VOTE | 105 fans

#312 : Symptômes

Titre VO : Ch ch changes
Titre VF : Symptômes
Diffusion US : 5 février 2002
Ecrit par Gretchen J. Berg & Aaron Harberts. 
Réalisateur : Paul Shapiro. 


Résumé : Liz est terrifié quand elle découvre qu'elle a des pouvoirs extraterrestres. Ces pouvoirs, qui sont parfois très violents et qui lui pourrissent la vie ne se manifestent que en présence de Max.

Liz préfère partir dans un pensionnat loin de Roswell, bien qu'elle aime Max.

Maria quand à elle prend la décision de se rendre à New York pour enregistrer une maquette car elle a été repéré par un agent.

Guests : John Doe (Geoffrey Parker), Meredith Scott Lynn (Dominique D'Archer), Michael Chieffo, Michael Medico (George Winkler).

Titre VO
Ch ch changes

Titre VF
Symptômes

Première diffusion
05.02.2002

Vidéos

Liz laisse Max à sa fenêtre

Liz laisse Max à sa fenêtre

  

Plus de détails

312. Symptômes

Dans un bar, Kyle et Liz sont assis à une table et regarde Maria chanter sur scène avec Jim Valenti et son groupe, les Kit Shickers. Kyle s’en va, écoeuré de l’attitude de son père et est vite remplacé par Max.
Il entraîne Liz sur la piste de danse. Au même instant, une jeune femme prend des note en regardant Maria chanter.

Au Crashdown, Liz félicite Maria et monte se coucher. Jim Valenti arrive et la remercie d’avoir chanter avec lui et lui propose de se produire régulièrement avec lui. Ils sont interrompus par l’arrivée d’une directrice artistique, Dominique Lazar, qui a vu Maria chanter et voudrait discuter avec elle.

Au même instant, dans l’arrière, Liz, qui essayait d’éviter son père ne peut échapper à ses reproches. Sa conseillère a appelé et Liz a raté deux contrôles alors qu’elle avait promis à son père de réussir son année scolaire sous peine d’être envoyer dans un pensionnat dans le Vermont.
Maria fait une entrée fracassante en leur annonçant qu’elle va devenir une rock star.

Le lendemain, en cours de biologie, Liz n’est pas très en forme est quand même venue car elle a rendez-vous avec la personne des admissions de Harvard dans quelques jours. Alors qu’elle se met au travail, elle se regarde dans une glace et est bouleversée quand elle voit que son visage a totalement disparu.

Chez le médecin, Liz passe des examens mais elle heureusement elle n’a rien. Lorsque que le médecin lui pose une question, elle voit ses lèvres bouger mais n’entend pas ce qu’il dit.

Au Garage de Toby, Liz parle avec Kyle de ses symptômes étranges qui sont apparus récemment. Il lui assure que ce n’est que le stress mais change d’avis lorsque Liz fait marcher une radio en panne. Il l’incite à en parler à Max même s’il elle refuse par peur de sa réactions. Malgré le fait qu’il soit contre sa décisions de garder sa pour elle, Kyle lui assure qu’il sera là si elle a besoin d’aide.

Plus tard dans la journée, Maria attend devant chez Michael. Il entre dans son appartement et elle le suit, complètement hystérique. Une femme lui a proposé d’enregistrer une maquette. Michael est heureux pour elle et ils s’embrassent puis finissent par coucher ensemble.

Le lendemain, Maria est dans sa chambre et essaye des tenues pour son rendez-vous avec la directrice artistique. Elle explique à Liz, assise sur son lit, qu’elle est Michael ne sont toujours que des mais, malgré ce qui c’est passé la veille. Pendant que Maria lui parle, les phénomènes étranges recommencent pour Liz. Comme chez le médecin, elle voit les lèvres de Maria bouger mais n’entend aucun son sortir de sa bouche. Lorsque tout redevient normal, elle décide de lui en parler. Maria lui dit alors que ce n’est pas par hasard que sa vie commence à changer au moment oû il n’y a plus d’extraterrestres dans sa vie. Liz renonce alors à tout lui avouer.

Au studio d’enregistrement, Maria chante une des dernières chansons qu’elle a composé. Après avoir chanter, elle retrouve Dominique, la directrice artistique qui lui pose plusieurs questions. Elles sont interrompues par l’arrivée inattendue de Micheal. Il apprend alors en même temps que Maria qu’elle a de grande chance d’aller enregistrer un disque à New York et de ne plus jamais revenir à Roswell.

Dans les gradins du stade de football, Liz est seule lorsque Max arrive pour l’aider à passer brillamment son entretien pour Harvard. Liz lui demande pourquoi il veut l’aider à réaliser une chose qui l’éloignerait de lui. Il lui répond que c’est parce que c’est important pour elle. Au moment de partir, Liz s’évanouit mais Max la retient. En voulant ramasser un de ses livres posés sur le banc, elle y met le feu. Elle avoue alors à Max qu’elle est train de changer et que c’est à cause de lui. Parce qu’il lui a sauvé la vie.

Dans le désert, Max et Michael creuse là oû ils avaient enterrés précédemment les objets extraterrestres. Max espère trouver des réponses à ses questions dans le grand livres.

Au lycée, Liz est à son entretien avec la personne des admissions de Harvard. Tout va bien jusqu’au moment oû Liz ne comprend plus ce que l’homme en face d’elle lui dit. Ses symptômes sont réapparues. Elle quitte précipitamment la salle, laissant le recruteur seul.

Au Crasdown, Maria rencontre Jim Valenti et lui avoue qu’elle a l’impression de lui avoir prit quelque chose. Sans lui, elle n’aurait jamais chanté sur scène et personne ne l’aurait remarqué. Il lui assure que ce n’est pas grave et s’en va. Maria se rend alors en cuisine pour voir Michael. Il veut qu’elle voit Jesse pour vérifier son contrat. Elle réalise qu’il croit qu’ils sont de nouveaux ensemble et met les choses clairs. Elle quittent la cuisine, laissant Michael blessé par son attitudes.

Dans sa chambre, Liz s’excuse auprès de Kyle de l’avoir fait venir alors qu’il avait sûrement mieux à faire. Soudainement Max arrive et Liz est obligé de lui montrer les éclairs d’électricités qui lui traversent les mains. Elle lui demande si elle va mourir mais n’obtint pas de réponse de la part de Max.

Maria et Dominique sont au studio d’enregistrement, elles attendent l’arrivée d’un grand producteur. Après les présentation, ils écoutent ensemble la chanson de Maria qui a été totalement remixé et ressemble désormais une chanson légèrement techno. Maria n’est pas contente et se demande si elle va vraiment réalisé son rêve.

Plus tard, elle se rend chez Michel pour s’excuser et lui dire qu’il avait raison à propos du fait qu’elle devrait faire attention. Michael, vexé, l’envoie quelque peu balader. C’est alors qu’il lui apprend que Liz est en train de mourir et que elle sa meilleure amie n’est même pas au courant.

Dans le désert, Max pose Liz par terre pendant que Kyle reste légèrement en retrait. Max dispose les pierres autour du corps de Liz et tente de la guérir mais ne fait qu’empirer les choses. Liz, sous l’influence de la douleur qu’elle a ressenti, dit à Max ses quatre vérités. Elle lui avoue qu’à chaque qu’il vient lui parler de son fils, ça lui rappelle qu’il l’a trahi et couché avec Tess. Elle réalise également que c’est lui qui est responsable de ses symptômes.

Après être rentrer chez elle, Liz est rejoint par Maria qui s’inquiète pour elle. Elle vont se balader et se remonte mutuellement le morale. Liz lui fait comprendre qu’elle doit accepter cette opportunité qui ne se présente qu’une fois dans la vie.
Elle rentre chez elle et découvre Max qui l’attend devant sa fenêtre. Il veut l’emmener à Los Angeles pour voir Langley mais elle refuse. Elle réalise qu’elle doit comprendre ce qui lui arrive sans son aide et lui dit de partir. Il la quitte mais avant de partir, lui murmure un dernier t’aime.

Liz descend voir son père et lui dit qu’elle ne contrôle plus sa vie et qu’elle souhaite aller dans ce pensionnat.

Liz est dans un bus qui quitte Roswell. Elle commence une nouvelle vie alors que Max lit la lettre qu’elle lui a écrit. Lui disant qu’elle a besoin de quitter le ville et de s’éloigner de lui malgré l’amour qu’elle lui porte.

(Dans un bar, Maria est en train de chanter avec les Kit Shickers. Liz et Kyle sont assis à une table et les regardent)

MARIA (chantant): Stop right there. I gotta know right now. Before we go any further, do you love me? Will you love me forever? Do you need me? Will you never leave me? Will you make me so happy for the rest of my life? Will you take me away? Will you make me your wife? Do you love me? Will you love me forever? Do you need me? Will...

KYLE: Tu vas pas me dire que c’est pas malsain ça ?

LIZ: Oh arrêtes Kyle, c’est amusant non. (Elle regarde autour d’elle) Qu’est-ce qu’ils font les autres ?

KYLE: Y’en a plein des duos. Mais c’est des vrais duos. Aaron Neville et Linda Ronstadt ne peuvent plus se passer l’un de l’autre, comme heu… Elton John et Kiki Dee

LIZ: Elton John n’aime que les garçons.

KYLE: Ouais. Et alors, il faut des gros bras pour porter le matériel.

LIZ: Mais de quoi tu parles ?

KYLE: Oh, quand je pense que ce mec c’est mon père, j’ai honte. Il faut que j’aille me laver les yeux. (Kyle se lève et part)


(Nous voyons Maria et Jim en train de chanter. Puis nous voyons une femme dans la foule qui prend des notes pendant qu’elle les regarde chanter.)


(Max arrive et s’assoit à côté de Liz)

MAX: Ca va ? (Il lui embrasse la tête)

LIZ: Mmmm. Oui. Et toi ? C’est maintenant que tu arrives ?

MAX: Oui, je suis allé à la bibliothèque.

LIZ: Et ils arrivent quand Jesse et Isabel ?

MAX: Heu... ils sont à Santa Fe ce soir.

LIZ: Bah et Michael ?

(Max secoue la tête)

LIZ: C’est important pour Maria ce soir. Elle n’a pas arrêté de répéter toute cette semaine. Et y’a même pas un seul de ces copain.

(Ils regardent Maria.)

MAX: A mon avis elle ne remarquera rien. (Il regarde vers Liz, elle ne sourit pas) Bon excuse-moi, je suis désolé.

LIZ: C’est pas auprès de moi qu’il faut t’excuser

Max: Qu’est-ce que tu as ?

LIZ: C’est rien. Je dois sûrement couvée quelque chose.

MAX: Il parait qu’il y a une mauvaise grippe qui traîne.

LIZ: Ah, bonne nouvelle.

MAX: Oui, elle est terrible. Fièvre, mal de gorge, nausées. (Max se lève) Et surtout une irrésistible envie de danser. (Il lui prend la main)

LIZ: Non, Max je t’en prie. (L’autre mains de Liz est posée sur la table, touchant son assiette. L’assiette devient rougeoyante, la nourriture envoie de la fumée.)

MAX: Aller dépêches-toi.

LIZ: J’ai pas envie de danser. (Ils vont sur la piste de danse)

(Un serveur vient débarrasser leur table et essaye de prendre l’assiette de Liz. Il se brûle et s’éloigne. L’assiette est complètement déformée, à moitié fondue.)

(Max et Liz sont en train de danser.)


[Générique]


(Crashdown. Même jour. Liz marche vers Maria qui est assise au comptoir. Elles ne travaillent pas, elles viennent juste de revenir.)


LIZ (portant une assiette): Petite assiette froide, cadeau de la maison. (Elle s’assoit à côté d’elle.)

MARIA: Merci.

LIZ: Encore bravo. Je vais me coucher, d’accord ?

MARIA: Ouais, au revoir.

LIZ (Pendant qu’elle se lève): Au revoir.

(Jim marche vers Maria et s’assoit à côté d’elle)

JIM: Maria, avant que j’oublie. (Il lui met de l’argent dans sa main.) Votre part pour ce soir. C’est pas grand chose mais…

MARIA: Fallais pas, c’était génial ce duo avec vous.

JIM: Au fait, j’ai discuté avec les musiciens et pour une fois on est tombé d’accord. Est-ce que ça vous dirais de vous produire avec nous d’une manière plus régulière ?

MARIA: Comme choriste ?

JIM: Oui. (Souriant) Mais aussi comme interprète féminine, ça nous permettrais de varier notre répertoire et nous ferons d’autres duos aussi. J’ai pensé déjà à quelques titres. Un peu de rock pur et dur, dur rock à billy.

MARIA: D’accord.

JIM: Et... un p’tit slow si vous voulez.

MARIA: Bien sûr, oui.

JIM: Et des titres à vous aussi.

MARIA: Pour l’instant j’ai pas grand chose.

JIm: Pas de problème, on a le temps.

MARIA: Entendu.

(La femme qui prenait des notes pendant que Maria et lui chantaient entre dans le Café.)

JIM: Parfait. On répète demain soir.

MARIA: J’y serais.

(La femme marche vers Maria.)

LA FEMME: Je suis une des plus grande fan de vous. Dominique Lazar, Medusa Musique. (Maria prend la carte qu’elle lui tend.) Je vous ai vu chanter

JIM: Oh, merci. Jim Valenti, chanteur solo. Enchanté.

DOMINIQUE: (Ignorant Jim.) Vous avez été excellente. P.S : Je ne dis jamais ça.

JIM: Merci, c’est un nouveau programme. Maria assure bien avec nous.

DOMINIQUE: Pourquoi vous y étiez aussi ?

JIM: J’étais le chanteur.

DOMINIQUE: Oh. Oh oui vous avez une voix sympa. (Elle se tourne vers Maria.) Maria, Maria comment ?

MARIA: DeLuca.

DOMINIQUE: (Ecrivant sur son bloc note.) Maria DeLuca, ça sonne bien.

MARIA: Attendez, ici le Terre j’appelle la dame avec les belles bottes.

DOMINQUIE: Merci.

MARIA: Je ne sais pas ce que vous pensez de moi mais je pense que vous êtes en train de faire une erreur.

DOMINIQUE: Je suis une directrice artistique. Je passe mon temps à rechercher de nouveaux talents. Et toi avec la présence que tu as et avec la voix que tu as, je suis sûre de ne pas faire d’erreur. Tu as deux minutes ?

MARIA: Oui bien sûr.

(Elles se lèvent et commencent à partir.)

DOMINQIUE: Super. Oh tenez. (Elle tend sa carte à Jim.)


(Liz marche dans l’arrière salle du Crashdown, elle voit son père en train de travailler alors qu’elle essaye de se dépêcher de monter les escaliers avant qu’il ne puisse lui parler.)

MR. PARKER: Alors ce concert ?

LIZ (Elle s’arrêt un instant.): Ca a été. (Pause) Bonne nuit.

MR. PARKER: Tu vas te couché, t’as pas de devoirs ?

LIZ: (Se tourne vers lui) C’est bon, je les ai déjà fait tout à l’heure. (Elle se tourne vers les escaliers.)

MR. PARKER: Ta conseillère d’éducation a appelé tout à l’heure. 2C, un en espagnol et un en histoire.

LIZ: Heu. (Elle se tourne vers lui.) Je sais mais ce jour là y’avais deux grosses interros et on nous a pas fait de cadeaux. Tout le monde a loupé.

MR. PARKER: Bien sûr. C’est ce que tu donneras comme excuse à l’entretien pour Harvard ?

LIZ: J’ai mal à la tête. On peut voir ça demain ?

MR. PARKER: Quand au pensionnat c’est oublié puisque tu m’as fait la promesse de réussir ton année scolaire vu que tu rêves d’aller à Harvard depuis... que tu as six ans.

LIZ: Cinq. Et c’est parce que tu as mis un poster de Cambridge dans ma chambre.
MR. PARKER: Ouais. En tout cas, moi je suis persuadé que tu as beaucoup plus de talent et de cervelle que tous les adolescents de Roswell.

LIZ: Papa, arrêtes.

MR. PARKER: Je suis très sérieux. Combien parmi eux songent à poursuivre des études ? (Il prend une boite d’aspirine.) Ils traînent du matin au soir, ils s’endorment devant la télé en rêvant de devenir des rocks stars.

(Maria arrive dans la salle.)

MARIA: Wahoo!!! (Elle lève les bras en l’air.) Je vais signer un contrat, je vais devenir une rock star.


(Le lendemain. A l’école. Liz et Max sont en cours de biologie. Le professeur est en train de parler.)

PROFESSEUR: Nous disposons de tous les instruments pour découvrir les hiérarchies génétiques et constater que les traits changent dans une même population en comprenant pourquoi.

(Max s’approche de Liz qui est en train de dormir.)

MAX: Liz.

LIZ: Hmm?

MAX: Eh tu dors ?

LIZ: (Se rassoit) Non je dors pas.

MAX: T’as un peu de... de bave là sur ton…

LIZ: (Regarde sa main.) Ah, c’est dégoûtant.

(Max met sa mains sur la sienne.)

(Le professeur marche vers eux.)

PROFESSEUR: Mr. Evans, Melle. Parker, auriez-vous un problème avec la recherche génétique?

MAX ET LIZ: Hum, non. Non.

PROFESSEUR: Alors regagnez vos places et commencez le cours.

(Le professeur s’en va, et Liz gémit et met sa tête sur l’épaule de Max.)

MAX: Ca ne va pas mieux ?

(Ils se lèvent et marchent à travers le laboratoire de science.)

LIZ: Non, c’est comme si j’avançais dans un épais brouillard et que mon corps était obligé de suivre.

MAX: Une mononucléose ?

Liz: Oh tais-toi. Je t’assure que je serais bien rester chez moi si mon père ne m’avaient pas parler de l’entretien.

MAX: Quel entretien ?

LIZ: J’ai rendez-vous avec la personne des admissions de Harvard dans deux jours. Ce n’est pas dit que j’irais mais c’était là ou dans six moi. Alors si je veux garder une possibilité d’y aller l’année prochaine, je dois absolument aller à cet entretien.

MAX: Ah ouais.

LIZ: Il faut que je m’y mette je crois.

MAX: Oui.

(Liz marche vers la paillasse avec les instrument du laboratoire. Elle prend un erlenmeyer et se regarde dans le miroir. Elle n’arrive pas à croire ce qu’elle voit. Son visage a complètement disparu. Elle regarde fixement le miroir puis soudain son visage réapparaît. Elle se tourne et regarde Max. Il n’a pas vu ce qu’il vient de lui arriver.)


(Liz est chez le docteur. Elle s’assoit sur le lit. Le docteur arrive.)


DOCTEUR: Non, votre taux de globules blancs est normal, ce qui élimine toute présence d’une bactérie. C’est peut-être un virus. Avez-vous des étourdissements ?

LIZ (Secoue la têtes.): Non.

DOCTEUR: Est-ce que vous toussez ?

LIZ (Secoue la tête.): Non.

DOCTEUR: Vous n’avez pas eu de…

(Soudainement Liz ne pouvait plus entendre ce que le médecin disait. Elle regarde vers lui et le vit en train de parler mais elle n’entendait rien.)

DOCTEUR: Etes-vous sexuellement active, Liz ?

LIZ: Non. Non, Dr. Frank, non, hum…

DOCTEUR: Je ne pourrais pas vous protéger si vous n’êtes pas honnête avec moi

LIZ: Me protéger de quoi ?

DOCTEUR: Liz, quand on est jeune on ignore parfois les conséquences d’une liaison intime et amoureuse. Il se peut très bien que vous ayez attrapé quelque chose auprès de quelqu’un qui vous est cher.


(Liz et Kyle sont au Garage de Toby. Kyle est en train de travailler pendant que Liz lui parle.)

KYLE: Comment ça des symptômes étranges ?

LIZ: Euh... de la fatigue et… et une totale incapacité à me concentrer.

KYLE: C’est mon portrait que tu fais là.

LIZ: Et puis j’ai des eut des hallucinations.

KYLE: Ah oui ? C’est à dire ?

LIZ: Et bien... hier en classe, je me suis regardée dans une glace et mon visage à totalement disparu.

(Kyle rit.)

LIZ: Attends, c’est vrai. Je suis sérieuse Kyle. Il se passe quelque chose de bizarre en moi.

KYLE: Pourquoi c’est à moi que tu en parles ?

LIZ: Ce qui me rend différente de n’importe qui d’autre c’est le fait que j’ai été ramené de la mort par un extraterrestre.

KYLE: Ouais. Je comprends, on est pareil. A part le fait que tu es réveillé une de mes plus forte peur, je pense que tu vis une période de stress. (Il prend un livre et montre le titre.) Euh, Bouddha, emmène-moi au loin. Ce bouquin a été le compagnon de mes nuits blanches. Je te le confis, petit scarabée. (Il lui met le livre dans les mains et s’en va.)

LIZ: Bouddha, emmène-moi.

(Liz regarde le livre et le jette sur le dessus d’une radio. La radio s’allume et une chanson se fait entendre durant une seconde. Elle reprend le livre qui est sur la radio et celle-ci se rallume plus longtemps cette fois. Liz se lève et tend sa main près de la radio. Kyle l’entend et se rapproche de Liz.)

KYLE: C’est toi qui…

(Liz met encore sa main devant la radio. Des étincelles apparaissent.)

LIZ: Kyle, je crois que je suis en train de changer.

KYLE: Est-ce que tu en as parlé à Max ?

LIZ: Non, je ne dirais rien à Max. Je préfère... attendre.

KYLZ: Il nous a sauvé la vie, il doit être au courant.

LIZ: J’ai peur de lui en parlé.

KYLE: Comment ça t’as peur ? C’est nouveau ?

LIZ: Non, il a prit tellement de risque quand il m’a soigné… Et je suis tombée amoureuse de lui après ça.

KYLE: Oui, moi aussi.

LIZ: Oh Kyle !

KYLE: Ecoute, ce qui t’arrives me fait flipper. Alors j’ai bien le droit de plaisanter, non ?

LIZ: Je sais.

KYLE: Si c’est trop difficile pour toi, j’irais lui parlé.

LIZ: Non ! euh... désolé. Non, je te demande de respecter mes sentiments et d ‘attendre.

KYLE (hoche la tête.): Qu’il soit mentionné au dossier que je ne suis pas d‘accord

LIZ: C’est noté. Il faut que j’y aille

(Liz commence à partir.)

KYLE: Liz. Tu n’es pas toute seule. Si tu as besoin de quelque chose, appelles-moi.

LIZ: Merci


(La même nuit. Maria attend devant a porte de chez Michael. Michael arrive avec un sac provenant de l‘épicerie.)

MICHAEL: Excuses-moi pour hier soir mais il fallait que je remplace un collègue. (Il ouvre la porte.)

MARIA: Michael.

MICHAEL: Et rester dans un bar à écouter de la musique c’est pas ça qui remplit le frigo.

MARIA: Michael faut que je te parle. (Elle passe devant lui et rentre en courant dans son appartement. Elle est très enthousiasme.)

MICHAEL: Ouais bah plus tard. Mon émission commence ans 5 minutes et je dois faire chauffer une barquette. (Il prend ce qu’il y a dans son sac et le pose sur le comptoir et commence à ranger.)

MARIA: Ton existence me fait pitié.

MICHAEL: Au revoir.

MARIA: Une femme d’une maison de disque m‘a vue hier et me propose une maquette.

MICHAEL: Une quoi ?

MARIA: Une maquette. C’est un essai pour savoir si un chanteur peut faire un disque. J‘enregistre trois ou quatre titres, ils payent tous les raits. Tu peux y croire ?

MICHAEL: Non.

MARIA: Oh non, une chose pareil ça arrive à Alicia Keys ou peut-être à Fiona Apple mais pas à moi, pas à Roswell. Oh, je suis contente. (Elle le prend dans ses bras.)

MICHAEL (prend un sachet dans ses mains.): Mais c’est une barquette de salade.

MARIA: Je vais t’avouer quelque chose e stupide. Quand Dominique, la... la fille là. Quand elle m‘a annoncé ça je me suis tout de suite dit, j‘ai hâte de le dire à Michael.

MICHAEL: Ouais t’as raison c’est stupide.

MARIA: Pardon, c’est pas ce que je voulais dire, mais sérieusement, tu es le premier avec qui je veux partager ça. Je suis à depuis deux heures.

MICHAEL: Ca me fait très plaisir pour toi.

MARIA (rit et le prend dans ses bras.): A moi les plateaux de télé. (Elle embrasse Michael. Elle d l‘embrasse encore.)

(Michael l‘embrasse aussi. Ils s’embrassent pus et se dirigent vers le lit. Ils s’allongent dessus.)


(Chambre de Maria. Liz et Maria sont en train de parler. Maria essaye plusieurs tenues sur elle en se regardant dans le miroir.)

MARIA: Ca ne veut pas dire qu’on ressort ensemble.

LIZ (Assise sur le lit.): Est-ce que Michael est au courant ?

MARIA: Il sait que je ne veux pas que ça se passe comme avant. J‘ai été hyper clair à propos de ça. On est copain mais on se prend pas la tête.

LIZ: C’est fou ce que c’est romantique. Tu devrais mettre le caleçon noir.

MARIA: Eu moi... mettre un caleçon. Non mais t’es qui ? Ma tante pour me dire ça. Non, je crois que…

(Liz ne pouvait pas comprendre ce que Maria était en train de dire. Elle pouvait seulement entendre quelques mots pendant quelques secondes, puis tout revint nouveau à la normale.)

MARIA: Alors, ils vont tous se moquer de moi.

LIZ: Maria, il faut que je te parle.

Maria (indifférente à ce que Liz vient de dire.): Tu vois je me dis que… c’est pas par hasard que ma vie commencé à changé depuis que j‘ai rompu avec Michael. Tu peux pas savoir ce que ça fait du bien de plus vivre cette angoisse extraterrestre. C’est... c’est comme si tout à coup ma vie était une vraie vie.

LIZ: Oui. Et avec des bottes, non ?


(Maria est en studio d‘enregistrement en train de chanter et de jouer à la guitare.)

Maria: (Chantant) You're like an angel with the sweetest smile, but when you use it you're an evil child. Oh, Ohhh. That's what brings me back again. We get along but only half the time. The other half you ain’t no friend of mine. Nooooo. That's what brings me back again. I love you on your best behavior. I love you more when you are doing something wrong. But that's what's wrong with me. You said you liked it yesterday. But now you're telling me that I can't stay. It's all your crazy messed up ways that bring me back. They bring me back. They bring me back. They bring me back. You bring me back.

(De l'autre côté de la cabine d'enregistrement.)

DOMINIQUE: Au fait Maria, est-ce que tu bois ?

MARIA: Non.

DOMINIQUE: Tu fumes ?

MARIA: Jamais !

DOMINIQUE: C’est pas pour moi, personnellement ça m'est égale. Ce sont mes supérieurs qui veulent que je pose toutes ces questions.

MARIA: Pourquoi ?

DOMINIQUE: Pour rie, prend ça comme si je faisait un sondage. O, que âge as-tu ?

MARIA: Je viens d‘avoir 18 ans.

DOMINIQUE: Bien. C’est ce que tu diras à tout le monde pendant au moins 3 ans.
(Michael arrive.)

MARIA (surprise.) Michael.

MICHAEL: Saut. (Il l’embrasse sur la joue.) Je passe simplement pour voir comment ça va. (Marche vers Dominique.) Bonjour, Michael.

DOMINIQUE (Ils se serrent la main.): Bonjour. Dominique Lazar.

MARIA: Michael est seulement…

MICHAEL: Un copain de la bande.

MARIA: On est plutôt occupé là.

MICHAEL: Ah c’est très sympa ici..

DOMINIQUE: C’est pas mal pour une ville si petite. Oh Maria, au fait, à que moment peux-tu voyager ?

MARIA: Pourquoi ? Oû est-ce qu’on va ?

DOMINIQUE: A New York.

MICHAEL: C’est vrai ?

DOMINIQUE: Oui. Et si mes collaborateurs aiment bien ce qu’on a fait, on fera une nouvelle maquette là-bas.

MICHAEL: Et heu... elle part combien de temps ?

DOMINIQUE: Le meilleur scénario ce serait pour toujours. (Elle rit.) Qu’elle repasse en coup de vent les fois oû le maire fera ses inaugurations. (Elle rit.)

(Maria est abasourdie. Elle rit aussi.)

MICHAEL: New York ?

DOMINIQUE: Il y a un problème ?

MARIA: Oh, non, non, non, aucun.

DOMINIQUE: Parfait.


(Stade de Football. Liz est assise dans les gradins et observe des élèves avec des drapeaux. Max marche vers elle, il tient un livre dans sa main.)

LIZ: Entrevue mode d’emploi ?

MAX (Lui donne le livre): Je vais t’aider à entrer à Harvard.

(Max s’assoit à côté de Liz et ouvre le livre.)

MAX: Pourquoi l’université de Harvard ?

LIZ: Hum... il y a quelques années, j’ai lu un articles très passionnant écrit par le docteur Laura Holt. C’est ce professeur qui travaille au département de biologie cellulaire et moléculaire, et ça m’a donné une approche complètement nouvelle de la science. Et ça a changé ma vie.

MAX: Quelle est votre plus grande force ?

LIZ: Pourquoi est-ce que tu m’aides ? Parce que si je vais à… à Cambridge, ça veut dire que je pars loin.

MAX: Je sais, mais pour toi c’est important. Question suivante. Quel est votre plus grand regret ? (Liz ne répond pas.) Tu as l’air un peu fatigué, non ?

LIZ: Heu, un peu. Ca doit être parce que je ne sais pas encore oû je ferais mes études. (Elle ramasse ses livre et se lève.) Il vaut mieux que je m’en aille. Mon père va se demander ce que je fais. (Elle prend le livre qu’il lui tend.) Merci de ton aide, Max.

MAX (Se lève et lui attrape le bras.): Attends Liz.

(Liz s’évanouit. Max la soutient et s’assoit.)

MAX: Qu’est-ce que tu as ?

LIZ: Rien. Rien, ça va. Je... ça doit être la grippe qui m’a mise à plat. Je vais me coucher et dormir. (Elle se penche vers un des livres qui est sur le banc. Il prend immédiatement feu. Max protège Liz avec son propre corps et éteint le feu avec ses pouvoirs.)

MAX: Je n’ai rien fait.

LIZ: C’est moi alors.

(Max la regarde l’air surpris.)

MAX: C’est pas possible.

LIZ (Hôche la tête): Oh, si. Tu m’as sauvé et aujourd’hui je suis différente.


(Michael et Max sont dans le désert, creusant avec des pelles.)

MICHAEL: Vous n’arrêtez pas de me reprocher d’être impulsif et stupide. Et là ce qui est stupide c’est d’aller dans le désert alors que ton père surveille tout ce que tu fais.

MAX: Tais-toi, Michael.

MICHAEL: Et puis qui a eut l’idée d’enterrer ces objets extraterrestres ? Un coffre à la banque c’est bien plus discret.

MAX: J’ai besoin du grand livre. Pour comprendre pourquoi Liz change.

MICHAEL: Mais tu la déjà lu dix fois au moins.

MAX: Quelque chose à dû m’échapper.

MICHAEL: Et si jamais tu trouves rien ?

MAX: J’irais voir quelqu’un qui sait déjà. (Pause) Au besoin je contacterais le FBI.

MICHAEL: Attends, je sais que pour toi c’est important mais faudrait peut-être te calmer là. Tu peux toujours remuer de la poussière, si tu te fais prendre, tu n’aidera pas Liz.

MAX: Je suis prêt à prendre le risque.

MICHAEL: Je peux très bien te remettre les idées en place si tu veux. Et je le ferais avec ça s’il le faut (Il montre sa pelle en disant cela.)

(Max utilise se pouvoirs pour envoyer voler la pelle de Michael quelques mètres plus loi.)

MAX: Elle ne va pas bien du tout Michael, et je dois savoir ce qu’elle a.

MICHAEL: On va trouver ce qu’elle a.

MAX: Et si on ne trouve rien ? Son état va s’aggraver ? J’ai déçu tout le monde, des centaines de fois depuis qu’on sait qui on est. Combien de fois Liz nous a déçu ? (Pause) Jamais. Et voilà ce qu’elle obtient en retour. Je ferais tout pour l’aider. Si ça pose un problème, tu peux tout de suite t’en aller.

(Michael marche un peu. Il récupère sa pelle et retourne aider Max à creuser.


(Lycée. Liz est à son entretien de Harvard.)

L’HOMME: Alors, Melle Parker, pourquoi Harvard ?

LIZ: Quand j’avais 14 ans j’ai lu les travaux du docteur Laura Holt, et j’ai eu envie de la connaître en personne.

L’HOMME: Laura est un formidable professeur. Je suis sûr que le courant passerait entre vous. Est-ce que vous vous voyez…

(Liz ne comprenait pas ce qu’il disait. Elle pouvait seulement entendre quelques mots.)

LIZ: Vous voulez répéter ?

(L’homme répète, mais elle n’a toujours aucune idée de ce qu’il dit.)

L’HOMME: Liz ? (Maintenant elle comprend ce qu’il dit.)

LIZ: Je suis désolé, est-ce que vous pouvez... répéter la questions ?

L’HOMME: Avez-vous l’intention… (Elle ne peut plus entendre encore une fois.)

LIZ: Oui. Je voudrais bien, mais je ne suis pas encore sûre.

L’HOMME: Oui, il est évident qu’Harvard a toujours… (Elle ne peut pas le comprendre encore une fois.)

(Toute la salle commence à tourner.)

(Liz se lève brusquement et renverse sa chaise.)


L’HOMME: Qu’est-ce qui vous arrive ?

LIZ: Excuse-moi. Je… je suis vraiment désolé (Elle ramasse la chaise et la remet droite.) Là. (Elle sort de la salle.)


(Crashdown. Maria arrive et marche vers Jim qui est assit au comptoir.)


MARIA: Bonjour.

JIM: Tiens. Vous êtes élégante. Vous avez rendez-vous ?

MARIA: Non c’est pour une réception que Dominique a mit sur pied.

JIM: Très bien.

MARIA: Je... vous remercie beaucoup. Si vous ne m’aviez pas permit de chanter avec vous, je n’en serais pas là.

JIM: Non ne me remerciez pas. Vous avez très bien chanté.

MARIA: Oui, mais vous aussi.

JIM: Je vous remercie. Vous aussi, oui.

MARIA: J’ai l’impression de vous avoir prit quelque chose.

JIM: Non vous n’avez rien prit. C’est pas souvent qu’une occasion pareil se présente. Alors n’y a plus qu’à foncer. A votre place je ferais pareil.

MARIA: Je m’en doute.

JIM: On doit faire une répète. Il faut que j’y aille.

(Jim commence à se lever.)

MARIA: Dites leur bonjour de ma part.

JIM: D’accord. Bon courage.

MARIA: Merci.

(Jim s’en va. Maria se dirige vers l’arrière du Café oû Michael est en train de travailler.)

MARIA: Salut.

MICHAEL: C’est gentil de passer me voir.

MARIA: Je suis en retard, j’ai pas beaucoup de temps.

MICHAEL: Bah, tu vas être obligé d’attendre un petit peu parce que Jesse va arriver.

MARIA (surprise): Quel rapport ?

MICHAEL: Je lui ai demandé de regarder ton contrat.

MARIA: Pourquoi tu as fait ça ?

MICHAEL: Parce que j’estime qu’avant de partir y’ des précautions à prendre.

MARIA: Jesse ne sait rien de...

MICHAEL: Alors je veux m’assurer que tu sois protéger.

MARIA: D’accord Michael. Je crois savoir oû tu veux en venir.

MICHAEL: Je veux que tu prennes les conseils d’un avocat.

MARIA: Non mais je te parle de nous. Je veux dire que je… je te remercie de ce que tu fait mais tu ne dois pas t’occuper de moi. Nous devons vivre chacun de notre côté.

MICHAEL: Tu as bien couché avec moi ?

MARIA (lentement): Oui et...

MICHAEL: Mais ça représente rien.

MARIA: Non Michael, c’était très bien mais... je veux dire c’était spontané et surtout... tu étais bien et j’étais bien et…

MICHAEL: Histoire de bien... commencer la journée, j’ai compris.

MARIA: Michael.

MICHAEL: Message reçu. C’est pas grave.

MARIA: Souhaites-moi bonne chance. Salut

(Michael utilise la spatule. Maria est partie. Michael la recherche, il est blessé.)


(Liz et Kyle sont dans la chambre de Liz. Liz est assise sur son lit. Kyle est debout.)


LIZ: Je suis désolé, je suis sûre que tu as autre chose à faire.

KYLE: Non. Celui qui t’a proposer de venir c’est moi.

LIZ: Je ne savais pas qui appeler d’autre.

KYLE: Maria n’est pas au courant ?

LIZ: Uhhh-uhhh, pas encore. Cette histoire de maquette est si important pour elle. Elle a sacrifié tellement de choses, elle dois réussir. (Kyle s’assoit à côté de Liz et pose sa main sur son épaule.) Et comment tu vas toi ?

KYLE: Euh, pas de symptômes encore mais, Max m’a sauvé un an après toi alors peut-être que je dois remplir cet espace temps pour m’habituer à la chose.

Liz (rit): Tu as de la chance.

(Quelqu’un frappe, on voit Max devant la fenêtre de Liz. Kyle se lève, Max ente dans la chambre.)

MAX (à Liz): Qu’est-ce qui se passe ?

(Liz ne répond pas)

KYLE: Montres-lui

(Liz remonte ses manches, on voit de l’électricité qui traverse ses mains.)

MAX: Tu as mal ?

LIZ: Par moment, oui.

(Max s’assoit à côté d’elle.)

LIZ: Est-ce que je vais mourir ?

(Max la regarde.)


(Dominique et Maria au studio d’enregistrement. Dominique se maquille et Maria respire de l’eucalyptus.)

DOMINIQUE: Alors Adam Chase devrait arriver. C’est un très grand producteur, et s’il a aimé ce que tu as fait tu peux virer tout ce que tu as sur ta cheminée et engager une femme de ménage pour ranger tes disques de platine. (voit Maria respirer quelque chose.) Qu’est-ce que tu fais ? C’est quoi ça ?

MARIA: Oh, c’est de l’eucalyptus, c’est pour garder mon calme.

DOMINIQUE: Et bah faut te calmer avec ça ou sinon tu vas sentir le chewing-gum. (Elle le sent ) Hum, whoa.

(Adam arrive)

DOMINIQUE: JC.

ADAM (JC): Dominique. Alors ça baigne ma puce ?

DOMINIQUE: Oui, surtout quand je te vois arriver dans un studio.

ADAM: Ouais, c’est clair.

DOMINIQUE: Alors. ma trouvaille. Adam Chase, Maria DeLuca.

Maria: Bonjour monsieur.

ADAM: Bonjour Maria.

DOMINIQUE: Alors ?

(Adam tient la maquette de Maria.)

ADAM: Un futur disque.

DOMINIQUE: Oh je le savais !!

MARIA: Ca s’appelle "Behavior". Je l’ai écrite après une séparation.

ADAM: Ouais. Je l’ai bricolé un peu. On l’écoute ?

MARIA: Oui. Je veux bien l’écouter, oui.

(Adam met en route la maquette.)

DOMINIQUE (au téléphone avec quelqu’un): Oui. Adam Chase adore et fonce. Oui, tu m’étonnes qu’elle va cartonner. Ok. Bisous.

(La chanson de Maria ressemble maintenant à une chanson techno. Evidemment, Maria n’aime ce qu’il en a fait.)

ADAM: J’ai fait un bon son.

MARIA: C’est moi ?

ADAM: Ouais. J’ai remixé ta voix, après j’ai collé une rythmique et des claviers et… et bon y’a des trucs un peu téléphoné, mais ça fait la blague.

DOMINIQUE: Alors ça va être un numéro un ?

ADAM: Tu m’étonnes.

(Cris aigu de Dominique.)

MARIA: C’était une chanson d’amour.

DOMINIQUE: Oui, et maintenant les gens pourront peut-être danser dessus.

(Quelques minutes plus tard. Dominique et Maria parlent en privé.)

DOMINIQUE: Donc tu détestes.

MARIA: Non. Non, je voyais plus un truc à la PJ Harvey et là ça fait Britney Spears.

DOMINIQUE: Je... je ne suis pas d’accord avec toi.

MARIA (soupire): Ma musique m’appartient avant tout, Dominique.

DOMINIQUE: Attends, Maria. Mon métier à moi, c’est de trouver des artistes qui vont vendre des disques, d’accord. Alors je sais que tu as le look et tout ce qui va avec pour ça, mais quand il s’agit de parler musique, ne te prends pas la tête, laisse faire les professionnels.

MARIA: Ca veut dire que je ne suis… qu’un bel instrument ?

DOMINIQUE: Non, tu as un réel talent mais ce label se prépare à investir énormément sur toi. Et comme ils payent les factures, ils ont leur mot à dire. C’est normal, ça a toujours été comme ça. Ecoutes, tu dois peut-être te poser la question de savoir si tu as envie de continuer.

(Maria hôche la tête.)


(Plus tard dans la soirée. Maria attend devant chez Michael qu’il rentre chez lui. Michael arrive devant sa porte.)


MICHAEL: Ne me dis rien, tu es tombée sur Steven Spielberg au vidéo club et il t’a demandé de tourner avec lui.

MARIA: T’avais raison, il faut que je fasse attention. Ils veulent me faire faire n’importe quoi. Ils veulent m’envelopper et faire de moi une espèce de princesse.

MICHAEL: C’est dommage.

MARIA: Ils ont prit une de mes premières maquettes et ils en ont fait une guimauve commerciale.

MICHAEL: Pourquoi t’es venue ici ?

MARIA: Euh... avant de laisser tomber une telle opportunité, je peux t’en parler, non ?

MICHAEL: J’y comprends plus rien. Tu me laisses tomber pour vivre ton rêve et maintenant tu veux le laisser tomber lui aussi ?

MARIA: Excuses-moi mais j’ai vraiment besoin de conseils.

MICHAEL: Tu as dit que tu avais tourné la page avec moi. Je pourrais te faire entrer, te dire de rester à Roswell parce que c’est ce que je veux, mais non. J’ai pas envie d’être le type qui va ruiné ta vie.

MARIA: Michael.

MICHAEL: Il vaut mieux t’en aller. (Il ouvre la porte et commence à rentrer à l’intérieur.)

MARIA: Mais je n’ai nulle part oû aller.

MICHAEL (se tourne vers elle): Tu as plein d’amis ailleurs.

MARIA: Liz c’est tout. J’ai essayé de la joindre, je ne sais même pas ce qu’elle fait.

MICHAEL: Tu ne sais pas ce qui lui est arrivé ?

Maria: Elle doit avoir... des problèmes. Je ne sais pas, elle ne répond pas à mes messages.

MICHAEL: Elle va peut-être mourir.

MARIA: Quoi ?


(Max, Liz, et Kyle sont dans le désert. Max porte Liz et la pose sur le sol puis s’agenouille près d’elle. Il voit de l’électricité traversée son estomac. Kyle se tient debout derrière Max.)

KYLZ: Qu’est-ce qu’on est venu faire ici ?

MAX: D’après le grand livre, je peux me servir des pierres pour décupler mes pouvoirs. (Il place les pierres autour du corps de Liz.) En faisant cela, on fera peut-être disparaître le phénomène qu’il y a en elle.

KYLZ: Qu’est-ce que je peut faire ?

MAX: Rien. Recules s’il te plaît.

(Max met ses mains au-dessus de l’estomac de Liz. Il essaye de la guérir. Elle commence soudainement à soulever du sol, Max continue à la guérir.)

LIZ: J’ai mal.

MAX: Respire bien. Y’en a pas pour longtemps.

LIZ: Non Max arrêtes.

(Kyle fait quelques pas)

MAX (arrête Kyle): Non

LIZ (en train de souffrir): Non Max !

MAX: Tu vas tenir, on va réussir.

LIZ: Non !

KYLE: Max !

MAX: Encore un peu. Ais-confiance en moi.

LIZ (en train de souffrir): Arrêtes. Arrêtes.

(Il y a un flash de lumière. Liz se laisse tomber à terre et Max est repoussé plus loin.)

LIZ (s’assoit): Arrêtes. Tu me fais trop mal.

MAX (s’assoit): Ce n’est pas ce que je voulais.

LIZ: Non tu me fais mal. Comme à chaque fois.

MAX: Mais…

LIZ: Pourquoi tu as couché avec elle ? Pourquoi ?

MAX: Liz.

LIZ: Toutes les fois oû tu arrives pour me parler de ton fils, ça me rappelle que tu m’as fait du mal. On avait confiance en toi et toi tu nous as trahis.

MAX (essaye de la toucher): Liz, je t’en prie.

LIZ (se recule): Ne t’approche pas. C’est toi qui as déclenché ça.

MAX: Non c’est pas moi. Calmes-toi. (Il lui touche le visage) Je t’en prie.

(Un éclair d’électricité traverse le visage de Liz. Elle hurle.)

KYLE (attrape le bras de Max): Max, Max. Arrêtes, ne la touche pas. Elle sait ce qu’elle dit, tu veux la tuer ?

(Max regarde Liz.)


(CrashDown. Kyle arrive avec Liz dans sa voiture.)


KYLE: Je vais t’aider à monter.

LIZ: Non c’est bon je vais y arriver. J’ai vraiment dit tout ça à Max, alors. Hein ?

KYLE: Ouais.

LIZ: Je pouvais pas m’empêcher. Comme si tout avait…

KYLE: Explosé.

LIZ: Je ne peux plus le revoir.

KYLE: Non attends Liz. Il a compris que quelque chose n’allait pas, que... que tu ne contrôlais pas ce que tu disais.

LIZ: Bien sûr que si. J’ai dit tout ce que je pensais et il le sait très bien ça.

KYLE: Ouais et alors ?

LIZ: Qu’est-ce qu’il pense ?

KYLE: Liz, tu n’as pas à t’occuper de Max en ce moment. Tu dois t’occuper de toi. C’est essentiel.

LIZ: Hum. D’accord.

KYLE: D’accord. Commence par aller dormir.

(Liz enlève sa ceinture de sécurité et sort de la voiture.)


(Liz est en train de dormir dans sa chambre. Maria ouvre la porte et entre.)


MARIA: Je suis là.

(Liz et Maria sont assises sur un banc.)

MARIA: Je suis vraiment désolé.

LIZ: Non tu n’y es pour rien.

MARIA: Tu viens de vivre un véritable enfer.

LIZ: Oui, et je ne voulais surtout pas t’entraîner avec moi et que tu en souffres.

MARIA: Non mais je rêve. On est les meilleurs amies, Liz Parker. Alors surtout ne refait plus jamais ça.

LIZ: Bien Maria. Ce projet de disque, il ne faut pas passer à côté.

MARIA: Oh, c’est pas si évident.

LIZ: Oui et alors ? Il suffit que… que tu fasses un compromis avec toi même.

MARIA: Je me vend très mal.

LIZ: Ca c’est vrai. Dis ça aux serveuses avec qui tu as travaillé, à mon avis ça les fera pleurer.

MARIA (elle rit): Ca y’est c’est ma fête.

LIZ: Maria, tu as plus de talents dans ton petit doigt que n’importe qui à Roswell.

MARIA (levant deux doigts): Le droit ou le gauche ?

LIZ: Je suis sérieuse. Il faut que tu trouves un compromis sans perdre ce qui compte le plus pour toi parce que si tu ne fais pas ça, tu seras malheureuse un bon moment.

MARIA: Non mais pour ça il faudrait que j’aille à New York, et j’ai pas envie de te laisser. Désolé

LIZ: Non mais ça va aller. Je t’assure.

MARIA: D’accord. Demain je vais invité Dominique à mon buffet hyper branché. (Elle rit) Ce que la vie me paraît compliquer en ce moment. Des moments je voudrais pouvoir fermer les yeux et… et me retrouver ailleurs.

LIZ: Un café à Paris.

MARIA: Non, à la Jamaïque. La plage, le bleu de l’océan, le sable chaud entre les orteils. Ca va mieux toi ?

LIZ: Oui.

MARIA: Moi aussi.

(Elle rient toute les deux.)


(Liz entre dans sa chambre. Max est assit à l’extérieur, devant sa fenêtre ouvert.)


LIZ (marche vers la fenêtre): Qu’est-ce que tu fais là ? Tu n’aurais pas dû venir.

MAX: Mais j’ai téléphoné et…

LIZ: Je suis sortie avec Maria.

MAX: J’ai cru que tu allais mal.

LIZ: Non, j’allais bien mais...mais mon père ne va pas tarder à monter et... (Max essaye de regarder à l’intérieur, elle bloque le passage. Max est trop près d’elle, de l’électricité lui traverse le visage.) Max, il faut que tu t’en aille.

MAX: Ecoute, on va aller à Los Angeles. Langley saura ce qu’il faut faire.

LIZ: Max.

MAX: Maria fera le nécessaire ici y’en a pour deux jours.

LIZ: Non !

MAX: Liz... Liz. (Il essaye de lui attraper le bras, elle recule. Max recule un peu lui aussi.) Tout ce que tu as dit dans le désert, ça ma marqué à tous jamais. Faut qu’on en parle, non ?

(Liz commence à fermer la fenêtre.)

MAX: Non, Liz ne fait pas ça. (Ils sont tous les deux au bord des larmes.) Qu’est-ce qu’on va devenir ?

LIZ (retient ses larmes): Je dois comprendre. Seule.

(Liz ferme la fenêtre. Ils se regardent l’un l’autre pendant quelques secondes, Max se lève et murmure "Je t’aime." Il s’en va. Alors qu’il est sur le point de descendre par l’échelle de service, il la regarde une dernière fois et lui sourit.)


(Mr. Parker est en train de travailler en bas depuis plusieurs heures. Liz marche vers lui.)


MR. PARKER: Qu’est-ce que tu as ?

LIZ: Ma vie est devenue n’importe quoi. Je veux aller dans ce pensionnat

(Mr. Parker la prend dans ses bras.)


(Liz emballe ses affaires. Elle jette un dernier coup d’œil dans sa chambre.)

(Liz est en train d’écrire une lettre:)

LIZ (En voix off): Cher Max, en quoi est-ce si bien d'être normale ? Tu te souviens quand tu m'as demandé ça ? A L'époque la réponse était rien. Grâce à toi Max. Grâce à ton amour pour moi. (On voit Liz dans un bus.) Aujourd'hui, la réponse est différente. J'ai besoin de me sentir normale, c'est pour ça que je pars. Je dois essayer de faire la point sur ma vie. Loin de Roswell et loin de toi. (Max est en train de lire la lettre.) Surtout ne m'en veux pas. Je t'aime plus que tu ne le sauras jamais. Liz.

(On voit Liz dans le bus, regardant par la fenêtre en souriant.)

[At Cow Patty’s, Maria is singing with the Kit Shickers. Liz and Kyle are sitting at a table watching them.]
Maria: [singing] Stop right there. I gotta know right now. Before we go any further, do you love me? Will you love me forever? Do you need me? Will you never leave me? Will you make me so happy for the rest of my life? Will you take me away? Will you make me your wife? Do you love me? Will you love me forever? Do you need me? Will--

Kyle: Am I the only one who sees the creepiness in this?

Liz: Get a grip, they sound amazing. [she looks around] Uggh, where's everybody else?

Kyle: There's so many other duets out there. Clean duets. Aaron Neville and Linda Ronstadt can keep their hands off each other, so can Elton John and Kiki Dee.

Liz: Elton John likes boys.

Kyle: Yeah. Well, did the Captain ever grind on Tennille?

Liz: What? Who?

Kyle: Oh, in the name of all that is holy, stay off each other. I gotta wash my eyes. [Kyle leaves.]

[We see Maria and Jim singing. Then we see a women in the crowd writing down stuff as she watches them sing.]

[Max walks in and sits beside Liz.]

Max: Hey. [he kisses her head.]

Liz: Mmmm. Hi. You missed half the set.

Max: Yeah, I got held up at the library.

Liz: Oh. Well, um, are Isabel and Jesse coming?

Max: Uh, they're in Santa Fe tonight.

Liz: What about Michael?

Max: [shakes his head] I don't know.

Liz: This is a big thing for Maria. She's been practicing for like over a week. None of her friends showed up.

[They watch Maria.]

Max: I don't think she's gonna notice. [he looks at Liz, she's not smiling.] Come on, I'm sorry.

Liz: I'm not the one you should be apologizing to.

Max: What's wrong?

Liz: Nothing. I think I'm coming down with something.

Max: Well, there is a bad flu going around.

Liz: Ah, perfect.

Max: Yeah, it's terrible. Fever, sore throat, nausea. [Max gets up.] And an uncontrollable urge to dance. [He takes her hand.]

Liz: No. no, please Max. [her other hand is on the table, touching her plate. The plate turns red, steam comes from the food.] Please I don't-- [they go to the dance floor].

[A waiter comes over to their table and tries to pick up Liz's plate. It burns him he walks away. The plate is completely warped, half of it is melted.]

[Max and Liz are dancing, having a good time.]

[Opening Credits.]

[CrashDown. Same Day. Liz walks over to Maria who is sitting at the counter. They're not working, they just came from Cow Patty’s.]

Liz: [carrying a plate] Pluto Potato Skins on the house. [she sits beside her.]

Maria: Thank you.

Liz: Congratulations. I'm gonna call it a day, okay?

Maria: Okay, bye.

Liz: [as she leaves.] Bye

[Jim walks over to Maria and sits next to her.]

Jim: Maria, before I forget, [he hands her money.] here's you cut from Cow Patty’s. It's not much.

Maria: Come on, it's all for the love of the loaf.

Jim: Hey, the guys and I have been talkin’ and we put it to a unanimous vote. How would you like to sit in with the Kit Shickers on a more permanent basis?

Maria: No Shick?

Jim: Mmm. [smiles] I mean you wouldn't just be singing back up either. You'll sing a few solo numbers, we'd sing together of course. Um, I've been working on a set list. "Baby It's Cold Outside."

Maria: Nice.

Jim: Ummm, "Stop Draggin' My Heart Around."

Maria: Classic.

Jim: Islands in the Stream."

Maria: Not so much.

Jim: Forget that one, what do you say?

Maria: Sure.

Jim: Great.

[The woman who was taking notes as Maria and them were singing walks into the Cafe.]

Jim: Practice is tomorrow.

[The woman walks up to Maria.]

Woman: I am loving you. Dominique Lazar Producer Records [hands Maria her card.] I was at your show.

Jim: Oh, thank you. Jim Valenti, lead singer. Nice to meet you.

Dominique: [ignoring Jim.] You were really, really good. P.S. - I never say that.

Jim: Well thanks, it was a new set. Maria's a nice addition, don't you think?

Dominique: Oh, were you there too?

Jim: Lead singer.

Dominique: Oh. Oh, yeah, sure. Good job. [turns back to Maria] Maria, Maria, what?

Maria: DeLuca.

Dominique: [writes it down in her notebook.] Maria DeLuca, I can work with that.

Maria: Okay, Earth to the lady with really great boots, by the way.

Dominique: Thank you.

Maria: Um, I don't know who you think I am, but I can-- I can guarantee you got the wrong gal.

Dominique: I am an ANR Executive. I have been scouting the Southwest for talent. Sweetheart anyone with a voice like that who can work an outfit like this is definitely not the wrong girl, you got a minute?

Maria: Yeah, sure.

Dominique: Great.

[They get up and start to leave.]

Dominique: Oh, here. [she hands Jim her card.]

[Liz just walked in back of the Cafe, she sees her dad working as she tries to hurry to the stairs before he can talk to her.]

Mr. Parker: How was the show?

Liz: [stops in her tracks.] It was good. [Pauses.] Goodnight.

Mr. Parker: Little early for bed, don't you have homework?

Liz: [turns to him] Yeah, I did it all ready. [she turns to walk.]

Mr. Parker: Mrs. Fletcher called from the Guidance office. 2 C's in Spanish and AP History.

Liz: Umm. [she turns to him.] It's because I had two pop quizzes the same day that an English paper was due. Everybody bombed.

Mr. Parker: Right. Is that the same excuse you're gonna use at your Harvard interview?

Liz: I really have a headache. Can we talk about this tomorrow?

Mr. Parker: You know, I backed off that whole boarding school thing, because you promised you were gonna get your life together, and going to Harvard has been your dream since you were what? Six.

Liz: Five, and that's because you put a poster of Cambridge over my bed.

Mr. Parker: Yeah. Sweetie, you've got more brains and talent in your little finger then all the kids at Roswell have in their entire bodies.

Liz: Dad, please.

Mr. Parker: I am serious. How many of them are even thinking about going to college? [he hands her aspirin.] They're just hanging around watching TV dreaming about becoming rock stars.

[Maria walks in.]

Maria: Wahoo!!! [raises her hands in the air.] A label wants to sign me, I'm going to be a rock star.

[Next Day. School. Liz and Max are in AP Biology class. The teacher is talking.]

Teacher: We'll use the fruit fly to discover genetic hierarchy. How traits change within a population and why.

[Max sits beside Liz who is sleeping.]

Max: Liz.

Liz: Hmm?

Max: You were asleep.

Liz: [sits up.] No I wasn't.

Max: You have drool on your--

Liz: [looks at her hand.] Oh, that is so disgusting.

[Max places his hand over hers.]

[The teacher walks up to them.]

Teacher: Mr. Evans, Ms. Parker is there a problem in your corner of teen angst?

Max and Liz: Um, no. Nope.

Teacher: Well, then please get back to AP Bio.

[The teacher walks away, and Liz moans and puts her head on Max's shoulder.]

Max: You feeling worse?

[They get up and walk across the classroom to their lab station.]

Liz: Yeah, it's like my head is fogged in and my head is just being dragged along for the ride.

Max: Maybe tomorrow?

Liz: Shut up. I totally would have stayed home from school today if my dad wasn't on this case about this interview.

Max: What interview?

Liz: I have an appointment with the admissions person from Harvard in 2 days. Nothing's set in stone, there were just these deadlines, you know? And if I wanted to keep the possibility of going there alive, then this interview is something that I have to do.

Max: Oh, okay.

Liz: We should probably get started.

Max: Right.

[Liz walks over to a counter with the lab stuff. She picks up an Erlenmeyer flask and looks in the mirror. She can't believe what she sees. Her face is completely gone. She stares in disbelief then suddenly her face comes back. She turns and looks at Max. He's oblivious to what she's doing.]

[Liz is at the doctor's. She sitting on bed. The doctor comes in.]

Doctor: Liz your white blood cell count is normal which eliminates any bacterial infection. Uh, you may have a virus. Are you experiencing any dizziness?

Liz: [shakes her head.] No.

Doctor: Coughing?

Liz: [shakes her head.] No.

Doctor: What about uh--

[Liz suddenly can't hear what the doctor is saying. She looks over at him and can see him talking but she can't hear anything.]

Doctor: Are you sexual active, Liz?

Liz: No. No, Dr. Fink, no, um--

Doctor: I can't help you protect yourself unless you are completely honest with me.

Liz: Protect me from what?

Doctor: When you're young, Liz, sometimes you overlook the consequences of knowing someone intimately, and there's a possibility that you may catch something even from someone you love.

[Liz and Kyle at Toby's Garage. Kyle is working, talking to Liz.]

Kyle: Strange symptoms, shoot.

Liz: Umm, fatigue, and total inability to concentrate.

Kyle: Me, everyday.

Liz: I've been having some hallucinations.

Kyle: Yeah? Like what?

Liz: Well... Like yesterday, I looked in the mirror at school and my face totally disappeared.

[Kyle laughs.]

Liz: I mean--No, for real. This is serious Kyle something strange is happening to me.

Kyle: Okay, why are you telling me this?

Liz: What makes me different from everybody else is the fact that I was brought back from the dead by an alien.

Kyle: Yeah. So was I, and now that you've touched on one of my deepest, darkest fears, lets just assume that what you're going through is stress. [He picks up a book and points to the title.] Buddha, Take Me Away. This book has gotten me through some very tough times. Here young grasshopper, take. [he hands her the book, and walks away.]

[Liz looks at the book and tosses it on the bench on top of a radio. The radio turns on and a song comes on for a second. She takes the book off the radio and it turns on again, this time longer. Liz stands up and places her hand near it. Sparks starts flying and we hear static. Kyle hears it and walks over to Liz.]

Kyle: Did you just...

[Liz places her hand near it again. Sparks fly.]

Kyle: You did. Whoa.

Liz: Kyle, I think I'm changing.

Kyle: Have you talked to Max about this at all?

Liz: No, I don't want to tell Max not yet.

Kyle: But he's the one who healed us, he needs to know.

Liz: I'm scared to tell him.

Kyle: Why? You go to him for everything.

Liz: No, he risks so much when he healed me. It's what made me fall in love with him.

Kyle: Yeah, me too.

Liz: Kyle!

Kyle: Look, what's going on here is really scary. If I don't lighten the mood, I might lose it.

Liz: Yeah, I know.

Kyle: If it's too difficult for you, I'll go talk to him.

Liz: No! Um, sorry. No, um, could you just please respect my feelings.

Kyle: [nods.] Let the record show, I think this is a bad idea.

Liz: Noted. I have to go.

[Liz starts to leave.]

Kyle: Liz. You're not alone in this. If you need anything, call me.

Liz: Thank you.

[Night time. Maria is outside Michael's door waiting for him. Michael walks up with a bag of groceries.]

Michael: Look, I miss that thing with you and Valenti last night, cuz I have to pick up an extra shift. [he opens the door.]

Maria: Michael.

Michael: And sitting in bars listening to music doesn't put Snapple on the table.

Maria: Yeah, okay, well I need to talk to you. [she pushes past him and runs inside his apartment. She's extremely giddy.]

Michael: Later, all right? The Daily Show starts in 5 minutes, and I got Lean Cuisine to heat up. [he puts his grocery bag on the counter and starts putting his groceries away.]

Maria: Your existence frightens me.

Michael: Goodnight.

Maria: A woman from a record label saw me perform last night and offered me a demo deal.

Michael: A what?

Maria: A demo deal. It's like a test run for an artist to see if they have any potential. They're gonna record 3 or 4 songs with me and they are going to pay for everything. Can you believe it?

Michael: No.

Maria: Oh god, stuff like this happens to people like Alicia Keys or I don't know, Fiona Apple or somebody. Not me though, not in Roswell. I'm just, OH, I am just freaking out!! [she hugs him.]

Michael: [holds up the package in his hands.] I got potato salad in here.

Maria: Want to hear something really stupid, Michael? When Dominique, the um, label chick, told me about the news, the first thing I thought of was I can't wait to tell Michael.

Michael: That's stupid? Thanks.

Maria: I'm sorry, wrong choice of words, but seriously, you're the first person I wanted to share this with. I've been waiting out there for 2 hours.

Michael: I am really happy for you Maria.

Maria: [laughs and hugs him] MTV here I come. [She kisses Michael. She kisses him again.]

[Michael kisses her back. They kiss some more. They lay down on the kitchen floor and start making out.]

[Liz's room. Maria and Liz are talking. Maria is holding up clothes to herself, looking in the mirror.]

Maria: This so does not mean that we are back together.

Liz: [sitting on her bed.] Does Michael know that?

Maria: Well, he knows that I'm not interested in having what we used to have. I've been clear about that. It's a-- it's a boy-girl friendship with a twist.

Liz: It's sounds so romantic. Why don't you try that black pant suit on?

Maria: The black pant suit. Who are you? My Aunt Maude? This--

[Liz can't understand what Maria is saying. She can only hear parts of words for a few seconds, then everything goes back to normal.]

Maria: Right? I mean, come on.

Liz: Maria, I have to tell you something.

Maria: [oblivious to Liz] You know what else I've been thinking? It is not a coincidence that my life started around the time Michael and I broke up. I mean, god, you don't know how liberating it is to be free from all this alien chaos. It's like suddenly my life is like a life.

Liz: Yeah. Why don't you try the boots on.

[Maria in a recording studio singing and playing the guitar.]

Maria: [singing] You're like an angel with the sweetest smile, but when you use it you're an evil child. Oh, Ohhh. That's what brings me back again. We get along but only half the time. The other half you ain’t no friend of mine. Nooooo. That's what brings me back again. I love you on your best behavior. I love you more when you are doing something wrong. But that's what's wrong with me. You said you liked it yesterday. But now you're telling me that I can't stay. It's all your crazy messed up ways that bring me back. They bring me back. They bring me back. They bring me back. You bring me back.

[Outside of the recording booth.]

Dominique: So Maria, do you drink?

Maria: No

Dominique: Drugs?

Maria: No way!

Dominique: I mean, me, personally I couldn't care less, but the boys upstairs, they make me ask these questions.

Maria: Why?

Dominique: You know, just millions of teenaged girls and there allowances. Oh, how old are you again?

Maria: I just turned 18.

Dominique: Oh great, that's what you're going to be telling people for the next 3 years.

[Michael walks up.]

Maria: [surprised.] Michael.

Michael: Hey. [he kisses her on the cheek.] Just wanted to stop by and see how things are going. [walks over to Dominique] Hi, Michael.

Dominique: [they shake hands.] Hi. Dominique Lazar.

Maria: Michael, he's uh, just--

Michael: I'm a friend of the band.

Maria: We're kinda in the middle of something here.

Michael: Nice space.

Dominique: Yeah, it's passable in a pinch. Oh Maria, sweetie, you need to tell me when you can travel.

Maria: Okay. Where are we going?

Dominique: New York.

Michael: City?

Dominique: Yeah. Well, if my people love what we did here then we'll record the demo over there.

Michael: How long will she be gone?

Dominique: Best case scenario, forever. [laughs] She can bus back to this town when the mayor is gonna cut a ribbon for something. [laughs.]

[Maria is in disbelief. She laughs too.]

Michael: New York?

Dominique: Is that a problem?

Maria: Oh, no, no, no, not at all.

Dominique: Groovy.

[Football field. Liz is sitting on the bleachers watching flag practice. Max walks over to her, and holds up the book in his hand.]

Liz: College Interviewing for Morons?

Max: [hands her the book.] I'm gonna help you get into Harvard.

[Max sits next to Liz and he goes through the book.]

Max: Why Harvard University?

Liz: Um, well, when I was in ninth grade, I read this really amazing article by Dr. Laura Holt, she's this professor who works in the Department of Molecular and Cellular Biology, and it just gave me a totally different perspective on science. It really changed my life.

Max: What are your 3 greatest strengths?

Liz: Why are you helping me? Cuz if I get in... Cambridge is really far away, Max.

Max: I know that, but this is really important to you. Uhh, what is your greatest regret? [Liz doesn't answer.] What's wrong? Are you still feeling sick?

Liz: Uh, just a little bit. I don't know. I'm kinda worried about all this school stuff, you know? [she picks up her books and stands up.] You know what? I should be going. My dad is expecting me at the CrashDown. [she takes his book.] Thanks for your help, Max.

Max: [Stands up and grabs her arm.] Liz, wait.

[Liz faints. Max grabs her and sits down.]

Max: You okay?

Liz: Yeah. Yeah, I'm fine. I, um, I just think this flu is hitting me. Um, I should go home and get into bed. She leans on one of her books that’s now on the bleacher to get it. It immediately catches on fire. Liz pulls her hand away and screams. Max blocks Liz with his body and uses his powers to put out the flames.]

Max: I didn't do that.

Liz: I did.

[Max looks at her confused.]

Max: It's not possible.

Liz: [nods] Yes, it is. You healed me and now I'm different.

[Michael and Max out in the desert digging with shovels.]

Michael: You guys are always giving me crap about being impulsive and stupid. Well you know what's stupid? Sneaking around in the desert while your father is watching our every move.

Max: Shut up, Michael.

Michael: Whose idea was it to bury the alien stuff anyway? What are we? Eight? It's called a safety deposit box.

Max: I need the book translation. It might have something on Liz's change.

Michael: You read it like 10 times.

Max: Well maybe I missed something.

Michael: What if there's nothing in there?

Max: Well then I'll find somebody who knows something. [pauses] Even if I have to contact the FBI.

Michael: Hey Max, I know this is a big deal, but you gotta keep calm. All right? Don't kick up any dust, if we get exposed we can't help her.

Max: It's a risk I'm willing to take.

Michael: Do I have to smack some sense into you right now?? I got a shovel here, I'll do it!

[Max uses his powers to send Michael's shovel flying a few feet.]

Max: There is something wrong with her Michael, and I don't know how to fix it.

Michael: We'll figure it out.

Max: And what if we can't? What if it gets worse? I've screwed up hundreds of times to find out who we are, do you know how many times Liz has? [pauses] Never. And this is what she gets in return. Look, I'm doing whatever it takes to help her. If you got a problem with that you can leave right now.

[Michael walks away. He gets his shovel and goes back to where Max is digging and helps him dig.]

[School. Liz is at her Harvard interview.]

Man: So Ms. Parker, why Harvard?

Liz: Well every since I was 14 and read Dr. Laura Holts work, I knew that I wanted to work with her in person.

Man: Laura is an amazing professor. I think you two will really hit it off. Do you see yourself--

[Liz can't understand what he's saying. She can only hear parts of his words.]

Liz: I'm sorry, what?

[The man repeats himself, but she still has no clue what he's saying.]

Man: Liz. [she understands him now.]

Liz: I'm sorry, could you just repeat the question.

Man: Do you intend[[ [she can't understand him again.]

Liz: I guess. I uh, I'm not quite sure.

Man: Now obviously Harvard-- [she can't understand him yet again.]

[The whole room starts spinning.]

[Liz freaks out and jumps from her chair knocking it over.]

Man: Liz, what are you doing?

Liz: I'm sorry. I'm--I'm--I'm sorry. I'm sorry. [she picks up the chair and pushes it in front of the desk.] Here. Here. [She walks out of the office.]

[CrashDown. Maria walks in and sits next to Jim at the counter.]

Maria: Hi.

Jim: Hey. You look nice. Got a date?

Maria: No it's just for a reception thing that Dominique set up.

Jim: Right.

Maria: Listen I never got to thank you. Had you not invited me to sing with the band, this would have never happened.

Jim: You don't have to thank me. Come on, you were great.

Maria: Yeah, but so were you.

Jim: Well, thanks. I thought so too.

Maria: I just feel like I took something from you.

Jim: You didn't take anything. Look, now how often does something like this come along? You have to go with it. I would if it happened to me.

Maria: I know.

Jim: Listen, I'm gonna be late for sound check.

[Jim gets up to leave.]

Maria: Okay, well, will you tell the guys I said hi

Jim: Sure. Break a leg.

Maria: Thank you.

[Jim leaves. Maria goes in back of the Cafe where Michael is working.]

Maria: Hey.

Michael: Oh, thanks for coming by.

Maria: I'm already late, so you only got one minute.

Michael: Well, it's gonna take a little longer than that. Jesse's on his way.

Maria: [confused] Excuse me?

Michael: I asked him to take a look at your contract.

Maria: What did you do that for?

Michael: Maria, you're talking about picking up and moving to New York.

Maria: Jesse does not--

Michael: I just want to make sure you're protected.

Maria: Okay Michael, hold on, I see what's going on here.

Michael: Yeah, you're turning down free legal advise.

Maria: No, I mean, us. I--I really appreciate the interest, but you don't have to look after me. Our lives are no longer linked.

Michael: Didn't we just sleep together?

Maria: [slowly.] We did.

Michael: But it doesn't mean anything.

Maria: It--it was great, I mean-- it's just that it doesn't mean that-- it was a spontaneous thing. You were feeling good, I was feeling good.

Michael: It's a capper to an already great day, I get it.

Maria: Michael.

Michael: Cross signals. It's no big deal.

Maria: Wish me luck.

[Michael waves the spatula at her. Maria leaves. Michael looks up, he's obviously hurt.]

[Liz and Kyle in Liz's room. Liz is sitting on her bed. Kyle's standing up.]

Liz: I'm sorry, I'm sure there's somewhere else you need to be.

Kyle: No. Look, I offered.

Liz: I just didn't have anyone else to call.

Kyle: Maria doesn't know?

Liz: Uhhh-uhhh, not yet. This record deal is like a really huge thing for her. She's given so much of her life for all this. [Kyle sits next to Liz and puts his hand on her shoulder.] How are you doing?

Kyle: I have no symptoms yet, but you know, Max healed me like a year after he healed you, so maybe I just got this totally cool window of time where I just get to obsess about it.

Liz: [laughs] Lucky you.

[There's a knock, we see that Max is at Liz's window. Kyle stands, Max climbs in the room.]

Max: [to Liz.] What happened?

[Liz doesn't answer.]

Kyle: Show him.

[Liz rolls up her sleeves, we see electricity going through her hands.]

Max: Does it hurt?

Liz: It comes and goes.

[Max sits next to her.]

Liz: Am I going to die?

[Max looks down.]

[Dominique and Maria at the recording studio. Dominique is putting on makeup and Maria is sniffing Eucalyptus oil.]

Dominique: So Adam Chase is on his way. He's a legendary producer, honey, and it he likes you stuff you can clear of your mantel and hire a maid to dust off your Grammys. [sees Maria sniffing stuff.] What--what are you doing? What is that?

Maria: Oh, it's just Eucalyptus, it's to help me keep calm.

Dominique: Yeah, well, sweetie, enough, you smell like J. Lo [she smells it.] Whoa.

[Adam walks in.]

Dominique: JC.

Adam (JC): Dominique. What's happening baby?

Dominique: Well, clearly you looking all hottie tottie.

Adam: Like wise.

Dominique: Here's our find. Adam Chase, Maria DeLuca.

Maria: Nice to meet you.

Adam: Nice to meet you.

Dominique: So?

[Adam holds up Maria's demo.]

Adam: It's a single.

Dominique: I knew it!!

Maria: It's called "Behavior" I wrote it about me and my boyfriend breaking up.

Adam: Right. I've been messing with it, wanna listen?

Maria: Yes, I would love to listen to it.

[Adam plays the revised demo.]

Dominique: [on the phone to someone.] Hi. Yeah, Adam Chase alllllll over it. Oh yeah, the girl is going to be huge. Okay, Okay, bye bye.

[Maria's song is now like a techno song. Maria obviously doesn't like what he did to it.]

Adam: Slammin', isn't it?

Maria: That's me?

Adam: Yeah, I remixed the vocals, and I added a few song remixes underneath. You know, it's a little ruff around the edges, but you get the point.

Dominique: Wow. It's a number one, isn't it?

Adam: You know it.

[Dominique squeals.]

Maria: It used to be a love song.

Dominique: Yeah, well now it's one people can dance to.

[A few minutes later. Dominique and Maria are talking privately.]

Dominique: So you hate it.

Maria: No. No, I was just going for more of a PJ Harvey and that sounded like Britney Spears.

Dominique: I--I complete disagree.

Maria: [sighs.] My music is personal to me, Dominique.

Dominique: Okay. Maria, it is my job to find artists who can sell records, right? Now, honey, you've got the looks and the voice to do it, but when it comes to the music, baby, you've got to leave that to the pros.

Maria: So, I'm just a commodity?

Dominique: No, No, you're very talented, but this label is prepared to invest a lot of money in you, and you know, they pay the bills, they have the say. That's just how the way it's always been. Well, look, maybe you need to ask yourself if you really want to do this.

[Maria nods.]

[Later that night. Maria is outside waiting for Michael to come home. Michael walks up to his door.]

Michael: Let me guess, you bumped into George Lucas at the video store, and he wants you in his next movie.

Maria: You were right about me being cautious. Those label people are bogus. They wanted to turn me into some bubble gum pop princess.

Michael: That's too bad.

Maria: They turned one of my songs into complete crap, Michael. It was so humiliating.

Michael: Why are you here?

Maria: I maybe turning down a huge opportunity, I need someone to talk to.

Michael: Let me get this straight, you dumped me so you can go live your dream, and now you're telling me you're dropping that too?

Maria: I'm sorry, I just really need some advice right now.

Michael: It's like you said we're not linked anymore. I could invite you inside, tell you to stay in Roswell, because that's what I want, but you know what? I'm not going to be the guy you blame for ruining your life.

Maria: Michael.

Michael: You should leave now. [He opens his door and walks in.]

Maria: I have no where else to go.

Michael: [turns to her.] You've got plenty of other friends.

Maria: Like who? Liz? I've tried to talk to her, she hasn't been around.

Michael: Do you even know what's going on with her?

Maria: Yeah, she's pissy and preoccupied and doesn't return my phone calls.

Michael: She might be dying, Maria.

Maria: What?

[Max, Liz, and Kyle at the desert. Max carries Liz in front of the car, places her on the ground, and kneels beside her. He sees her stomach and there's electricity shooting through it. Kyle is standing behind Max.]

Kyle: Okay, now what do we do again?

Max: According to the book, I can use the healing stones to amplify my powers. [he places the stones around her body.] If we do that, it might wipe out whatever is happening inside of her.

Kyle: What can I do?

Max: Just stay back.

[Max places his hand over her stomach. He tries to heal her. She suddenly starts hovering over the ground, Max continues to heal her.]

Liz: It hurts.

Max: Take a deep breath. It won't be much longer.

Liz: Stop please, I can't.

[Kyle steps forward.]

Max: [stops Kyle.] No.

Liz: [in pain] Stop!

Max: Hold on, it's working, I can feel it.

Liz: No!

Kyle: Max!

Max: Just a little bit more. Liz, you have to trust me.

Liz: [in pain.] I can't!

[There's a flash of light. Liz drops to the ground, and Max is pushed back onto the ground.]

Liz: [sits up.] Just stop hurting me.

Max: [sits up.] I wasn't trying to.

Liz: No, but Max, you do. You always do. Why did you sleep with her? [Max doesn't answer.] Why?!?

Max: Liz.

Liz: Every single time you mention your son, I am reminded of what you did to me. How you were unfaithful. How could you not know that?

Max: [tries to touch her.] Liz please.

Liz: [pulls back.] Stay away. You're doing this.

Max: No, I'm not. Liz please. [he touches her face.] Please.

[Electricity shoots though her face. Liz screams.]

Kyle: [ grabs Max's arm.] Max, Max, Max, stop! Listen to her. You want to kill her?

[Max looks at Liz.]

[CrashDown. Kyle pulls up in the car with Liz.]

Kyle: I'll help you get upstairs.

Liz: I can do it myself. I really said all those things to Max, didn't I?

Kyle: Yeah.

Liz: I couldn't help it. Everything just...

Kyle: Exploded.

Liz: How am I going to face him?

Kyle: Look, he understands that something went wrong out there. You were not in control of what you were saying.

Liz: But I was. I mean, that's how I feel deep down, and now he knows, Kyle.

Kyle: So what?

Liz: I can't take it back.

Kyle: Liz, look, you can't worry about Max right now. You have to take care of you. [Liz sighs.] You understand?

Liz: Yeah.

Kyle: Okay. Why don't you try to get some sleep.

[Liz unfastens her seatbelt and gets out of the car.]

[Liz is sleeping in her room. Maria opens her door and walks in.]

Maria: I'm here.

[Liz and Maria sitting on a bench.]

Maria: I am so sorry.

Liz: Maria, stop apologizing.

Maria: You've been going through complete hell.

Liz: Yeah, and this is exactly what I didn't want for you to come along for the ride.

Maria: Don't ever. We are best friends, Liz Parker, so just don't ever, okay?

Liz: Okay. You really shouldn't let this music thing go.

Maria: I told you--

Liz: So what? So you have to compromise. So what.

Maria: I am not a sell out.

Liz: That's great. You should tell that to all your co-workers at the cheese factory. I'm sure they'll be very impressed.

Maria: [laughing.] Okayyyy. Bitchyyy.

Liz: Maria, you have more talent in your little finger than anyone else in this town.

Maria: [holds up two fingers.] Which one?

Liz: I'm serious. You should find a way to compromise without losing what's most important to you, because if you don't do this, you are always going to be miserable.

Maria: But then I would have to go to New York, and I'm just not going to leave you. Sorry.

Liz: I'm going to be fine. Really.

Maria: Fine. tomorrow I will invite Dominique to my all-you-can-eat crow buffet. [laughs.] God, could life be anymore complicated right now. Sometimes I just wish you could close your eyes, and just... be somewhere else.

Liz: A cafe in Paris.

Maria: No Jamaica. The beach. The blue ocean. The warm sand between our toes. Feeling any better?

Liz: Yeah.

Maria: Me too.

[They laugh.]

[Liz walks into her bedroom. Max is sitting outside of her opened window.]

Liz: [walks over to the window.] Max, what are you doing here? You can't be here.

Max: I've been calling.

Liz: I was out with Maria.

Max: I thought something happened.

Liz: No, it didn't, but my dad is going to be up here in a few minutes. [Max tries to look in, she blocks his view.] You really-- [Max is too close to her, electricity shoots through her face.] Max, you have to go.

Max: Look, we'll drive to L.A.. Langley will know what to do. He can fix it.

Liz: Max.

Max: Maria can cover for you. We can be back in two days.

Liz: No!

Max: Please Liz. [he tries to grab her arm, she backs away. Max backs away a little.] Everything you said tonight, we just can't pretend it didn't happened. I have to talk about it

[Liz starts to shut the window.]

Max: Liz, please don't shut me out. [They're both close to tears.] What are we going to do?

Liz: [holding back the tears.] I have to figure it out. By myself.

[Liz shuts the window. They look at each other for a few seconds, Max stands up and mouths "I love you." He walks away. As he's about to go down the fire escape, he looks at her one last time and smiles.]

[Mr. Parker is working downstairs after hours. Liz walks up to him.]

Mr. Parker: Sweetie, what's wrong?

Liz: My life is out of control. I want to go to boarding school.

[Mr. Parker hugs her.]

[Liz packs her stuff. She takes one last look around her room.]

[Liz is writing a letter:]

Liz: [Voiceover] Dear Max, What's so great about normal? Do you remember when you asked me that? Back then the answer was nothing, because of you Max, because of how much you love me. [we see Liz on a bus.] Now though, the answer is different. Normal is something I need, and that's why I have to leave. I have to figure out what my life means away from Roswell and away from you. [Max is reading this letter.] Don't hate me for doing this. I love you more than you could ever know. Liz.

[We see Liz on the bus looking out the window smiling.]

Kikavu ?

Au total, 50 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

Aloon33 
01.06.2018 vers 19h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

clark77 
27.06.2017 vers 11h

Annaelle19 
08.06.2017 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Venez départager les calendriers de l'Avent créés par nos membres, les votes sont ouverts jusqu'au 4 novembre !
Les votes sont ouverts ! | Date limite : 04/11

Activité récente
Actualités
Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra

Roswell, New Mexico : Shiri Appleby derrière la caméra
Shiri Appleby, l'inoubliable Liz Parker de la série originale, fera son grand retour à Roswell mais...

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation

UnREAL | Shiri Appleby - Diffusion & Annulation
La quatrième saison de la série UnREAL avec Shiri Appleby sera la dernière. En effet, la série n'a...

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot

TRAILER | Roswell, New Mexico : les 1ères images du reboot
La première bande-annonce de 'Roswell, New Mexico', le reboot de la série culte du début des années...

UnREAL | Shiri Appleby - Promo season 4

UnREAL | Shiri Appleby - Promo season 4
La première promo de la quatrième saison de la série UnREAL a été dévoilée. La diffusion de...

Roswell, New Mexico - En avril 2019 sur The CW !

Roswell, New Mexico - En avril 2019 sur The CW !
Pour ceux et celles qui ont hâte de découvrir le reboot de Roswell, il va falloir être patient...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoRooms

maelysmiss, Hier à 16:28

Nouveaux sondages Halloween sur les quartiers "The Shannara Chronicles" , "Teen Wolf" , " Pretty Little Liars" et "MR Robot".

maelysmiss, Hier à 16:29

N'hésitez pas à venir voter pour la photo du mois sur les quartiers MR Robot , Shannara Chronicles , Teen Wolf et PLL !

juju93, Hier à 19:13

Sondage spécial Octobre rose chez The L Word. Tout le monde peut voter même sans connaître la série. Venez voir

choup37, Aujourd'hui à 09:56

Plus qu'un vote pour valider le nouveau design de Sous le soleil

Luna25, Aujourd'hui à 10:00

Venez départager les 16 personnages historiques restants au concours du quartier Légend of Tomorrow !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site