VOTE | 104 fans

#105 : Le journal intime

Titre VO : Missing
Titre VF : Le journal intime
Diffusion US : 03/11/1999
Ecrit par Jon Harmon Feldman
RéalisateurDavid Semel


Résumé : Liz panique lorsqu'elle ne retrouve pas son journal intime : dans ce journal elle a, en effet, décrit comment Max a utilisé ses pouvoirs pour lui sauver la vie. Maria essaie de l'aider à trouver qui est le voleur. Pour les deux filles, Alex s'avère être le principal suspect : Liz et Maria l'ayant délaissé ces derniers temps, il aurait peut-être volé le journal pour connaître les raisons de cet abandon...


Guests : Julie Benz (Mlle Topolsky), Jo Anderson (Nancy Parker), Robert Clendenin, Steve Hynter (Milton Ross), Robert Neary (Agent Moss), Richard Anthony Crenna (Agent Baxter).

Popularité


3.67 - 3 votes

Titre VO
Missing

Titre VF
Le journal intime

Première diffusion
03.11.1999

Première diffusion en France
03.03.2001

Plus de détails

En rentrant chez elle le soir, Liz ne se sent pas à l'aise. Elle a l'impression d'être espionné. Depuis qu'elle connaît le secret des extraterrestres, elle voit le monde différemment.

Lorsqu'elle entre chez elle, elle se précipite vers sa chambre pour écrire son journal. Malheureusement il n'est plus à la place où elle l'avait laissé. Celui l'inquiète au plus au point car elle y inscrivait toutes les choses qui se sont passée ses derniers jours.

Générique

Michael se réveille en sursaut. Il vient d'avoir la vision qu'il avait eue avec la clé. Pour être sur de s'en souvenir, il dessine directement l'objet puis se précipite chez Max pour lui montrer. Ce dernier ne comprend pas pourquoi son ami le réveille en pleine nuit pour lui montrer un demi-cercle. Michael finit par dormir chez lui.

Le lendemain, à l'école, Liz annonce à sa meilleure amie que son journal a disparu. Maria commence tout de suite à faire sa petite enquête. Elle pense que c'est Alex qui l'aurait pris pour découvrir ce qu'elle lui cache.

Liz prend son courage à de mains pour aller l'annoncer à Max mais elle sera coupé par Michael qui lui fait comprendre qu'elle est de trop.

Plus tard, Liz est assise seule dans une salle de classe sombre lorsque Melle Topolsky entre. La conseillère veut en savoir plus ce que Liz cache, elle lui dit qu'elle peut se confier à elle mais Liz ne dit rien.

Entre temps, Maria essaye de questionner Alex au sujet du journal mais le jeune homme se vexe. Il ne comprend pas comment Maria peut le soupçonner d'avoir penser ça de lui. Enervé, il tape dans un casier. Melle Topolsky le voit et lui conseille de passer dans son bureau pour qu'ils puissent parler.

Alex parle de Liz qui a perdu son journal et de Maria qui le suspecte le l'avoir voler. Melle Topolsky téléphonera pour annoncer que les choses deviennent plus sérieuses juste après son départ.

Dans la journée, Michael qui na plus mis les pieds en cours d'art plastique depuis des mois, s'y présente. Seulement il ne dessine pas le sujet du cours mais toujours et encore la sphère. D'ailleurs son dessin ne sera pas si mal car il sera exposé dans les couloirs de l'école.

Max est plongé dans un livre que lui a conseillé Mr Milton, le responsable de UFO : Parmi nous de James Atherton. Liz entre dans le musée et rencontre le jeune homme. Elle lui avoue enfin que son journal a disparu. Elle ne veut pas qu'Isabel et Michael soient au courant pour l'instant.

De retour chez elle, Liz se remet à chercher son journal lorsque sa mère arrive. Elle essaye de l'interroger pour savoir si c'est elle qui aurait emprunté le journal pour en savoir plus sur sa fille. Mais ce n'est pas elle qu'il l'a pris.

Max, Isabel et Michael sont au Crashdown. Michael ne cesse de dessiner la sphère ce qui est loin de plaire à Isabel.
Lorsque Kyle entre, il se dirige directement vers Max et lui annonce qu'il voit clair dans son jeu. Du coup, Max pense que c'est lui qui a volé le journal. Il va donc directement chez Liz. La jeune fille lui dit qu'elle ne pense pas que ça soit lui car il n'est pas venu chez elle depuis un moment déjà.

Liz l'emmène dans sa chambre et quand Max touche un CD il a une vision de Kyle déposant ce CD dans la chambre. Il sait maintenant que Kyle est venue.


Michael ne cesse d'aller au cours d'art plastique. Le professeur essaye de lui faire dessiner autre chose que cette sphère mais il s'avère ne pas être doué pour dessiner autre chose.

Plus tard, Liz essaye de parler à Kyle. Maintenant, elle pense elle aussi que c'est son ex petit ami qui lui a volé son journal. Le garçon ne porte pas d'intérêt à la conversation.

Pendant ce temps, Melle Topolsky rencontre des collègues du FBI et leur annonce que Liz a perdu son journal intime. Il faut absolument que ça soit eux qui le retrouvent car il peut y avoir des choses d'inscrite dedans.

Liz et Max décident de se rendre chez Kyle pour vérifier s'il a le journal. Avant qu'il ne trouve quelque chose, Kyle est de retour. Ils doivent donc s'enfuire. Seulement une personne les observe….

Max finit par avouer à Isa et Michael que Liz a perdu son journal où elle avait inscrit leur secret. Il leur demande de ne pas lui en vouloir.

Le soir, Michael rejoint Liz au Crashdown et lui rend son journal. Il l'avait pris pour savoir ce que Liz ressentait par rapport à cette situation et s'il pouvait lui faire confiance. Il lui avoue aussi que Max a de la chance d'avoir une personne comme elle à ses cotés.

Le lendemain, Liz annonce la bonne nouvelle à Max mais elle ne dit pas qui lui avait emprunté. Max demande s'il pourrait le lire un jour mais elle refuse prétextant que ça n'est pas une bonne idée.

De retour à l'école, Isa feuillette le bouquin de Max et tombe sur la photo de l'acteur devant sa maison. Il s'agit de la sphère que Michael a vu en vision.

Le soir, Liz finit d'écrire sur son journal intime et le cache dans une brique du mur.

Le Journal Intime

 

(Les rues de Roswell)

(Liz rentre chez elle. Elle entend des pas, s'arrête et regarde
derrière elle mais il n'y a personne

VOIX DE LIZ: C'est drôle comme le monde peut changer parfois.

(Elle traverse une route)

VOIX DE LIZ: Comme les rues que vous connaissez depuis toujours
deviennent soudain plus sombres, plus froides. Comme le silence n'est
plus aussi profond qu'avant.

(Elle s'arrête devant une vitrine où il y a des extraterrestres)

VOIX DE LIZ: Comme les yeux que vous aviez à peine remarqués ne
regardent plus que vous! Comme le trajet du retour quotidien n'est plus
une habitude mais une victoire! Et vous commencez alors à vous dire que
ce n'est peut-être pas le monde qui a changé mais vous.

(Elle monte les escaliers, ouvre la porte et va dans sa chambre. Elle ouvre
un tiroir et cherche son journal mais ne le trouve pas)

VOIX DE LIZ: Et puis tout à coup vous vous mettez à tout remettre
en question.

(Chez Maria)

(Liz sonne. Maria lui ouvre à moitié endormie)

MARIA: Liz? Bah, alors? Qu'est-ce qu'il y a?

LIZ: Mon journal a disparu.

MARIA: Et alors?

LIZ: J'ai mis tous ce qui est arrivé dans ce journal.

MARIA: Comment ça?

LIZ: Des choses sur Max.

(Maria ferme la porte)

MARIA: Personnelles sur la vie de Max?

LIZ: Des choses personnelles!

MARIA: Quoi? Comme par exemple d'où il est. C'qu'il est et
c'qu'il n'est pas?

LIZ: Oui, j'y mettais absolument tout!

(Elles se regardent d'un air effrayé)

GENERIQUE

(Chambre de Michael)

(Michael dort puis soudain se réveille, allume la lumière, prend un
papier et un crayon. Comme le crayon n'est pas taillé, il utilise ses
pouvoirs. Il dessine)

(Chez les Evans)

(Michael tape à la fenêtre de la chambre de Max quand celui-ci dort encore.
Max allume la lumière et ouvre la fenêtre)

MICHAEL: Salut Max j'te dérange?

MAX: Disons qu'je dormais. J'espère au moins que ça en vaut la peine.

MICHAEL: Ah oui. Je l'ai vu en rêve et je l'ai vu plus clairement que jamais!

MAX: Quoi?

MICHAEL (il sort le papier de sa poche): Ca, regarde! C'est la vision que
j'ai eue l'autre soir dans le bureau de Valenti. Quand j'ai touché la clé,
c'est ça qu'j'ai vu!

MAX: Tu as vu un demi-cercle?

MICHAEL: Non, non j'ai vu ça Max, j'ai vu ça.

(Il lui montre du doigt)

MAX: Ah oui et qu'est-ce que c'est?

MICHAEL: Je n'en sais rien, seulement j'l'ai vu. J'l'avais oublié jusqu'à
ce soir, il fallait que j'le dise à quelqu'un.

MAX: Bien, je te remercie du tout cœur. Tu m'as choisi pour me réveiller
à trois heures du matin et me dire que tu avais rêvé de demi-cercle mais
on pourrait en reparler demain, non?

MICHAEL: Très bien, on en parlera demain

(Il range son papier).

MICHAEL: Ca t'embête si je...?

MAX: Non, non vas-y.

(Michael prend un petit matelas, le pose sur le sol, enlève son blouson,
met sous sa tête et s'allonge. Max va dans son lit)

(Les allées extérieures du lycée)

(Liz et Maria marchent)

MARIA: Ce qu'il faut faire c'est reconstituer les faits.

LIZ: Reconstituer les faits?

MARIA: Le mobile et puis les circonstances: c'est ça la clé! Nous sommes
à Roswell, nous sommes obligés d'en tenir compte.

LIZ: Je sais mais je t'ai déjà dit qu'il ne s'était rien passé de spécial.
J'ai fais des révisions avec Alex hier et...

MARIA: Alex? On sait déjà quand ça a pu se dérouler.

LIZ: Lui et moi, on était dans ma chambre et il est rentré chez lui et
puis après ça. Attends une minute. Tu veux qu'j'te dise. Maria, pourquoi je
reconstituerai des faits alors qu'il n'y a pas eu le moindre délit de commis.
C'est ridicule! C'est complément déplacé! Il ne s'agit en rien d'un vol!

MARIA: Oui, jusqu'à ce que l'on se pose la question de savoir pourquoi
Alex voudrait avoir ton journal intime? Est-ce l'impression d'être laissé pour
compte, la curiosité, des questions auxquelles nous ne répondons pas,
certaines explications que nous ne donnons pas ? Et à ton avis y a t-il un
meilleur moyen de trouver ces réponses que dans ton journal. Et là nous
avons un mobile. L'as-tu laissé seul à un moment ?

(Elles s'arrêtent.)

LIZ: Tout ça est plus que ridicule!

MARIA: Liz, on est des amies, voyons. Je n'fais que ça pour t'aider. Très
bien alors est-ce que tu as laissé Alex seul ne serait ce qu'un instant dans
ta chambre?

LIZ: Euh, et bien oui, oui une fois je, quand je suis allée chercher une limonade.

MARIA: Donc il est bien resté seul.

(Alex s'approche d'elles)

ALEX: Salut les filles!

LIZ: Salut Alex!

MARIA (Rire, nerveuse): Alex.

ALEX: Alors qu'est-ce que vous racontez de beau?

LIZ (Naturelle): Bof, rien de bien captivant.

MARIA (Toujours nerveuse): Rien d'important.

ALEX: D'accord, le contraire m'aurait assez étonné. En fait je voulais juste
te rappeler le truc sur Mccarthy qu'on a à faire.

LIZ: Sur Mccarthy?

ALEX: Oui, enfin j'veux dire l'épreuve orale.

LIZ: Ah oui!

ALEX: On aurait peut-être intérêt tous les deux à se bloquer un moment
pour en parler.

LIZ: Oui, bien sûr.

ALEX: Bon ben, maintenant il faut que je me sauve. J'ai ballon prisonnier.

(Content, il montre avec ses doigts le signe OK)

ALEX: Bon, alors souhaitez-moi bonne chance.

LIZ: Bonne chance!

ALEX: Merci infiniment.

(Il part. Liz voit Max)

LIZ: Comment je vais l'annoncer à Max?

MARIA: Moi, à ta place, je lui payerai un verre.

(Liz est d'accord .Elle regarde Max. Maria part. Max s'en va de l'autre
côté sans voir Liz. Liz part)

(Le Hall du lycée)

(Max jette de la monnaie dans le distributeur mais tout ce qu'il a demandé
ne sort pas. Il regarde autour de lui. Il utilise ses pouvoirs pour les sortir.
Plein de paquets tombent. Max sort un paquet)

LIZ: Quel appétit!

(Max se retourne)

MAX: Ah. Non, non. C'est... cette machine, elle fait toujours des siennes.

LIZ: Je peux te demander quelque chose?

MAX: Bien sûr. Mais je vais être franc avec toi Liz, je n'crois plus avoir
encore de secrets à te révéler. Alors?

LIZ: Il faut que je t'apprenne quelque chose dont je viens de m'apercevoir.

(Michael les rejoint, il mange quelque chose)

MICHAEL: Je vous dérange pas?

LIZ: Non voyons, quelle question.

MAX: Liz!

LIZ: Ca peut attendre Max, ça n'a rien d'important.

LIZ(à Michael): On s'est rencontré comme ça par hasard avec Max.
C'est vrai. J'arrivais de ce côté là et puis lui il se trouve qu'il venait de par-là,
et on s'est...

MICHAEL: Intéressant. Au revoir, Liz.

(Liz est gênée. Elle part.)

MAX: Tu m'avais dis que tu essayerais d'être sympa ave elle.

MICHAEL: Et toi que tu la verrais moins souvent. On est quitte dans

ce cas là.

(Il part)

(Une salle de classe)

(Liz est seule, assise à un bureau. Elle réfléchit. Melle Topolsky entre
avec une tasse de café)

TOPOLSKY: Liz ?

LIZ: Melle Topolsky. Oh j'allais partir. Je m'en allais justement.

TOPOLSKY: J'espère que je n'vous chasse pas.

LIZ: Oh non, non, pas du tout. Seulement, je suis un peu au retard.
Il faut absolument que j'y aille.

(Elle veut partir)

TOPOLSKY: Liz, je pense que vous avez une bonne raison pour rester
seule dans une classe éteinte. Mais je n'serais pas une bonne conseillère
d'orientation si je ne vous demandais pas laquelle.

LIZ: Oh, c'est sans intérêt. Oui tout va bien, j'vous assure.

TOPOLSKY: Parfois nous avons l'impression d'être seule mais c'est une
erreur. Il y a tout près de nous des gens qui n'demandent qu'à nous tendre
la main. Ce n'est peut-être pas vers moi que vous vous tourneriez dans un
moment comme ça. Mais je tiens à vous dire que je ne suis pas
qu'une conseillère d'orientation.

LIZ: Ah non?

TOPOLSKY: Non. Je suis, de plus une amie. Vous sentez-vous d'avantage
tranquillisée?

LIZ: Euh oui, c'est sûr.

TOPOLSKY: Bon est-ce que ça va aussi bien que vous le dites.

LIZ: Tout va à merveille. Merci.

(Elle part)

(Alex marche à l'extérieur)

ALEX: Salut, ça va?

(Maria arrive de derrière)

MARIA: Hey oh, oh! Hey !

ALEX: Mais c'est Maria DeLuca si je me trompe. Où est Parker?

MARIA: Oh Liz? J'en ai aucune idée. Elle avait une affaire à régler je crois.
C'est bien que...

ALEX: Laisse moi deviner. Kyle déploie des moyens désespérés pour
retrouver grâce aux yeux de Liz.

MARIA: Non, non ce n'a rien à voir.

ALEX: Ah bon? Il s'agit de quoi alors? A moins que ce n'soit une de ces
choses qui doit rester pour Alex un sujet flou.

MARIA: Je sais que ça doit sûrement être pénible pour toi qu'on arrête de
parler chaque fois qu'tu t'approches.

ALEX: Oui, oui, j'dois dire que c'est assez rasoir.

MARIA: Oui, bien sûr et certainement qu'en plus c'est notre faute. Enfin je
veux dire c'est sûr c'est notre faute. Et ce que j'espère c'est que...

ALEX: De quoi?

MARIA: Disons que, que j'espère que ça n'te pousserait pas à faire quoi que
ce soit qui n'te ressemblerai pas.

ALEX: Ah ! Je comprends rien du tout. Mais tu peux pas t'expliquer?

MARIA: Le journal de Liz a disparu et...

ALEX: Une petite minute, est-ce que tu m'accuses par hasard d'avoir volé
le journal de Liz?

MARIA: Non, non, c'est pas du tout ce que j'dit. Il se trouve juste qu'avec
Liz nous avons étudié les faits, cherché qui avait un mobile et qui avait pu
avoir l'occasion de...

ALEX: Et selon Liz se serait moi?!

MARIA: Non, nous n't'accusons ni l'une ni l'autre. Seulement on se basant
sur certains facteurs tu apparais comme étant un suspect disons potentielle,
il faut l'admettre. Mais je sais que ça ne peut pas être vrai. Je n'peux pas
croire ça de toi.

ALEX: D'accord, je vais te dire: la prochaine fois que toi et Liz vous approuverez
l'envie de me faire des petites confidences, que vous sentirez le désir
irrésistible de vous épancher, rendez-moi service toutes les deux:
Laissez tomber!

(Il part)

(Devant les casiers)

(Alex tape dans la porte de son casier. Il est très énervé. Topolski
s'approche de lui)

TOPOLSKI: Ca coûte cher le matériel, vous savez!

ALEX: Oh, mademoiselle Topolski, j'avais pas vu qu'il y avait quelqu'un.
Je suis désolé.

TOPOLSKY: Ce n ‘est pas pour le vestiaire que je me fais le plus de soucis.

ALEX (Nerveux): Ah, c'est pour moi? Oh, non, non, non, ne vous inquiétez
pas, je vais bien. Je suis en super forme.

TOPOLSKY: Alex, puis-je vous parler dans mon bureau une minute!

ALEX: Oui.

(Dans le bureau)

ALEX: Oui, on se rend compte qu'il y a des choses qui changent qu'à un
moment donné les gens changent. On l'accepte et on va de l'avant.

TOPOLSKY: Qui a changé, Alex? Vous?

ALEX: Oh non, non, pas moi.

TOPOLSKY: Votre petite amie?

ALEX: Non, non, non, je n'ai pas... de petite amie, mademoiselle Topolski.

TOPOLSKY: Ah oui? Eh bien, ça n'me surprend pas. Les adolescentes ne
choisissent jamais les meilleurs.

(Elle se lève)

TOPOLSKY : Quand je pense que Liz Parker sort avec Kyle Valenti. Il est
un peu m'as-tu vu ? Vous ne trouvez pas?

(Elle s'assoit sur le bureau devant Alex)

ALEX: Vous savez à ce qui paraît Liz a quelques soucis, une affaire qui
n'est pas clair à résoudre, alors...

TOPOLSKY: Quelle affaire?

ALEX: Oh: un truc bête. Liz a égaré son journal intime et figurez-vous que
l'inspectrice DeLuca m'a appris que c'était ma petite personne le principal
suspect. Et ce sont pourtant de bonnes amies, j'vous assure.

TOPOLSKY: Voulez-vous que je leur parle Alex, pour mettre les choses
au clair?

ALEX: Non, non, non, non, c'est pas la peine. Je suis assez grand.

(Topolski sourit)

ALEX : Je devrais être déjà parti. J'me suis mis drôlement en retard pour
le cours alors...

(Il se lève. Topolski ferme la porte derrière lui. Elle appelle quelqu'un)

HOMME: Contrôle.

TOPOLSKY: 73290.

HOMME: Vous avez du nouveau ?

TOPOLSKY: Il s'est passé quelque chose d'important. Serait-il possible
d'avoir un peu d'aide?

(Cours de dessin)

(Le professeur regarde tout ce que dessinent les élèves .Sujet: dessiner
une assiette avec des fruits)

PROFESSEUR: Excellent Eddie. N'oubliez pas de maintenir la perspective.

(La porte s'ouvre)

PROFESSEUR: Monsieur Guerin, à quoi devons nous ce plaisir?

MICHAEL: Quel plaisir?

(Tout le monde le regarde et sourit)

PROFESSEUR: Celui de vous avoir parmi nous. Nous sommes aujourd'hui
jeudi et je me rappelle pas vous avoir vu depuis lundi... il y a une semaine.

MICHAEL: Je vous pris de m'excuser. Mais j'ai une sorte d'envie de dessiner
tout à coup.

PROFESSEUR: Vous avez une sorte d'envie de dessiner?

MICHAEL: Oui, ce n'était pas le cas quand on m'a forcé à suivre ce cours
mais... aujourd'hui oui.

(Tout le monde rit)

MICHAEL: J'peux prendre le chevalet qui est là?

PROFESSEUR: Allez-y.

(Michael le prend et commence à dessiner quelque chose)

PROFESSEUR (à une fille): Ils ne sont pas nets vos traits Sydney.

(Michael dessine un demi cercle qui va devenir un dôme.)

(Liz déjeune. Kyle vient la voir)

LIZ: Salut Kyle!

KYLE: Tu sors avec Max Evans maintenant?

LIZ: Non, non, nous sommes de simples amis.

KYLE: Des amis? Mais c'est très à la mode ma parole de nos jours ce
genre des choses.

LIZ : Ecoute, je sais que tu es furieux contre moi mais... ce n'est pas facile
pour moi non plus. Essaye de comprendre, fais un effort.

(Ils marchent)

KYLE: Ce qu'il y a de bien justement dans le fait d'être plaqué c'est qu'on
n'a plus à faire d'efforts.

(Il part, Melle Topolski les a entendu. Liz part aussi)

(UFO Center)

(Max travaille. Il regarde un livre)

MILTON ROSS: Ca s'laisse bien lire, hein ?

MAX: Non, non je jetais un coup d'œil comme ça.

MILTON ROSS: Oh bien sûr les théories de Sherviak qui avance que le
rapport de l'armée sur le crash de 47 avait été financé par un comptoir
international d'entreprise. Ca manque un peu de preuves manifestes
pour l'étayer. Tout en démystifiant cependant des croyances qui
m'chiffonnaient.

(Max range les livres)

Mais si vous travaillez ici, d'après moi voila les livres que vous
devriez lire: (il lui passe le livre). Walton. Ça, à la poubelle. Ah,
oui. Atherton.

MAX: "Parmi nous"

MILTON ROSS: Un peu sujet à caution c'est certain. Atherton suit
un raisonnement d'avant-garde. Jamais il n'a abondé dans le même
sens que les autres. Et ce livre l'atteste. Mais Il peut sûrement intéresser
un véritable adepte tel que vous. Jetez un coup d'œil et donnez-moi
votre avis. Je sais que vous cherchez des réponses.

MAX: Ouais, c'est vrai.

(Liz entre. Milton Ross se retourne)

MILTON ROSS: Eh bien allez-y, cette petite est plus intéressante que moi.
(Max avance vers elle. Milton Ross s'en va)

MAX: Salut.

LIZ: Salut. Dis, est ce que je peux te parler une seconde.

MAX: Bien sûr.

LIZ: Pas ici.

MAX: Très bien.

(Il l'a prend par la main et ils s'en vont)

(Dans une pièce de l'UFO Center)

MAX: Alors, quoi de neuf?

LIZ: Euh, rien d'important à vrai dire. Et toi?

MAX: Non, rien. On aurait pu avoir cette conversation dans l'autre pièce.

LIZ: Oui, c'est vrai, c'est possible. En fait j'ai une chose à te dire. Une
chose dont je n't'avais jamais parlé, Max. C'est que j'écris mon
journal intime.

MAX: Je n'vois rien là-dedans qui mérite une conversation secrète.

LIZ: J'y fais le récit de beaucoup de choses au quotidien. C'est c'que
les scientifiques appelleraient un livre de bord. Enfin bref, dans ce journal
en général je mets tous les faits qui se rapportent à moi. Oui, enfin
ce qui est important j'veux dire. Et ces temps ci il m'est arrivé tout un tas
de trucs que j'ai noté dedans.

MAX: Et une chose dont tu parles se rapporte...

(Il se montre lui-même avec sa main)

LIZ: Oui, exactement: Ce qui nous conduit en quelque sorte tout droit
au fameux problème. Le problème en question étant que ce journal où
je raconte par écrit... tous ce que j'ai appris sur toi, la fusillade, ce que s'est
passé au cours de la journée et tout le reste, disons que'ce journal en
terme clair, disons qu'ce journal a disparu.

MAX: Disparu?

LIZ: Non, pas disparu.

MAX: Quoi pas disparu?

LIZ: Je ne l'ai plus pour l'instant.

MAX: Je comprends pas, Liz.

LIZ: Je l'ai momentanément égaré.

MAX: C'est vrai?

LIZ: Oui.

MAX: Mais, et alors?

LIZ: Ah non, t'inquiète pas, voyons. Il doit être..., il est sûrement encore
dans ma chambre dans un endroit tout bête, sous mon lit ou.

MAX: Tu écris quoi exactement dans ce journal? Tu m'fais peur là.

LIZ: Je vais le retrouver Max. Surtout ne te fais aucun..., n'te fais surtout
pas de soucis. Et tu verras demain quand je l'aurai retrouvé on rira tous
les deux de cette histoire. Pour l'instant, j'te demande de me donner
24 heures, Max. D'accord? Et surtout ne dis rien à qui que ce soit s'il
te plaît. J'ai ta parole? Et je te promets de mon côté que je vais régler
cette affaire.

(Elle part)

(Chez les Parker)

(Dans le salon, Liz cherche son journal sous les coussins du canapé et
des fauteuils et dans les tiroirs)

LIZ: Ou est ce qu'il est ? Ou est ce que tu t'caches ?

(Sa mère entre pour chercher ses papiers pour les mettre dans son
sac à main)

NANCY: Ah, enfin te voilà. Alex vient d'appeler. Bien que j'aie comme
l'impression que, que tu ne sois pas pressée de lui parler.

LIZ: Qu'est-ce qui te le fais croire?

NANCY: Qu'est-ce qui me fais croire quoi?

LIZ: Que je n'ai pas très envie de parler à Alex. Qu'est-ce qui peut te
faire dire ça, maman?

LIZ: Je n'ai jamais abordé ce sujet avec toi.

NANCY: Non, en effet.

LIZ: Maman, ça ne regarde personne. Je ne crois pas t'avoir dit quoi
que ce soit à propos d'Alex ou bien, sur Alex et moi.

NANCY: Non, je n'crois pas que ce soit le cas, c'est exact.

LIZ: Ce que je veux dire, maman, c'est que ça me paraît très étrange
que tu me dises une chose pareille et que tu ais une opinion aussi
arrêtée alors que je n'ai jamais abordé ce sujet avec toi, que je l'ai
seulement mis par écrit.

NANCY: Tu es sûre que tout va comme tu veux?

LIZ: Oh. Euh, oui, je suis désolée. J'ai été complètement à cran aujourd'hui.
Excuse-moi.

(Sa mère l'embrasse)

NANCY: A tout à l'heure.

(Elle s'en va. Liz recommence à chercher)

LIZ: D'accord.

(Le Crashdown)

(Michael dessine)

ISABEL: Michael, tu crois que c'est vraiment l'endroit pour faire ça.

MICHAEL: Pour faire quoi?

ISABEL: Pour dessiner ce truc, cette espèce de chose sans nom, en
public. Arrête!

MICHAEL: Ca se concrétise.

ISABEL: C'est encore plus bizarroïde, moi j'dirais. Max s'il te plaît dit à
Michael que c'est pas l'endroit

(Max lit son livre).

ISABEL: Max, ça va?

MAX: Ouais, oui, oui enfin ce gars là, Atherton. Ecoutez ce qu'il dit.
Il écrit que, enfin il est complètement dingue, "les extraterrestres
n'auraient pas une capacité pulmonaire ou cérébrale leur permettant
de survivre sur Terre sur une longue durée". Ce mec est malade.

ISABEL: Max, s'il te plaît, est-ce que tu pourrais parler à Michael. Il
t'écoutera sûrement toi.

(Michael lui montre le dessin)

MAX: Ca commence à prendre forme.

MICHAEL: Je travaille dessus en cours de dessin.

ISABEL: Max, c'est d'la folie. On n'fait pas beaucoup d'attention.

MICHAEL: Oh Isabel ce n'est qu'un croquis, d'accord?

ISABEL: On n'peut pas faire comme si tout était normal, comme si on
n'courait pas de risque Parce qu'il y en a et si nous n'sommes pas
assez prudents nous...

(Kyle entre dans le café)

KYLE: Je vois clair dans ton jeu, Evans.

(Il part)

ISABEL: Qu'est-ce qu'il a voulu dire par-là?

MAX: J'en n'ai aucune idée.

(Chez les Parker)

(Max est dans la maison de Liz. Il marche, nerveux)

MAX: C'est Kyle qui l'a volé. Il t'a volé ton journal.

LIZ: N'essaye pas de me monter la tête, tu entends. Il n'a pas été
volé. Il est simplement égaré.

MAX: "Je vois clair dans ton jeu": il m'a regardé et il m'a dit "je vois
clair dans ton jeu". C'est parce qu'il a lu ton journal et il doit tout savoir.

LIZ: Non, Max; il n'a pas le journal. Il se fait des idées sur toi. Il croit
que tu as joué un rôle dans ma décision de rompre et il t'en veut.
Et d'ailleurs, il n'a rien d'un voleur. Le journal a disparu depuis
une journée. Kyle n'est pas venu chez moi depuis une semaine.

MAX: Et le jour de festival?

LIZ: Non, ni ce jour-là.

(Quelqu'un ouvre la porte. Liz prend Max par le bras et le conduit
dans sa chambre)

NANCY: Bonjour.

(Max est dans la chambre de Liz. Il regarde sa chambre)

MAX: C'est ta chambre.

(Liz fait le signe oui. Max avance vers la commode pour voir un CD)

MAX : J'adore ce CD.

(Quand il le touche, il voit Kyle toucher ce même CD dans la
chambre de Liz.)

MAX: Il est venu ici!

LIZ: Quoi? Qui est venu ici?

MAX: Kyle!

LIZ: Non, Max, je te dis qu'il n'est pas venu ici depuis une semaine.

MAX: C'est lui qu'j'ai vu.

LIZ: C'est lui que tu as vu?

MAX: J'ai eu un flash, Liz. Lorsqu'il y a une certaine tension, une pression,
parfois nous ressentons des choses, nous voyons des choses. J'te dis
qu'il est venu ici.

(Le lycée)

(Dans la salle de dessin, Michael est seul et il dessine le dôme en écoutant
de la musique rock)

(Il peint le dôme et utilise ses pouvoirs pour changer une couleur.
Le professeur arrive et l'observe de l'extérieur par la fenêtre)

(Le terrain de basket)

(Kyle joue au basket avec ses copains. Liz avance vers lui. Kyle la voit,
arrête de jouer en passant la balle à un garçon.

KYLE (Aux garçons): Non, continuez. Continuez sans moi.

(Il va vers Liz)

KYLE : Salut.

LIZ: Salut. J'ai vu le CD, Kyle, merci.

KYLE: Ah oui, super. c'est ton père qui m'a permis d'entrer.

LIZ: Kyle, ce n'est jamais une partie de plaisir, une séparation.
C'est toujours difficile. On s'rend compte que c'est loin d'être aussi simple
qu'on l'croyait.

KYLE: Ouais.

LIZ: Et les gens en arrivent parfois même à dire ou à faire des choses
contraires à leur nature ou presque. Ils ont une façon d'se conduire
qui n'leur ressemble pas. Parce qu'ils n'savent plus où ils en sont,
qu'ils cherchent des réponses, des raisons. Euh, tu vois c'que je veux dire.

KYLE: Ouais, très bien. C'est pour ça que tu peux me poser n'importe
quelle question. Je n'ai pas de secret pour toi.

LIZ: Ce qui veut dire que tu crois que j'en ai vis à vis de toi et ce
serait à cause de ces secrets qu'on s'est séparé, toi et moi?

KYLE: C'est bien possible, Liz.

(Il veut s'en aller)

LIZ: Et quand tu étais dans ma chambre, tout seul t'as eu l'occasion
de découvrir quels étaient ces secrets. Est-ce bien ça?

KYLE: Quoi? Qu'est-ce qui te fais peur à la fin?

LIZ: Comment?

KYLE: Quels secrets tu as peur que j'apprenne? La vérité à propos de
Max Evans? Pourquoi tu es devenue aussi bizarre depuis la fête de crash?
Est-ce que c'est ça qu'tu m'caches?

LIZ: Kyle, c'est très sérieux, tu sais? Il faut me rendre ce que tu as
pris, c'est très important.

KYLE: Hey, On est tous dans le même cas. On a rarement c'qu'on
voudrait.

LIZ: Kyle...

(Le lycée)

(Le dessin de Michael est exposé avec les autres. Isabel et Max
le regardent)

ISABEL: Il n'aurait pas dû.

MAX: Non, ça c'est clair.

(Michael s'approche par derrière)

MICHAEL: C'est pas mal, hein ? Je croyais que j'étais nul moi et
M. Kowen trouve que c'est la meilleure toile de l'année.

ISABEL: Michael, moi je n'aime pas du tout ça.

MICHAEL: T'aimes pas quoi?

ISABEL: J'aime pas voir exposé ce truc aux regards des gens.

MICHAEL: D'abord c'est pas un truc, c'est, je sais pas trop ce
que c'est. Mais en fait...

(Max entraîne Michael devant les distributeurs, Isabel regarde
les autres tableaux)

MAX: Ce que Isabel essaye de te dire c'est que ce n'est pas une
très bonne idée. Ca nous fait courir un risque.

MICHAEL: Quels risques ça peut nous faire courir? Ca ne veut rien
dire pour personne même pas pour moi.

(Isabel les a rejoints)

MAX: Mais Michael, la question n'est pas là, il faut éviter de prendre
ce genre de risque.

MICHAEL: T'en a pris toi!

MAX: Oui, je... je reconnais que c'est vrai mais...

MICHAEL: Mais quoi? Il n'y a que toi qui ais ce droit là? Tu as le droit
de mettre notre vie en danger mais pas les autres c'est ça?

MAX: Mais ça n'a rien à voir, c'était pour sauver quelqu'un Michael.
Je n'ai pas barbouillé une toile.

(Michael s'en va)

Une élève: Tu t'es inspiré de quoi?

(Max  et Isabel s'en vont)

(Un lieu isolé en dehors de Roswell)

(Mlle Topolsky marche avec deux hommes)

TOPOLSKY: Selon moi, le journal de Liz Parker contient les éléments
les plus concrets jamais trouvés depuis que je suis dans cette unité.

HOMME N°1: Une petite minute, j'ai interrompu mes vacances juste
pour un journal. Eh bien, je suis désolé.

TOPOLSKY: Il ne s'agit pas d'un journal ordinaire, je vous signale.
Il est la preuve manifeste d'un contact extraterrestre. Et il n'est pas le fait
d'un ivrogne ou d'un psychopathe mais d'une élève qui
a d'excellentes notes, (Elle sort une feuille avec des notes de Liz)

TOPOLSKY : Trésorière du club scientifique de Roswell.

HOMME N°2: Avez-vous une idée sur l'endroit où il peut se trouver?

TOPOLSKY: Je crois qu'oui et nous devrions chercher sur ce côté-là.

(Elle sort une photo)

TOPOLSKY : Elle est actuellement en conflit avec son petit ami.

(Chez les Valenti)

(Liz sonne à la porte. Max est derrière elle)

MAX: Hey! Tu me fais signe en cas de besoin.

(Liz tape à la porte: la porte est ouverte.)

LIZ: Kyle ? Shérif Valenti ?

(Max entre)

MAX: Il faudra dire à shérif qu'un verrou ça sert à rien si on
laisse sa porte ouverte.

LIZ: Max, on commet un délit!

MAX: Tu as raison alors faisons vite! Où est la chambre de Kyle?

LIZ: Max!

MAX: Ecoute, on entre, on récupère ton journal et puis on sort.
Et par la même occasion on nous sauve la vie.
Alors où est sa chambre?

(Liz ferme la porte)

LIZ: Viens.

(Elle le prend par le bras. Ils vont dans la chambre. Sur le mur
on voit l'ombre de quelqu'un qui bouge. Max et Liz entrent dans
la chambre de Kyle. Liz allume la lumière)

MAX: Regarde dans le placard. Je vais regarder par-là.

(Max regarde dans la commode, Liz dans le placard.
On a l'impression que quelqu'un les regarde)

MAX: Il est pas là. Et de ton côté?

LIZ: Non, rien.

(Max regarde dans la commode. Liz regarde dans les boîtes.
Max sous le lit trouve une photo de Kyle et de Liz)

LIZ: Il est pas ici, Max.

(Elle ferme la porte du placard)

LIZ: C'est peut-être pas Kyle qu'il a en fait.

MAX: Tu veux dire qu'il ne l'a peut-être plus!

(Quelqu'un passe dans le couloir. Ils se retournent)

MAX: Bouge pas.

(Il avance vers le couloir. Sur la porte de la chambre de Kyle il y a une
affiche: « Défense d'entrer sous peine de poursuite » Dans
le couloir Maxne voit personne. Il regarde autour, marche dans
le couloir mais une voiture arrive)

LIZ: Max, c'est Kyle!

MAX: Allez, viens, on s'en va!

(Kyle descend de la voiture, entre et allume la lumière. Max et Liz
courent dans les rues)

(Le lycée)

(Cours de dessin. Le professeur regarde les dessins faits par ses élèves.
Il s'arrête devant celui de Michael)

PROFESSEUR: Vous avez encore choisit votre sujet préféré.

MICHAEL: J'arrive pas à me l'enlever de la tête.

(Il dessine le dôme mais de la couleur sombre)

PROFESSEUR: Oui; je vois et c'est excellent Michael. Excellant!

MICHAEL: Merci.

PROFESSEUR: Mais vous, vous pourriez passer à un autre sujet
peut-être. Hm ?

MICHAEL: Comment ça un autre sujet?

PROFESSEUR: Eh bien, pour résumer, lorsque la classe a dessiné
des fruits vous avez dessinez ça, lorsque la classe a esquissé des
formes humaines vous avez encore dessiné ça. Vous êtes quelqu'un
de doué M. Guerin. Seulement vous ne pouvez pas passer le semestre
à dessiner sans arrêt sur la toile un dôme géodésique?

MICHAEL: Un quoi?

PROFESSEUR: Cette chose est un dôme, un dôme géodésique, antérieur à
notre époque. C'est un style d'habitation d'architecture post-moderne.

MICHAEL: C'est une maison?

PROFESSEUR: Comme je vous le disais, M. Guerin, un artiste, aussi
doué que vous êtes capable de dessiner autre chose, quelque chose
autre que ça. Disons par exemple...

(Il lui montre une statuette: silhouette féminin)

MICHAEL: Ca?

PROFESSEUR: Hm

(Michael prend une nouvelle feuille et commence à dessiner un
bonhomme hyper mal)

PROFESSEUR: Continuez le dôme.

MICHAEL: Oui.

(Parc de Roswell)

(Michael est assis à une table, Isabel est dessus et Max est resté debout)

MAX: Le tableau de Michael, ce n'est pas le plus grave problème.

ISABEL: Y aurait-il par hasard un problème dont je ne sois pas au courant?

(Max fait oui de la tête)

MAX: Mais, mais avant de vous l'exposer il faut que vous sachiez...
que Liz n'est pas responsable. Voilà elle tient un journal et tout ce qui
lui arrive elle le note dedans y compris la fusillade au café, c'que
j'ai fait, qui je suis, qui vous êtes. Mais il ne faut pas lui en vouloir.
Il faut me promettre...

MICHAEL: lui en vouloir pourquoi?

MAX: D'avoir perdu son journal.

ISABEL: C'est pas vrai.

MAX: Ca peut paraître inquiétant mais on va le retrouver, j'en suis sûr.
Je vais mettre tout en œuvre pour ça. Michael, tu as entendu
ce que j'ai dis. Michael?

(Le Crashdown)

(Liz nettoie l'évier du comptoir. Michael entre)

LIZ: Désolée mais on est fermé... Michael. Je m'excuse,
les cuisines ne tournent plus.

MICHAEL: C'est pas grave, j'ai mangé.

LIZ: Eh il est interdit d'entrer ici à part pour le personnel.

(Il avance vers elle. Elle est un peu effrayée)

MICHAEL: Max m'a apprit ce qui s'est passé.

LIZ: Ah, d'accord. Eh puis, qu'est ce qu'il t'a dit?

MICHAEL: Que tu avais tout noté dans ton journal.

LIZ: Il t'as dis ça aussi.

(Michael la contourne puis attrape un jouet extraterrestre)

LIZ: Qu'est-ce que tu veux?

MICHAEL: Te faire comprendre que c'n'est pas malin d'avoir
noté toutes ces histoires.

LIZ: Maintenant, j'en suis consciente.

MICHAEL: Je le sais depuis huit jours.

(Liz est surprise)

LIZ: De quoi tu parles?

MICHAEL: Ce soir-là j'étais venu prendre un verre.
Tu te rappelles peut-être?

MICHAEL: Il était assez tard et toi tu étais au comptoir,
tu écrivais

(FLASH-BACK)

(Liz écrit son journal sur le comptoir du café)

(Michael est assis à une table près de Liz. Il boit une boisson)

MICHAEL:Des devoirs?

LIZ: Oui, oui je termine

(RETOUR AU PRESENT)

MICHAEL: Mais ce n'étaient pas des devoirs?

LIZ: Non, c'est exact.

MICHAEL: Tu aurais pu nous mettre dans une sale situation.
Roswell n'est pas une ville dans laquelle on peut sortir du lot,
si tu vois ce que je veux dire.

(Il prend un couteau.)

MICHAEL : Il faut savoir qui sont vos amis. Je devais être fixé.
Et voir ce que tu disais dans ton journal.

LIZ: C'est toi qui l'as?

(Michael le sort de son blouson et lui donne)

MICHAEL: J'aurais préféré que personne ne soit en courant.
C'est chouette de savoir qu'on a une amie en tout cas.

(Liz sourit)

LIZ: Est-ce que Max est en courant que...?

MICHAEL: Non ! Et c'qui serait vraiment super, c'est de ne rien dire.

LIZ: Mais pourquoi ne pas l'avoir détruit Michael? Parce que si
quelqu'un le, le trouvait il saurait absolument tout sur vous.

MICHAEL: Non. Il saurait plutôt tout sur toi. Merci de m'avoir
fourni une raison de plus d'envier Max Evans.

(Il part.)

MICHAEL: Vous devriez revoir le fermeture des vos fenêtres
pour éviter qu'un humain pénètre chez vous.

(Liz sourit. Michael part. Liz est soulagé)

(UFO Center)

(Liz entre, Max se retourne)

LIZ: Bonsoir.

MAX: Ah, bonsoir.

LIZ: Je viens beaucoup plus souvent ici depuis quelques temps.

MAX: Tu ferais peut-être bien de prendre une carte d'abonnement.
Pour 19$, tu as le droit de choisir tous les livres que tu veux.

(Elle sourit)

LIZ: Tout est rentré dans l'ordre Max. J'ai mon journal.

MAX: Tu l'as retrouvé?

LIZ: Euh, c'est plutôt lui qui m'a retrouvé. Je l'avais laissé au café.
Un client me la rendu.

MAX: Un client de café?

LIZ: Un ami, un excellant ami. Ecoute, maintenant que c'est réglé,
que cette histoire est terminée, je pense que je te dois une explication
sur ce qui m'a poussé à écrire cette histoire.

MAX: Non, aucune.

LIZ: Non, je sais que tu penses que c'était imprudent d'noter
ce qui s'est passé ce jour-là et ce que tu as fais et de raconter tout le reste.
C'que j'ai écrit dans mon journal ça n'avait absolument rien de scientifique.
Euh le jour où tu m'as sauvée, j'ai eu besoin d'exprimer c'que je
ressentais par des mots. De sorte que si jamais il arrive à nouveau
un jour que quelqu'un d'autre pose la main sur moi comme tu l'as fait,
je saurais quelle impression ça peut procurer.

MAX: Est-ce que je peux lire c'que tu as écrit?

LIZ: Ecoute, tu sais, je crois pas que ce soit une si bonne idée que ça.

MAX: Ah non?

LIZ: Non.

MAX: Pourquoi? Parce que si je lis ce que t'as mis dans ton journal,
je saurais comment tu me vois vraiment.

LIZ: Oui, c'est ça.

(Le Parc de Roswell)

(Max lit son livre "Parmi nous". Isabel arrive)

ISABEL: Encore plongé dans ce livre?

MAX: Oui, j'dois être maso.

MAX : Ca va, Michael?

MICHAEL: Oui, j'aimerais des réponses, c'est tout. Le dôme,
tu sais, ça me paraît stupide d'avoir une vision si elle ne veut rien dire.

MAX: Soit patient, "homme de l'espace".

(Ils sourient)

ISABEL: Tu es de sacrée bonne humeur. Ca veut dire sûrement
que le journal de Liz...

MAX: ...Est en main sûr.

(Isabel est soulagée)

ISABEL: Alors, où était-il?

MAX: Liz ne m'a rien dit. Un ami à elle lui aurait rapporté.

(Michael sourit)

MAX: Quelqu'un veut quelque chose?

(Il veut s'en aller)

MICHAEL: Je t'accompagne.

(Isabel prend le livre de Max.)

MAX: Isabel ?

(Ils s'en vont)

ISABEL: Non, merci.

(Elle tourne vite les pages)

ISABEL : Mortel.

(Le livre s'arrête sur la fin de  la couverture: il y a une photo
d'un homme devant un dôme.)

ISABEL : Max, Michael!

ISABEL (Elle lit) : « James Atherton chez lui »

Max et Michael reviennent.

MAX: Quoi? Qu'est-ce qu'il y a?

ISABEL: Regardez! Michael, c'est ta vision!

(Michael regarde Max puis regarde la photo)

(Les rues de Roswell)

(Liz marche dans les rues. Elle passe à côté du café.

VOIX DE LIZ: 28 octobre. Voilà plusieurs jours que je n'ai pas écrit.
Mais pendant ce temps-là, j'ai réfléchi à certains sujets, à ma vie,
avant que Max Evans ne me sauve, et à mes prières pour qu'il se
passe quelque chose. Quelque chose qui briserait la routine du lycée
et de mon travail, qui ferait qu'une petite ville prendrait de l'importance,
et qu'une adolescente de province se singulariserait. Or, depuis que mon
vœu s'est réalisé, et que Max Evans m'a guérie de la blessure par
balle que j'avais à l'abdomen. Je me suis rendue compte d'une chose...
c'est que plus votre univers prend de l'ampleur, plus vos problèmes
augmentent en proportion.

(Liz cache son journal)

 

Fin de l'épisode)

Missing

 

VOICEOVER: It's funny how the world changes sometimes, how the streets you walked your entire life seem darker, colder. How the silence isn't so quiet anymore. How eyes you've barely even noticed now look at nothing but you. How the walk home every night is no longer routine, but a victory. And then you begin to wonder...maybe it's not the world that's changed. Maybe it's just you.

(Liz discovers her journal is missing)

VOICEOVER: And then, suddenly...you begin to wonder all over again.

(Liz at Maria's house)

MARIA: Liz, what's wrong?

LIZ: My journal's missing.

MARIA: And?

LIZ: Maria, I wrote everything in that journal.

MARIA: Everything?

LIZ: Things about Max.

MARIA: Personal things about Max?

LIZ: Everything.

MARIA: What?!? Like where he's from, what he is, I mean, what he isn't?

LIZ: I mean...everything.

(Opening credits)

(Michael wakes up suddenly and tries to draw the image he saw)

(Michael wakes up Max at 3 in the morning)

MICHAEL: Hey man, what's going on?

MAX: Since you asked, REM sleep. Please tell me this is important, Michael.

MICHAEL: It is. I dreamt it, Max. I've seen it more clearly that I ever have.

MAX: What?

MICHAEL: This. It's what I saw that night at Valenti's office. When I touched the key, that's what I saw.

MAX: You saw a semicircle?

MICHAEL: No no no. I saw this, Max. This.

MAX: And what is this?

MICHAEL: I don't know yet. But I saw it. I didn't even remember until tonight. I had to tell somebody.

MAX: And I appreciate that I'm the one you chose to wake at 3 in the morning to tell that you've been dreaming about semicircles, but maybe we can talk about this in the morning?

MICHAEL: Yeah, ok. In the morning.

(Michael gestures to the floor)

MICHAEL: Would you mind?

MAX: No, no. Go ahead.

(Michael unrolls the sleeping bag and goes to sleep)

(Maria and Liz talking at school the next morning)

MARIA: What we need to do is reconstruct the crime.

LIZ: Reconstruct the crime?

MARIA: Motive and opportunity, Liz. That's the key. I mean, this is Roswell. You can't just ignore things like this.

LIZ: Look, I told you there was nothing unusual. I was studying with Alex yesterday and...

MARIA: Alex? Ok, ok, we have opportunity.

LIZ: Yeah, well, we were in my room and then he left and went home and...and...wait a second.

MARIA: Hmmm?

LIZ: Why am I reconstructing a crime when there is absolutely no crime to reconstruct? It's misplaced, Maria. It's not stolen.

MARIA: Yeah, until we ask ourselves, "Why would Alex want the diary?" Has he been feeling ignored, curious, asking questions we don't answer, seeking explanations we don't give? Come on. And what better way to find those answers than in your journal? Now that's a motive. Was he alone in your room?

LIZ: This is ridiculous.

MARIA: Liz, I'm your friend, ok? I'm just trying to help you out here. Ok, so was he alone? Alex? At any time?

LIZ: Well, yeah he was. I went to go get a soda.

MARIA: So he was alone...

(Alex walks up to Liz and Maria)

ALEX: Ladies...

LIZ: Hi Alex.

MARIA: Alex!

ALEX: Uh, so what are we talking about?

LIZ: Nothing really important.

MARIA: Nothing important.

ALEX: Ah, nothing game again. Ok. Well, I just wanted to remind you about the McCarthy thing that we gotta do.

LIZ: McCarthy?

ALEX: The oral report.

LIZ: Oh yeah.

ALEX: So we should get together sometime and talk about that.

LIZ: Yeah, sure.

ALEX: So, I'm off to gym. Dodge ball. Ok, so...wish me luck.

LIZ: Good luck!

ALEX: Thank you very much.

(Alex walks off)

LIZ: How am I going to tell Max?

MARIA: My advice...over drinks.

(Max is having trouble with a vending machine)

LIZ: You hungry?

MAX: Oh, no. It's this machine. It's always acting up.

LIZ: Can I ask you something?

MAX: Sure, but I have to be honest with you, Liz. At this point, I don't think I have any secrets left.

MAX: Liz?

LIZ: Look, Max...there's something that you should know because something happened...

(Michael interrupts)

MICHAEL: Hope I'm not interrupting.

LIZ: No, you're not.

MAX: Liz?

LIZ: Um, it's nothing, Max. It's nothing important.

LIZ (TO MICHAEL): We...we just bumped into each other because I was walking this way from...and then he was coming that way, and we just...

MICHAEL: Interesting...bye, Liz.

(Liz walks off)

MAX: You said you'd be nicer to her.

MICHAEL: And you said you'd stay away from her. Let's call it even.

(Liz is sitting in a dark classroom thinking about what to do)

TOPOLSKY: Liz?

LIZ: Ms. Topolsky?

LIZ: Oh, um...yeah, I was...I was just leaving.

TOPOLSKY: Not on my account, I hope.

LIZ: Oh, no, not at all. I was...I'm just...late for something.

TOPOLSKY: Liz, I'm sure you have a fine reason for sitting alone in a dark classroom, but I wouldn't be much of a guidance counselor if I didn't ask what that reason is.

LIZ: Oh, it's nothing. Yeah...everything's great.

TOPOLSKY: Sometimes we think we're all alone, but we're not. There are people all around us willing and eager to help. Maybe I'm not the first person you'd turn to in a moment like this, but I want you to know I'm not only a guidance counselor.

LIZ: You're not?

TOPOLSKY: No, I'm also a friend...now, does that make it any easier?

LIZ: Oh...yeah...it does.

TOPOLSKY: Good.

TOPOLSKY: Is everything really ok, Liz?

LIZ: Everything's great. Thank you.

(Liz leaves the classroom)

(Maria sees Alex walking in a hallway and walks up to him)

["Pick a Part That's New" by Stereophonics is playing]

MARIA: Hey.

ALEX: Maria De Luca, ladies and gentlemen. Where's Parker?

MARIA: Oh, Liz? I don't know. Anyway, she's dealing with some stuff, so...

ALEX: Let me guess...Kyle's making a pathetic attempt at regaining boyfriend status.

MARIA: No no. Nothing like that.

ALEX: Well, then what was it? Or is this one of these things that you can no longer talk with Alex about?

MARIA: Look, I...I know it must really bother you the way Liz and I clam up every time you come around.

ALEX: Yeah, it's a little annoying.

MARIA: Yeah, of course, and I'm sure it's our fault. I mean, actually...I know it's our fault and I just hope that...

ALEX: What?

MARIA: I just hope that it wouldn't cause you to do anything...you know...out of character...

ALEX: Ok, what are you talking about?

MARIA: Liz's diary is missing and...

ALEX: Wait...wait a second. Are you accusing me of taking Liz's diary?

MARIA: No no no. I'm not saying that at all. No. It's just that Liz and I were running through the facts of the case...you know, motive and opportunity...

ALEX: So Liz is accusing me?

MARIA: No no. That's not what I'm saying either. It's just that, based on certain factors, you emerge as a credible suspect...but I know that that couldn't be true, right? I mean, it couldn't, could it?

ALEX: Ok, you know what? The next time you and Liz feel the urge to share with me, you know...feel the impulse to really open up...do me a favor, ok? Let it pass.

(Alex walks off)

(Alex is at his locker and slams it very hard)

TOPOLSKY: That's school property, you know.

ALEX: Oh, Ms. Topolsky. I didn't know anyone was....I'm sorry about that.

TOPOLSKY: Actually, it's not the locker I'm worried about, Alex.

ALEX: Oh, me? Oh, no. You don't have to do that. I'm fine...really. I'm, I'm great!

TOPOLSKY: Alex, could I talk with you in my office for a minute?

ALEX: Yeah.

(In Topolsky's office)

ALEX: No, it's just...you know, things change. People change. You accept it and you move on.

TOPOLSKY: Who's changed, Alex? You?

ALEX: No, not me.

TOPOLSKY: Your girlfriend?

ALEX: No, I don't have a...no girlfriend, Ms. Topolsky.

TOPOLSKY: Well, that doesn't surprise me. Teenage girls can never spot the good ones. I mean, look at Liz Parker...dating Kyle Valenti. He's a little obvious, don't you think?

ALEX: Yeah, well...you know, apparently Liz is going through some stuff right now, so...

TOPOLSKY: Stuff?

ALEX: It's stupid. Liz loses her diary, and the next thing I know, Inspector De Luca tells me that they have me pinned as the main suspect. These are my good friends, you know?

TOPOLSKY: Would you like me to talk to them, Alex? Try to straighten this out?

ALEX: No no. It's ok. I can deal...well, anyway, I'm late for class, so...

(Alex leaves and Topolsky calls someone on the phone)

MAN ON PHONE: Control.

TOPOLSKY: 7-3-2-9-0

MAN ON PHONE: What have you got?

TOPOLSKY: Something interesting has happened. Any chance of sending me some backup?

(Michael shows up at an art class that he doesn't go to very regularly)

TEACHER: That's good, Kelly. Remember to maintain your perspective.

TEACHER: Mr. Guerin. To what do we owe this pleasure?

MICHAEL: What pleasure?

TEACHER: You, of course. I mean, it's Thursday, and I don't think I recall seeing you since Monday...of last week.

MICHAEL: Yeah, I'm sorry about that...but I kinda just really want to draw.

TEACHER: You kinda just really want to draw?

MICHAEL: Yeah...I didn't when they first made me take this class, but now I do. I'm just gonna take this easel here...

TEACHER: Keep your lines clean, Sydney.

(Kyle walks up to Liz and sits next to her)

LIZ: Hi, Kyle.

KYLE: So, you and Max Evans now?

LIZ: No no. We're...we're just friends.

KYLE: Oh, friends. Well, that is a popular position these days, Liz...isn't it?

LIZ: Look, Kyle. I know that you're angry with me, but this isn't easy for me either. If you could just like, try and understand...

KYLE: You know the best part about being broken up, Liz? I don't have to try anymore.

(Kyle walks off angrily)

(Max is looking at some books at the UFO center)

MAX'S BOSS: That's a good read.

MAX: Yeah, you know...I was, I was just looking...

MAX'S BOSS: Of course, Szcerbiak's theory that the military cover-up of the 1947 landing was financed by an international consortium lacks credible evidence to support it. Still, it debunks several fallacies that have long troubled me. But, if you're going to be working here, for my money, these are the books to read.

(Max's boss is flipping through books)

MAX'S BOSS: Walton...garbage. Ah yes, Atherton.

MAX: "Among Us"

MAX'S BOSS: A bit on the alternative side. Atherton had an underground following...never truly embraced by the mainstream, such that it is. But it may be of some interest to a true believer like yourself. Take a look. Let me know what you think. I know you want answers, Max.

MAX: Yes, I do.

(Liz appears)

MAX'S BOSS: Well, go ahead. We both know she's more interesting than I am.

MAX: Hi.

LIZ: Hi...listen, can I talk to you for a second?

MAX: Sure.

LIZ: Not here.

MAX: Ok.

(Max and Liz go into another room)

MAX: So, what's going on?

LIZ: Um...not much, actually. You?

MAX: Not much. You know, we probably could have had this conversation out front.

LIZ: Yeah, right...um...we could have. Uh...there is actually one thing...what I didn't tell you before is, Max, um...I, I keep this diary.

MAX: Still not exactly back-room conversation, Liz.

LIZ: Well, it's actually more of like a journal. Because that's what scientists call their diaries. Look...anyway, in this journal, I generally write everything that happened to me. Everything important, anyways. And lately that seems to include quite a few things.

MAX: And one of those things would be about...

(Max gestures to himself)

LIZ: Yeah...right. So that kind of leads us to the problem...the problem being that that journal with the stuff about...that stuff about you and the shooting and that whole entire day and everything...that journal is kind of just...missing.

MAX: Missing?

LIZ: Not missing.

MAX: Not missing?

LIZ: No, it's misplaced.

MAX: Misplaced?

LIZ: Temporarily misplaced.

MAX: Right...

LIZ: Yeah....

MAX: Ok...

LIZ: No, I'm sure that there are...I'm sure that it's somewhere stupid, like under my bed or something.

MAX: What exactly did you write in this thing, Liz? How bad is it?

LIZ: I'm gonna find it, Max. So, just...don't worry about anything, ok? And tomorrow, after I've found it...we're gonna have a really good laugh.

LIZ: Just...give me one day, Max. Ok? And just...don't tell anyone, please. I promise you, Max, that I'm going to take care of it.

(Liz is frantically searching everywhere for her journal)

LIZ: Where is it? Where are you?

MRS. PARKER: Oh, there you are. Alex just called. Although I'm quite sure that you were in no great rush to speak with him.

LIZ: Um, how would you know that?

MRS. PARKER: How would I know what?

LIZ: That I might not want to speak with Alex. Why would you say that, mom? I've never even told you that.

MRS. PARKER: No, I guess you didn't.

LIZ: Mom, that's personal and private. I mean, have I ever even said anything to you about Alex or...or Alex and me?

MRS. PARKER: No, I don't recall you saying anything. You're right.

LIZ: I'm just saying, mom, that it seems a little strange that you would say something like that...you know, that you would...that you would conclude something that I've never even told you, that something that I've only even written...

MRS. PARKER: Is everything all right with you?

LIZ: Oh...um, yeah. Sorry...I've, I've just been edgy all day. Sorry.

MRS. PARKER: I'll see you later.

LIZ: Ok.

(Mrs. Parker leaves and Liz resumes her search)

(At Crashdown, Michael is drawing the sphere image)

["Take a Picture" by Filter is playing]

ISABEL: Michael, do you really think you should be doing that here?

MICHAEL: Doing what?

ISABEL: Drawing that thing...whatever it is...in public...here.

MICHAEL: It's getting clearer.

ISABEL: It's getting weirder is what it's getting. Max, will you please tell Michael this isn't a good idea?

(Max is busy reading a UFO book)

ISABEL: Max, you ok?

MAX: Yeah yeah. No, it's just Atherton. Listen to this. He says...this guy is nuts...that aliens wouldn't possess the lung capacity or brain capacity for more than short-term survival on Earth. Brain capacity???

ISABEL: Max, will you say something to Michael please? He'll listen to you.

MAX: Wow, that's getting pretty good.

MICHAEL: I've been working on it in art class.

ISABEL: Max, this isn't right. I mean, we're getting careless.

MICHAEL: Isabel, it's just a sketch, all right?

ISABEL: We can't keep pretending that what we do doesn't matter, that what we do isn't noticed, because it is. And if we're not careful, then...

(Kyle and group of friends walks into Crashdown, Kyle walks over to Max)

KYLE: I'm onto you, Evans.

ISABEL: What was that about?

MAX: I have no idea.

(Max goes to Liz's house and is a little panicked)

MAX: Kyle stole it. Kyle stole your journal.

LIZ: No, Max...don't go Maria on me, ok? It's not stolen, it's just...it's misplaced.

MAX: "I'm onto you"...just now, he looked right at me and said, "I'm onto you"...it means he read your journal, Liz. It means he knows about me.

LIZ: No, Max. It's not about the journal. It's about us, ok? Kyle thinks that you had something to do with our breaking up. And he's not a thief. You know, the journal has only been missing for one day. Kyle hasn't been in my house in over a week.

MAX: And the Crashdown?

LIZ: No, not there either.

(The door opens as Mrs. Parker comes back home; Liz pushes Max into her room so her mom won't see him)

MRS. PARKER: Hello?

MAX: Your room, huh?

(Max walks over to a table and notices a CD)

MAX: Good album.

(Max has a flashback of Kyle in Liz's room)

MAX: He was here.

LIZ: Who was here?

MAX: Kyle.

LIZ: No, Max. I told you. Kyle hasn't been here for over a week.

MAX: I saw him.

LIZ: You saw him?

MAX: I had a flash, Liz. When things get intense, heightened, sometimes we feel things...see things. He was here, Liz.

(Michael is enthusiastically working on his drawing of the dome)

["Novacane" by Beck is playing]

(Kyle is playing basketball with a group of guys...Liz walks up to him)

KYLE: Hi.

LIZ: Hi.

LIZ: I got the CD, Kyle. Thanks.

KYLE: Oh yeah? That's great. Your dad let me in.

LIZ: Kyle, I know when two people break up, it's...it's not easy. It's not as easy as they thought it might be, you know?

KYLE: Yeah.

LIZ: You know, these people...they might say or do things that they don't mean, you know? Uncharacteristic things. Maybe they're just confused, you know? Looking for answers and reasons. Do you know what I mean?

KYLE: Yeah, I do. That's why I want you to know that you can ask me anything, Liz. I don't have any secrets from you.

LIZ: Is that what you think, Kyle? I have secrets? Do you think it's those secrets that broke us up?

KYLE: Well, maybe, Liz.

LIZ: So when you were in my room, alone, you had a chance to discover what those secrets were. Isn't that right?

KYLE: What? What are you so scared of?

LIZ: What?

KYLE: What secrets are you so afraid of me knowing? The truth about Max Evans? About why you've been so weird ever since that day at the Crashdown? Is that what your secrets are?

LIZ: Kyle, this is serious. What you have, I really need back.

KYLE: We all want something back, Liz. It's too bad life isn't always fair.

(Kyle walks off)

LIZ: Kyle...

(At school, Michael's drawing is on display)

ISABEL: This isn't good, you know.

MAX: No, I see that.

MICHAEL: It's pretty good, huh? I didn't even know I could paint. But Mr. Cowan said it's the best thing that's come out of this class all year.

ISABEL: Michael, this isn't right.

MICHAEL: What isn't?

ISABEL: A public display...your thing just sitting here.

MICHAEL: This is not a thing, all right. It's...I'm not exactly sure what it is, but...

MAX: What Isabel is trying to say is that it's not a very good idea. It could be dangerous.

MICHAEL: Dangerous? How can it be dangerous? It doesn't mean anything to anyone, including myself.

MAX: But Michael, that's not really the point. The point is, we shouldn't be taking chances like this.

MICHAEL: You did.

MAX: Yes, I did. That's right.

MICHAEL: But, what? You can take chances and I can't? You can roll the dice with our lives, but if anyone else does, I mean...God forbid, you know...

MAX: I saved someone's life, Michael. I wasn't dabbling in the arts.

(Michael walks off)

(Topolsky and some agents have a meeting)

TOPOLSKY: I think Liz Parker's diary provides one of the most compelling leads I've ever encountered since I joined the unit.

AGENT: Wait a second...I cut my vacation short for a diary?...ok, sorry.

TOPOLSKY: This is not just a diary, agent. This is potential proof of alien contact. Not from a crackpot farmer or a drunk somewhere, but from a straight A student. Treasurer of the Roswell science club.

AGENT: So, uh...any idea where this diary might be?

TOPOLSKY: I think I do. This is where we should get started. She's been having a problem with her boyfriend.

(Liz is at Valenti home)

MAX: Hey, I'm here if you need me.

LIZ: Kyle? Sheriff Valenti?

MAX: Someone should tell the sheriff that deadbolts don't work as well when you leave your door open.

LIZ: Max, we shouldn't be in here.

MAX: You're right, so let's make this quick. Which way is Kyle's room?

LIZ: Max...

MAX: Look, we'll get in, we'll grab your journal, and we'll get out. And in the process, we'll save my life. So which way is Kyle's room?

(Someone else is in the house, probably one of the agents)

(Max and Liz goto Kyle's room and start searching)

MAX: You start in the closet. I'll start here.

MAX: It's not in here. Any luck?

LIZ: No.

(Max finds a picture of Kyle and Liz hidden under the bed)

LIZ: It's not in here, Max. Look, maybe Kyle doesn't have it.

MAX: You mean, maybe Kyle doesn't have it anymore.

(A shadow passes by)

MAX: Wait here.

(Kyle comes back home)

LIZ: Max, it's Kyle.

MAX: Come on, let's go.

(Max and Liz leave out the back)

(In art class)

TEACHER: I see you've chosen your favorite subject.

MICHAEL: Yeah, you know I just can't seem to get it out of my head.

TEACHER: Yeah, I see. That's quite good, Michael. It is.

MICHAEL: Thank you.

TEACHER: But don't you think it's time you drew something else?

MICHAEL: Something else?

TEACHER: Well, when the class drew fruit, you drew this. When the class sketched the human form, you drew this again. You're a talented artist, Mr. Guerin. But you can't go through the semester drawing only a geodesic dome.

MICHAEL: A what?

TEACHER: A geodesic dome. Perhaps before your time. It's a type of house, architecturally postmodern.

MICHAEL: A house...

TEACHER: As I was saying, Mr. Guerin, an artist of your ability can draw something else...something besides this. Perhaps...

(Teacher gestures to a statue that the rest of the class is sketching)

(Michael complies and draws a stick figure)

TEACHER: Stick with the dome.

(Max, Isabel, and Michael outside at a picnic bench)

MAX: Michael's painting isn't our biggest problem right now.

ISABEL: Does that imply that there's a problem I'm not aware of?

MAX: But before I tell you, you need to know that...it's not Liz's fault. You see, Liz keeps a journal. Everything that happens to her, she writes down. Including that day at the cafe...what I did...who I am...who you are...

MAX: But you can't blame her, all right? You've got to promise me...

MICHAEL: Blame her for what?

MAX: For losing her journal...

ISABEL: Oh, my God.

MAX: I know it sounds bad, but it'll turn up. I know it will. But until then, I'm handling it. Michael, did you hear what I said? Michael?

(At Crashdown after hours)

["Torn" by Creed is playing]

LIZ: Sorry, we're closed.

LIZ: Michael...um, I'm sorry, the kitchen's closed.

MICHAEL: That's all right. I just ate.

LIZ: Um, you know, actually this is for employees only.

MICHAEL: Max told me what happened.

LIZ: Oh...he did?

LIZ: What did he say?

MICHAEL: He said you wrote it all down, Liz.

LIZ: He said that?

LIZ: What do you want?

MICHAEL: I want you to know it wasn't smart to write all those things down, Liz.

LIZ: Yeah...I know that now.

MICHAEL: I knew it a week ago.

LIZ: Excuse me?

MICHAEL: That was the night I sat at the first booth. Maybe you remember.

(Flashback to a week ago)

MICHAEL: It was late like tonight and you were at the counter...writing.

MICHAEL: Homework?

LIZ: Uh, yeah...a little bit.

MICHAEL: But it wasn't homework, was it?

LIZ: No, it wasn't.

MICHAEL: You could have put us in an awful spot, Liz. Roswell's not exactly the town you want to be unique in, if you know what I mean. You have to know who your friends are.

MICHAEL: I had to know the risk...so I had to know what your journal said.

LIZ: You took it...

MICHAEL: I never meant for things to get out of control...it's nice to know we have at least one friend in this town.

(Michael gives the journal back to Liz)

LIZ: Does Max know that you...

MICHAEL: No...and you know what would be really great? If you didn't tell him.

LIZ: But why didn't you just destroy this, Michael? Because anyone that found this would know all about you.

MICHAEL: No...they'd know all about you, Liz.

MICHAEL: Thank you for giving me one more reason to envy Max Evans.

(Michael turns to leave)

MICHAEL: And you might want to get better window locks...for when your criminals happen to be human.

(Liz clutches her journal to her chest and walks off)

(Liz goes to UFO Center to find Max)

LIZ: Hi.

MAX: Oh, hey.

LIZ: I seem to be finding myself here quite a bit lately.

MAX: Maybe you'd be interested in the season pass. $19...it includes the guided tour and a box lunch.

LIZ: Everything's ok, Max. I have my journal.

MAX: You found it.

LIZ: I guess you could say it found me. I left it at the Crashdown and a customer returned it.

MAX: A customer?

LIZ: A friend...a good friend.

LIZ: Uh...look, Max, now that this is all over and everything, I feel I owe you an explanation to why I wrote those things.

MAX: No, you don't.

LIZ: No...I know you think that I was foolish, you know, to write about that day and you and everything. What I wrote in my journal, it didn't really have anything to do with science. Um...that day that you saved me, I felt something that I just had to put into words...so years from now, if anyone ever...if anyone ever touches me the way that you did, I'll know what it's supposed to feel like.

MAX: So, can I see it? What you wrote?

LIZ: Oh...yeah, I don't...I don't think that's a good idea.

MAX: No?

LIZ: No.

MAX: Why? Because if I read what you wrote in your journal, I realize how you really see me.

LIZ: Exactly.

(Outside at picnic benches)

ISABEL: I can't believe you're still reading that.

MAX: Guilty pleasure.

(Isabel gestures to Michael who's lost in thought)

MAX: Michael, you ok?

MICHAEL: Yeah. I just wish I had a few more answers. The dome, you know? I mean what's the point of having a vision if it doesn't mean anything?

MAX: Patience, space boy.

ISABEL: You're in an awfully good mood...does this mean that the diary...

MAX: Safe and sound.

ISABEL: So where was it?

MAX: Liz wouldn't say. She said a good friend brought it back. Anybody want anything?

MICHAEL: I'll go with you.

MAX: Isabel?

ISABEL: No thanks.

(Isabel flips through the book Max was reading)

ISABEL: Boring.

(Isabel drops the book and it opens up to the last page with a picture of the author in front of his house, a geodesic dome)

ISABEL: Max. Michael.

MAX: What's the problem?

ISABEL: This. Michael, it's your vision.

VOICEOVER: October 28th. I've missed a few days. But in my absence I've been thinking about some things, about life before Max Evans saved me, of how I used to pray for something to happen, something to just break the routine, you know, of school and work...something that would make a small town feel bigger, that would make a small town girl feel bigger, too. And ever since I got my wish and Max Evans patched a bullet hole 2 inches below my ribs, I realized one thing...that the bigger your world gets, the bigger your problems get, too.

Kikavu ?

Au total, 55 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

Aloon33 
01.06.2018 vers 19h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

Annaelle19 
08.06.2017 vers 14h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

riverdog  (09.08.2016 à 16:11)

un épisode au final inattendu!  permet d'en apprendre sur les personnages.

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois

Emilie de Ravin maman pour la 2ème fois
Le petit Théodore Kubrick de Ravin-Bilitch est venu rejoindre son papa Eric Bilitch et sa grande...

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage

Roswell, Nouveau Mexique, Nouveau Sondage
A l'occasion de la sortie de Roswell, New Mexico en janvier sur la CW, voici un nouveau sondage sur...

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra
Shiri Appleby, l'inoubliable Liz Parker de la série originale, fera son grand retour à Roswell mais...

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation
La quatrième saison de la série UnREAL avec Shiri Appleby sera la dernière. En effet, la série n'a...

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot
La première bande-annonce de 'Roswell, New Mexico', le reboot de la série culte du début des années...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Xanaphia, Hier à 18:15

Les derniers de Seal Team sont dispo sur 6play ! Par contre Quantico pas encore....

choup37, Hier à 20:02

Nouveau sondage sur Merlin, Kaamelott, DW! Calendriers à commenter aussi, et même pdm ^^

Sydney, Hier à 20:11

nouveau sondage sur le quartier vampire diaires spécial fêtes de fin d'années ! venez voter !

choup37, Hier à 21:44

Plus que 4 votes pour valider la bannière de ma sorcière bien aimée

choup37, Hier à 21:45

Les votes du monde de joan ont aussi besoin d'être aidés

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site