALEX: Ok, I have any number of reservations at this particular moment.

LIZ: No, it's fine, Alex. I volunteered here last summer. I saw them do this a thousand times.

ALEX: Oh, God. What are you people hiding?

LIZ: I'll tell you everything later.

ALEX: Ok, look. I know best friends are supposed to trust each other on everything...

LIZ: Alex, I can do this.

MARIA: Incoming!

(Isabel grabs the needle)

ISABEL: Here, Liz. It'll be best if you don't look.

(Isabel draws some of Alex's blood as Alex shuts his eyes in anticipated pain)

LIZ: Thank you, Alex.

MARIA: Come on, let's go!

ISABEL: This'll sting a little.

(Back in the blood analysis room)

MICHAEL: Susan?

SUSAN: Can I help you?

MICHAEL: I wanted to talk to you in private. I was wondering if you'd like to go out with me...on a date sometime.

SUSAN: You seem a bit young.

(Michael switches a tube filled with Alex's blood with the tube with Max's blood)

MICHAEL: Age doesn't matter to me. I mean, besides, you know, I've always been more mature than most people I know. I've always found it easier to relate to a woman. They have so much more in common. They understand. Girls my age, they just don't do it for me, you know? I can't relate to them. But a woman like you on the other hand...

SUSAN: Something isn't right.

MICHAEL: It's not?

SUSAN: I appreciate the thought. I really do. But I can't do this.

MICHAEL: I understand.

(Michael turns to leave)

SUSAN: Hey, call me when you turn 18.

MICHAEL: I will.

(In hospital lobby, everyone is waiting for an update on Max) LIZ: Alex...maybe you should go home.

ALEX: Liz, what I just did I could get arrested for. And that's all you have to say to me? Any of you?

LIZ: Alex...

MICHAEL: She said go home.

ALEX: Well...great new friends you've made, Liz.

(Alex walks off and Liz follows him and Michael starts to follow Liz)

MARIA: Hey, hey. She's not gonna tell him. Just give her a second.

LIZ: Alex, wait...

ALEX: I've been waiting, Liz. And apparently I'm not gonna get an explanation.

LIZ: It's complicated, ok?

ALEX: No no. It's not ok, Liz. None of this is ok.

LIZ: Alex, look, you've gotta trust me--

ALEX: What is it...drugs? Is that what this is? You and Max go out for a drive. He gets wasted, almost kills you both. That's what I'm covering for, isn't it?

LIZ: Alex...

ALEX: You can't use Michael's blood because he's just as high. So who do you call? You call on your buddy Alex. Stupid, straight Alex who does everything you say cuz he's such a loyal friend that you lie to and you use whenever you can.

LIZ: It's not true.

ALEX: Then tell me the truth, Liz. For once.

LIZ: You're right. It's drugs.

(Alex walks off frustrated)

ISABEL: He's awake.

(In Max's room)

MRS. EVANS: Max, you have no idea how much you terrified me.

MAX: Sorry, Ma.

DOCTOR: It's some recovery.

MAX: I guess I got lucky.

DOCTOR: You didn't seem so lucky a couple of hours ago. You sure you feeling ok? No dizziness? Headaches?

(Max shakes his head)

DOCTOR: Good. Your son is fine.

MRS. EVANS: Oh, thank God.

DOCTOR: I still recommend that we keep him overnight. And I can schedule an MRI in the morning.

MRS. EVANS: Yes, of course.

MAX: Mom, I'm fine. I don't need any tests.

MRS. EVANS: Honey, we'll leave it to the doctor, ok?

MAX: Please, I have a ton of schoolwork. Really, I feel fine. Mom, I just...I don't wanna stay here.

DOCTOR: Ok. Have him take it easy for the next few days. And if you feel any dizziness, anything unusual, you contact me right away.

MAX: Yeah.

DOCTOR: All right.

MRS. EVANS: Thank you, doctor. Thank you.

DOCTOR: You guys can come in now.

(Isabel, Michael, Liz, and Maria come in)

ISABEL: Mom...

MRS. EVANS: Hi, honey. He's gonna be fine. MICHAEL: Heard you saved Mr. Ed.

MAX: Yeah.

LIZ: You ok?

MRS. EVANS: Hello.

MAX: Mom, this is Liz.

LIZ: It's nice to meet you.

MRS. EVANS: It's nice to meet you.

(In a hallway in the hospital)

LIZ: I was so scared.

MAX: I'm ok.

ISABEL: Let's go. Mom's waiting in the car. MARIA: Oh, my keys are in my purse on the table in Max's room. We were in the middle of a crisis, remember?

MICHAEL: I'll go get it. Get him to the car.

(Michael sees the silhouette of someone who looks like he's searching for something. He pulls open the curtains to find Agent Moss and the other agent disguised as medics looking through the trash)

MICHAEL: Forgot her purse.

(In Max's room at home)

MICHAEL: I'm telling you it was the same guy. The one that followed me into the Crashdown the other night. He was going through the garbage. And the other guy, the one I saw looking for blood, he was going through Max's charts.

MAX: There's nothing for them to find.

MICHAEL: This time. But this is the closest call we've ever had.

MAX: I'm sorry...

ISABEL: It wasn't your fault, Max.

MICHAEL: I didn't say that. But somebody's closing in on us. And unless we do something about it...

ISABEL: The only thing we can do is run.

MICHAEL: No, that's not true. We can figure them out before they figure us out.

ISABEL: This is already so out of control and you just wanna make it worse?

MICHAEL: I wanna know my enemy. That's the only chance we'll ever have.

(In an alley at night, Topolsky stops to get briefed by Moss)

TOPOLSKY: Interesting day. So how'd it go?

MOSS: There was a blood test. It came back normal. I think something might've happened.

TOPOLSKY: What do you mean?

MOSS: Well, there were 5 of them. And they kept coming in and out of his room a lot.

TOPOLSKY: Doing what?

MOSS: I'm not sure. But they brought another one in. Tall kid, kind of wiry.

TOPOLSKY: Alex.

MOSS: I think they switched blood samples.

(At school during lunchtime. Alex takes a seat next to Kyle at an empty table)

ALEX: Hey.

KYLE: Oh, hey, look. A spy.

ALEX: No, I'm just eating.

KYLE: Yeah, right. Liz sent you to find out whether or not I told anybody anything, right?

ALEX: No, it's that there was no one else to eat with... Wait, told anybody what?

KYLE: You know what hurts the most? It's that she sent the B-team. I mean, you. Not even Maria. Tell you what, Alex. I'm gonna send you back to headquarters with a little message. You can tell Liz that i'm tired of being lied to. She's not the girl I thought she was, and she's turned into some kind of...

ALEX: Stranger?

KYLE: Oh, you're good. That whole simpatico tactic. Sorry, but this fish won't swallow that bait. You really think I'm gonna believe that Liz didn't let you in on her little secret? I'm not that stupid.

(Max and Liz are window shopping and looking around for Agent Moss) MAX: Just look in the window like you're shopping. Ok, he's there. Now laugh, like I just said something funny.

LIZ: (laughs) Max...

MAX: We can't let him think we've seen him.

LIZ: Do you really think this is gonna work?

MAX: There's only one way to find out if he's really following us.

(Max and Liz enter the UFO Center)

SPEAKER: Flying saucers are real. There are 4 major conclusions after 37, almost 38 years of study...the 1st of the evidence is overwhelming that the earth is being visited by intelligent people in extraterrestrial spacecraft. In other words, some UFOs...

MAX: Let's go.

SPEAKER: I think the truth is somewhere. I don't know where. I do think that this is going to be an ongoing situation until our federal government says, "look, we admit it. Here's what actually happened. Here's where the material went, and here are the results of our findings."

MAX: We did our part.

(Outside the UFO Center Maria, Isabel, and Michael are waiting for Moss to tail him)

MICHAEL: There he is.

MARIA: Him?

MICHAEL: What, you think I'm wrong?

MARIA: No, he's just so avoidable.

MICHAEL: If we didn't need your car...

ISABEL: There's nobody around for a couple of blocks. I think we're safe.

MARIA: Safe is not the word I would choose.

ISABEL: Safe to follow him.

MARIA: Oh.

MICHAEL: But not close.

MARIA: Relax. God, you guys act like I've never tailed someone before.

(Maria drives in reverse)

ISABEL: Subtle, he'll never notice us going backwards.

(Outside a motel)

MARIA: How long is this gonna last? Us waiting here like this?

MICHAEL: Why? You got a date?

MARIA: Maybe.

ISABEL: You know, I'm the one who should be complaining, stuck out here with you two.

MARIA: He is never gonna leave that room.

(Moss comes out of the room)

MICHAEL: Never?

(Isabel, Maria, and Michael duck as Moss drives by)

(In a hallway in school)

LIZ: I'm really late for English, and I have to cover for Maria.

MAX: I...I have Trig, so...

LIZ: So I guess I'll just see you after school at the Crashdown. Hey. Um, maybe you could stay for dinner. You know, Blue Moon Burger, Saturn Rings, and a Mercury Milkshake for $3.99.

MAX: Sounds tempting. But I should probably get home. Mom thinks I'm still recuperating.

LIZ: Yeah...when I saw you in that car, I thought you were... It was like I couldn't breathe, you know?

MAX: I never got a chance to thank you for what you did at the hospital. It was Alex who did it. He really came through. He always does. Max?

MAX: We can't...tell him.

LIZ:I know.

MAX: But we have to tell him something.

LIZ: You mean lie.

MAX: Isabel saw him talking with Kyle today.

LIZ: He saved your life, Max.

MAX: Look, I know it's hard, but, please...

LIZ: I already told him that it was drugs...over at the hospital.

MAX: Did he believe you?

LIZ: I think so.

MAX: Liz. I am so sorry.

LIZ: I guess these are the things you do when...when you feel a certain way about someone.

MAX: I guess.

(Liz enters English class)

(At the motel, Michael and Maria are breaking into Moss' room)

MARIA: I still don't understand why I have to do this.

MICHAEL: I told you I need a lookout.

MARIA: Isn't that what Isabel's doing?

MICHAEL: Ok, so I need 2 lookouts. MARIA: You don't trust me. That's it, isn't it? You don't trust me. You give Isabel the real job because I...

MICHAEL: You're gonna get us caught is what you're gonna do. Now stay watch and shut up.

MARIA: This is the second time you've dragged me to some cheap motel.

MICHAEL: Yeah, well, don't spread it around. You'll ruin my reputation.

MARIA: What exactly are you looking for?

MICHAEL: ID maybe? Something to tell us about this guy?

MARIA: Luggage tags.

MICHAEL: No tags.

MARIA: You know, um, toiletries say a lot about a man, which, by the way, you should take note of, but I'm guessing you will have more luck by the phone. You know, notepads, messages, that sort of thing.

MICHAEL: Just keep looking out the window, would you?

MARIA: Listen. Any baby-sitter worth her salt knows that the best place to look is in the garbage can. It's always revealing.

MICHAEL: Moss. His name's Moss.

MARIA: First name or last name?

MICHAEL: I don't know.

MARIA: Keep looking, sherlock. What? What is it?

MICHAEL: Looks like a phone number. Local.

(Maria picks up the phone and dials the number)

MICHAEL: What are you doing?

MARIA: You want to find out who's on the other end of the line, don't you?

PHONE: Topolsky. Hello?

(Maria hangs up the phone)

MARIA: That was Ms. Topolsky. Ms. Topolsky as in school Ms. Topolsky. All right. Either she's taking her job way too seriously, or she's not exactly a guidance counselor.

(Topolsky is walking by some tables and notices Alex sitting by himself)

TOPOLSKY: I used to peel the marshmallow off so I could get straight to the cupcake inside.

ALEX: Oh. Hmmpf.

TOPOLSKY: Can I join you?

ALEX: Oh, yeah. Sure. Here.

(Topolsky slips some drug into Alex's drink)

TOPOLSKY: Actually, I'm glad I ran into you. Remember that AP tutorial we talked about in computer languages for next semester? You're in.

ALEX: Real--oh...thank...thank you so much. I can't believe you put that together for me.

TOPOLSKY: Cheers.

ALEX: Cheers.

TOPOLSKY: Good things happen to good people, Alex. I heard what you did for Max.

(Alex coughs)

ALEX: You did?

TOPOLSKY: Getting over to the hospital right away like that after his accident. I heard a group of you went.

ALEX: How do you, um...

TOPOLSKY: The school keeps me in the loop about these things. In case anybody wants to talk about it afterwards.

ALEX: Yeah, well, um...yeah. We just, uh...wanted to see how he was doing. You know? No big thing.

TOPOLSKY: Don't sell yourself short, Alex. I mean, that's how you find out who your real friends are. Who shows up in situations like that. I must admit, I have my concerns about Max, but if he's a friend of yours...

LIZ: Are you talking about Max? Well, Max is just fine. In fact, he's back at school. So there's nothing to worry about, right?

ALEX: Right.

TOPOLSKY: I heard you got a little shaken up yourself. Everything ok?

LIZ: Totally.

TOPOLSKY: Why don't you stop by my office later? We'll talk some more.

ALEX: Ok. Thanks again. LIZ: Alex...please...

ALEX: If I had a therapist, he'd say talking to you is detrimental to my mental health.

LIZ: I am sorry, Alex, for everything.

ALEX: Got that off your chest now?

LIZ: Now look, Alex, I just...I need to make sure that you haven't told anybody anything about the hospital. You know, about that... about that drug thing.

ALEX: Look, are we all covering for Max now? Is that it? I mean, me and Kyle...

LIZ: Kyle? No. Alex...Kyle??

ALEX: Well, he knows, too, doesn't he? Look, how long do you think you can keep something like this a secret before it all blows up in your face and...

(Alex starts bleeding from his nose)

LIZ: Ewww.

ALEX: Oh, God. Oh, God.

LIZ: Alex, are you ok? You ok? Let me help you.

ALEX: No, Liz, I don't need your help, all right? I can take care of myself.

(In bathroom, Alex is cleaning the blood out of his nose)

JOCK: Tough game of dodge ball, Whitman?

ALEX: Yeah, sure. Why not? Loser.

(At the Crashdown, Michael is explaining what he and Maria found out at Moss' room at the motel while Maria is explaining it to Liz) MICHAEL: So, I checked the garbage cans, cuz that's the best place to look for information.

MARIA: Anyway, so space boy is looking at this guy's after-shave, so I tell him to look in the trash cuz, you know, that's where you find the best trash. And what do we find?

MICHAEL: A phone number. So I put it together and I figure the best way to find out who's on the other end of the line is to call.

MARIA: We'd still be there if I hadn't picked up the phone and dialed. And of course he takes this opportunity to lean in as close to me as possible.

MICHAEL: So I could barely hear, because she was hanging all over me trying to listen, but there's no way I wouldn't recognize that voice.

MARIA: Clear as a bell, no mistake.

MICHAEL: Topolsky.

MARIA: That's right. Ms. Topolsky. All-American guidance counselor and big, fat liar.

MICHAEL: Never trust a blonde.

MAX: Are you sure?

MARIA: Positive. I smelled her from day one, remember?

LIZ: Maria, this is bad. Really bad.

MAX: Who knows how much she's found out about us already.

MICHAEL: Or who she's heard it from.

ISABEL: Or who she'll tell.

LIZ: Alex was with her. I heard them talking about Max.

MARIA: He's not a snitch. Besides, he doesn't know anything to tell. Does he?

MAX: Liz told him we were into drugs. Just to get him to stop asking questions.

ISABEL: Great. That'll be a lot easier to explain to mom and dad.

MAX: He's not gonna say anything.

LIZ: He's not gonna say anything.

MARIA: Right.

MICHAEL: Stick a fork in us, Maxwell. We're done.

(Alex knocks on the door to Topolsky's office and enters)

ALEX: Hey, you wanted to see me?

TOPOLSKY: Close the door, Alex. Sit down.

ALEX: I've got chorale in a few minutes, so, uh..

TOPOLSKY: I know, Alex. I know everything. ALEX: Wh-what's everything? TOPOLSKY: The hospital. The blood test. What you did for Max and why. I don't have to tell you how serious this is. I can help you. I have friends, Alex. They can be your friends, too.

ALEX: What kind of friends?

TOPOLSKY: The sheriff won't be involved, if that's what you're worried about. Nothing on your permanent record. I want you to be safe.

ALEX: You think I'm not safe?

TOPOLSKY: Can any of us really be safe with Max Evans around? Why don't you write down everything? Everything you know, and sign it. Whenever you're ready, Alex, I'm here. Think about who it is you're protecting. What friend would put you in a position like this?

ALEX: What about your friends? Uh...who are they?

TOPOLSKY: People you can trust. Like me.

(Alex leaves and goes to his locker, opens it, and sticks his head in)

MAX: You ok? ALEX: Not really.

MAX: I think we need to talk.

ALEX: About what?

MAX: About what you did for me at the hospital.

ALEX: Yeah, what...was that? I'd like to know.

MAX: You saved my life.

ALEX: Yeah, well, you screwed up mine.

MAX: I didn't mean to.

ALEX: Yeah, well, you're here to threaten me now, right? I mean, you're here to scare me into shutting up about faking the whole blood sample thing. Well, you're too late, Max. She already knows.

MAX: Who already knows?

ALEX: Topolsky. MAX: You told Topolsky?

ALEX: No, she told me. She wanted me to sign some sort of confession.

MAX: Did you?

ALEX: Now you know what it's like being in the dark, Max.

MAX: Alex, I'm trying to protect you.

ALEX: I didn't know so many people cared.

(Alex leaves and Liz walks up to Alex's locker and slips a note into it)

VOICEOVER: Moments. It's amazing how one can just change things so radically. How a wild horse deciding to cross the road at that exact time could be responsible for Max being discovered. I need one more moment now. One more chance to change direction, to stop something bad from turning into something worse.

(Alex shows up at the Crashdown before it's open)

LIZ: Thanks for coming.

ALEX: I've met you here a thousand times, but it just doesn't feel the same. You know?

LIZ: Yeah. I know. Alex. You've been my friend since Ms. Elmer's class in the fifth grade.

ALEX: No no no. We actually met in fourth, but you didn't notice me till fifth.

LIZ: Yes. And I've come to you with every problem I've ever had.

ALEX: Until now.

LIZ: No, even now. What happened at that hospital with Max, that was like the most important thing I ever had to do in my life. And I called you. Alex, this is the hardest thing I have ever asked anyone to do. Look, I need you...I need you to believe in me, even though I can't--I can't tell you what you want to know.

ALEX: Because of Max.

LIZ: No, forget Max, Alex. This is between us. Look, I told you before this was complicated. Well, maybe it's not. There is a right side, and there is a wrong side. And if you choose the wrong side right now, Alex, something really terrible is gonna happen...to all of us. I am begging you, Alex. If 5 years of friendship have meant anything to you, please trust me. I swear to you, I am on the right side.

(Alex knocks on Topolsky's door and enters her office)

ALEX: I've thought about what you said. And I'm not worried about me right now. It's Liz. Look. If--if i do this, if I give you what you want, what happens to her? I mean, what--what do your friends do?

TOPOLSKY: She'll be questioned. They'll probably want to do some medical tests to make sure she wasn't harmed in any way.

ALEX: But no...no police, right?

TOPOLSKY: No.

ALEX: But if--if they're involved in drugs then...it is drugs, isn't it?

TOPOLSKY: Just write down everything that happened at the hospital, and we'll take it from there.

(Liz knocks on Topolsky's door and enters)

TOPOLSKY: Is something wrong, Liz?

LIZ: Can I see you for a second? Privately. It's really important.

TOPOLSKY: I'll be right back. You can go ahead and start that project we were talking about.

(Liz and Topolsky go outside into the hallway) TOPOLSKY: So, what's the emergency?

LIZ: Look, I don't know what Alex has been telling you, but there is something you should know.

TOPOLSKY: I'm listening.

LIZ: It's just that, um...Alex. He's sort of changed all of a sudden. I don't know. It's like--like he's paranoid or something. See, we have been friends forever, and this year I have made some new friends, and I just think that--that he's feeling a little hurt. Has he ever said anything to you about this at all?

(In Topolsky's office, Alex sits down behind Topolsky's desk) TOPOLSKY: Liz, you know I can't discuss my counseling sessions with other students. That wouldn't be right.

LIZ: Yeah, I know. I understand that. It's just that I'm afraid that he might be saying some things to you that...that could really hurt somebody.

TOPOLSKY: We both know Alex. I think we can trust that he'll do the right thing, don't you?

(Alex dials a number on the modem)

LIZ: But you don't understand his state of mind right now.

TOPOLSKY: Let's let Alex speak for himself, ok?

(Alex is trying to see Topolsky's e-mail but fails)

ALEX: Damn.

TOPOLSKY: Now I really should get back to him.

LIZ: No, wait. Ms. Topolsky, wait! I mean...can't we just talk about this some more?

(Topolsky opens the door to find Alex sitting behind her desk in front of her computer. He tilts the computer so the display is facing Topolsky and we see the logo of the FBI and Department of Justice)

TOPOLSKY: If you think you've just helped yourselves, you're wrong. You're playing games with something very dangerous.

ALEX: What's the FBI doing at West Roswell?

TOPOLSKY: This isn't going to end just because you know who I am. I was on your side. I just hope your friend Max doesn't end up in the wrong hands without me here.

ALEX: Ok, all right. You are going to tell me exactly what has been going on with Max and Topolsky and the actual FBI or I swear, Liz, this is the end of you and me being friends.

LIZ: No Alex, don't say things...

ALEX: What? Something that I won't go through with? Liz, I'm not kidding. All right? Now either you tell me the truth, or I walk.

LIZ: Alex, I can't.

(Scene fades out as Alex turns around and walks off down the hallway visibly dejected, and Liz contemplates how far she's willing to go to protect Max)

Kikavu ?

Au total, 53 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

Aloon33 
01.06.2018 vers 19h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

Annaelle19 
08.06.2017 vers 14h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois

Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois
Le petit Théodore Kubrick de Ravin-Bilitch est venu rejoindre son papa Eric Bilitch et sa grande...

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage
A l'occasion de la sortie de Roswell, New Mexico en janvier sur la CW, voici un nouveau sondage sur...

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra
Shiri Appleby, l'inoubliable Liz Parker de la série originale, fera son grand retour à Roswell mais...

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation
La quatrième saison de la série UnREAL avec Shiri Appleby sera la dernière. En effet, la série n'a...

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot
La première bande-annonce de 'Roswell, New Mexico', le reboot de la série culte du début des années...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Xanaphia, Hier à 18:15

Les derniers de Seal Team sont dispo sur 6play ! Par contre Quantico pas encore....

choup37, Hier à 20:02

Nouveau sondage sur Merlin, Kaamelott, DW! Calendriers à commenter aussi, et même pdm ^^

Sydney, Hier à 20:11

nouveau sondage sur le quartier vampire diaires spécial fêtes de fin d'années ! venez voter !

choup37, Hier à 21:44

Plus que 4 votes pour valider la bannière de ma sorcière bien aimée

choup37, Hier à 21:45

Les votes du monde de joan ont aussi besoin d'être aidés

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site